DE | FR

Fâchée, la Russie promet des représailles contre la Suisse

La Suisse a longtemps hésité avant de s'aligner sur les sanctions européennes, relançant le débat sur l'historique neutralité suisse et provoquant la colère de la Russie.
05.05.2022, 10:5505.05.2022, 11:10

Contacté par Temps Présent de la RTS dans le cadre d'une enquête, Sergueï Garmonine, l'ambassadeur de Russie en Suisse a répondu à la rédaction par une lettre qui sera diffusée, jeudi soir, lors de l'émission consacrée au conflit russo-ukrainien.

La Suisse hostile? «Justifiée» selon l'ambassadeur

Garmonine a décrit la décision du Conseil fédéral comme «profondément regrettable», estimant «pleinement justifiée» l'inclusion de la Suisse dans la liste des pays hostiles. Il annonce également une «réponse appropriée» sans donner de détails.

Sergueï Garmonine considère que seul le Conseil de sécurité de l’ONU serait autorisé à prendre de telles sanctions. Un avis qui a son importance, au moment où la Suisse souhaite y décrocher un siège non permanent pour un mandat de deux ans, explique la RTS.

Dans sa lettre, il évoque également la position de Christoph Blocher (UDC) qui avait déclaré que «la Suisse est désormais partie prenante dans la guerre», suite à la décision du Conseil fédéral de suivre l'Union européenne.

Pour rappel, entre 150 et 200 milliards de francs liés à la Russie sont gérés en Suisse, estime Marcel Rohner, président de Swissbanking. Mais moins de 8 milliards de francs d’avoirs russes ont été gelés depuis l'application des sanctions européennes en Suisse. (sia)

Les civils évacués de Marioupol

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Meurtre, torture, vol: l'Ukraine recherche 10 criminels de guerre

Link zum Artikel

«Plan Marshall 2.0»: voici comment reconstruire l'Ukraine après la guerre

Link zum Artikel

Voici 13 images de Pâques «célébrée» en Ukraine en pleine guerre

Link zum Artikel

«Pour la Russie, cette guerre est un suicide économique»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Greenpeace veut interdire la pub pour la viande, le lait et les œufs en Suisse
La publicité pour les produits d'origine animale est «manipulatrice» et contredit les objectifs de durabilité, critique Greenpeace. L'organisation écologiste veut les interdire en Suisse. Il ne devrait y avoir des exceptions que pour les magasins de la ferme.

L'Office fédéral de l'agriculture soutient des organisations telles que Swissmilk ou Proviande à hauteur de près de 40 millions de francs par an. Avec cette soi-disant promotion des ventes de lait ou de viande d'origine suisse, ces organisations interprofessionnelles tentent de stimuler le chiffre d'affaires des agriculteurs locaux, fortement orientés vers l'élevage.

L’article