International
Guerre contre l'Ukraine

Avdiïvka, attaquée «de tous les côtés» par les Russes

Avdiïvka, attaquée «de tous les côtés» par les Russes

On en entendait plus parler depuis quelques jours, mais Moscou tente coûte que coûte de s'emparer d'Avdiïvka, quitte à employer des armes controversées.
24.11.2023, 10:5424.11.2023, 18:56
Plus de «International»
Les combats dans la région d'Avdiïvka sont aussi intenses que stratégiques.
Image: watson

L'armée russe a lancé sa troisième vague d'assauts depuis le 10 octobre contre la ville d'Avdiïvka, dans l'est de l'Ukraine. Elle bombarde systématiquement son centre, a déclaré son maire vendredi.

Depuis plus d'un mois, cette cité industrielle presque encerclée, mais encore desservie par une route asphaltée, fait face aux attaques incessantes des forces de Moscou, qui cherchent à s'en emparer depuis des années.

Ukraine soldiers patroling at Avdiivka city of Donetsk, Ukraine, 23th February, 2022. Copyright: GoktayxKoraltan 17439982
Un soldat dans une tranchée à Avdiïvka, en février dernier. Les Russes tentent de s'emparer de la ville depuis des années.Image: www.imago-images.de
«La troisième vague (d'assauts) a commencé»
Vitaly Barabach, maire d'Avdiïvka

Le maire d'Avdiïvka, Vitaly Barabach a raconté à la télévision ukrainienne que sa ville faisait l'objet d'attaques de «tous les côtés»: sur ses flancs sud et nord, sur la zone industrielle ainsi que depuis Spartak, un village situé entre Avdiïvka et Donetsk, chef-lieu occupé par la Russie de la région éponyme. Les Russes veulent notamment s'emparer d'une cokerie qu'ils jugent stratégique, selon l'Ukraine.

Avdiïvka était brièvement tombée en juillet 2014 aux mains des séparatistes prorusses armés par Moscou, avant de revenir sous contrôle ukrainien. Depuis, cette ville en grande partie détruite marque la ligne de front dans cette zone et est devenue le symbole de la résistance ukrainienne.

Des positions fortes et des munitions dangereuses

Les forces de Kiev sont retranchées derrière de solides fortifications. Elles ont dû céder un peu de terrain depuis un mois, mais les défenses semblent tenir jusqu'ici. Vitaly Barabache commente:

«Dans la ville, il y a 30 à 40 frappes massives par jour»

L'armée russe utilise des bombes aériennes guidées et a récemment commencé à recourir à des bombes à sous-munitions - un armement controversé qui projette de manière aléatoire des explosifs plus petits sur une large zone -, d'après l'édile.

Le compte Telegram Rybar, proche de l'armée russe et très suivi, a lui aussi affirmé que les soldats de Moscou avaient commencé à utiliser ce type d'armes qui «permettra de détruire les offensives de l'ennemi avec encore plus de succès».

Selon le maire Vitaly Barabach, environ 1350 personnes vivent encore à Avdiïvka, malgré les combats et les bombardements, alors que la ville comptait environ 30 000 habitants avant la guerre.

Après près de six semaines d'assaut russe, l'Ukraine assure que ses forces tiennent bon à Avdiïvka et affirme infliger des pertes très importantes aux troupes russes. (jah/ats)

L'Ukraine a développé une «cape d'invisibilité» pour ses soldats
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le vol SQ321 a laissé 22 personnes blessées à la colonne vertébrale
Après le trajet cauchemardesque du vol SQ321 de la Singapore Airlines, dérouté mardi vers la Thaïlande après de graves turbulences, de nouveaux détails ont été communiqués sur l'étendue des blessures et des dommages causés aux passagers. Un Britannique de 73 ans est décédé.

Ce sont pas moins 211 passagers et 18 membres d'équipage qui se trouvaient à bord du vol SQ321 de Singapore Airlines, ce 21 mai, en direction de Singapour, lorsque l'avion effectue une descente brutale de 1800 mètres en quelques minutes. Ceux qui ne portaient pas leur ceinture de sécurité «ont été immédiatement projetés vers le plafond» - dont certains avec une telle violence que leur crâne aurait cabossé le plafond, racontent les témoins.

L’article