International
guerre

Un ex-colonel russe se montre franc à la TV: la situation empire

Michail Chodarenok
Michael Chodanerok a près de 30 ans d'expérience militaire à son actif.Bild: twitter

«La situation empire pour nous», un ex-colonel russe se montre franc à la TV

L'ex-militaire et stratège militaire russe Mikhaïl Khodarenok n'a pas mâché ses mots à la télévision publique russe. Sans détour, l'homme de 68 ans met en garde contre la force de frappe de l'armée ukrainienne.
18.05.2022, 15:58
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Suivez-moi
Plus de «International»

A la télévision d'Etat russe, le récit de Poutine sur le succès de son intervention en Ukraine a essuyé un sérieux coup de frein. L'ancien colonel Mikhaïl Khodarenok a profité hier de l'une des émissions les plus regardées pour faire une évaluation étonnamment honnête et sombre de la situation actuelle.

«Tout d'abord, je dois souligner que nous ne devrions pas accepter des 'informations rassurantes'. On entend parfois dire que le moral et la psyché des forces armées ukrainiennes se dégradent. Elles seraient au bord d'une crise morale, etc. Tout cela est faux. Bien sûr, il y a certains cas, des prisonniers de guerre, certaines unités dévastées, mais ce sont des cas isolés. Mais comme je l'ai déjà dit, nous devrions toujours considérer la problématique dans son ensemble.»

Avant qu'il ne puisse poursuivre, la présentatrice Olga Vladimirovna Skabejeva l'interrompt brusquement. En Russie, elle est réputée pour détester entendre les voix critiques à l'égard du Kremlin: ses détracteurs qualifient cette femme de 37 ans «de poupée de fer de la télévision poutinienne».

Avec cette réponse déguisée de propagande, elle tente de masquer l'image d'une armée russe à la peine face à l'armée ukrainienne. Ce sont ces cas individuels qui déterminent ce qui se passe dans l'ensemble, objecte-t-elle. Et si diverses unités ont déjà dit qu'elles ne recevaient pas assez de soutien financier et d'armes, cela a aussi son importance. On ne peut pas ignorer ce facteur.

Un contre-argument que Khodarenok entend et comprend. Avant de poursuivre sans se désunir sa critique:

«Mais d'un point de vue stratégique global, il est vrai que l'Ukraine est capable d'armer un million de personnes. C'est ce qu'ils disent eux-mêmes : «pour nous, cela ne pose pas de problème d'armer un million de personnes». Le problème est alors de savoir jusqu'à quel point ils peuvent fournir à cette armée des armes et des équipements modernes.»

«Bien sûr, cela ne serait pas possible tout seul», admet Khodarenok. Mais l'homme de 68 ans explique qu'il faut pour cela prendre en compte le programme de soutien américain qui sera bientôt adopté.

La Suisse est dans le viseur de la Russie

Une aide militaire rapide des Américains qui fait peur

Cette loi permet au président américain de fournir rapidement une aide militaire importante à l'Ukraine. Une loi similaire était déjà en vigueur lors de la Seconde Guerre mondiale pour soutenir les Alliés. Toutefois, la loi n'a pas encore été adoptée. La semaine dernière, le paquet de 40 milliards a d'abord échoué en raison de l'opposition du sénateur républicain Rand Paul du Kentucky.

Mais le soutien militaire des Etats-Unis ne fait pas tout, prévient l'ex-colonel russe. Il ose ensuite dresser un avenir peu reluisant pour l'armée russe:

«Dans nos propres calculs stratégiques, il faut prendre en compte le fait que, franchement, la situation empire pour nous à cet égard.»

Avant qu'il ne puisse ensuite s'exprimer sur l'élargissement de l'Otan, il est interrompu par une Skabejeva remontée:

«Combien d'hommes y a-t-il dans l'armée professionnelle ukrainienne?»

L'argument avancé est clair pour la présentatrice: l'armée ukrainienne est plus faible car elle est principalement composée de combattants volontaires. Mais Khodarenok n'accepte pas cet argument. Le professionnalisme d'une armée n'est pas déterminé par le nombre de soldats professionnels, argumente-t-il. Il est plutôt déterminé par le niveau de formation, le moral et la volonté de verser son sang pour la patrie.

Ce qui est pertinent, c'est le besoin de vouloir protéger sa propre patrie jusqu'au dernier homme - comme c'est le cas en Ukraine.

Avant qu'il ne puisse développer ce point, Skabeyeva revient à la charge et lui demande, l'air moqueur: «Le besoin de mourir pour son propre pays, c'est du professionnalisme?»

Khodarenok maintient son argument : «C'est l'une des composantes les plus importantes pour une grande disponibilité au combat dans l'armée». Selon le stratège militaire, le marxisme-léninisme a eu raison sur ce point:

«En fin de compte, le triomphe sur le champ de bataille est déterminé par le moral élevé des forces armées. Si elles sont prêtes à se battre pour une idée et à verser du sang pour elle.»

Avant de rebondir sur le sujet Otan:

«Le plus important dans notre métier est de toujours garder son sens du réalisme militaro-politique. Si tu négliges cela, la réalité de l'histoire te frappera tôt ou tard si durement que tu le regretteras. Quelle est la chose la plus importante à cet égard? Ne pas brandir le sabre».

Il faut cesser de brandir le sabre avec des missiles russes en direction de la Finlande, prévient Khodarenok. Car cela a un effet plutôt «amusant».

«En fin de compte, le principal déficit de notre position militaro-politique est que nous sommes en quelque sorte complètement isolés sur le plan géopolitique et même si nous n'aimons pas l'admettre, le monde entier est contre nous. C'est une situation dont nous devons nous libérer.»

La semaine dernière déjà, Khodarenok avait osé un discours négatif sur la stratégie militaire à la télévision nationale: il doutait de l'efficacité d'une éventuelle mobilisation, étant donné qu'il n'y aurait probablement pas de nouveaux chars, navires ou avions avant le Nouvel An.

«Ce serait une erreur d'envoyer des gens avec des armes d'hier dans une guerre du 21e siècle, où ils devront se battre contre des armes de l'OTAN.»
Plus d'images de véhicules russes détruits en Ukraine
1 / 13
Plus d'images de véhicules russes détruits en Ukraine
Une partie d'un char russe endommagé dans le village de Mala Rohan, près de Kharkiv, en Ukraine, le 13 mai 2022.
source: sda / sergey kozlov
partager sur Facebookpartager sur X
L'armée russe laminée après avoir tenté de traverser une rivière
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des chercheurs font une découverte capitale sur la Lune
Des scientifiques ont prouvé pour la première fois l'existence de grottes lunaires dans lesquelles l'homme pourrait s'installer dans le futur.

Il faudra sans doute attendre encore quelques années avant de vivre sur la lune. Il serait même plus approprié de parler d'un «avenir lointain». Toutefois, ce ne serait pas chose impossible. En effet, selon des scientifiques, il existe des grottes lunaires dans lesquelles on pourrait construire des bases pour accueillir des personnes.

L’article