DE | FR

Le pape veut rencontrer Poutine et compare l'Ukraine au Rwanda

Le pape François
Le pape FrançoisImage: sda
Cependant, le souverain pontife a exclu de se rendre pour le moment à Kiev, en dépit des invitations des Ukrainiens, car il veut d'abord aller à Moscou.
04.05.2022, 04:0604.05.2022, 07:05

Le pape François se dit prêt à se rendre à Moscou pour voir le président russe Vladimir Poutine et tenter d'arrêter les combats en Ukraine. Il compare ce pays au Rwanda, dans un entretien au quotidien italien Il Corriere della Sera, publié mardi.

Evoquant l'invasion de l'Ukraine par les forces russes, François a affirmé avoir «appelé au téléphone» le président ukrainien Volodymyr Zelensky «le premier jour de la guerre».

«En revanche je n'ai pas appelé Poutine. Je lui avais parlé en décembre, pour mon anniversaire, mais cette fois-ci, non, je n'ai pas appelé.»
Le pape François

«Par la suite, après 20 jours de guerre, j'ai demandé au cardinal (Pietro) Parolin», numéro deux du Vatican, «de faire parvenir à Poutine le message que j'étais disposé à me rendre à Moscou», a-t-il poursuivi.

«Nous n'avons pas encore reçu de réponse et nous insistons encore, même si je crains que Poutine ne puisse pas et ne veuille pas avoir cette rencontre maintenant»
Le pape François

«Comment ne parvenons-nous pas à arrêter toute cette brutalité? Nous avons vu la même chose il y a 25 ans avec le Rwanda», a-t-il ajouté, évoquant le génocide de 1994 au cours duquel 800 000 personnes, principalement issues de la minorité tutsi, ont été tuées, selon l'ONU.

«Aboiements de l'Otan»

S'interrogeant sur les causes du conflit, le chef spirituel des catholiques a évoqué une «colère» du Kremlin ayant pu être «facilitée» par «les aboiements de l'Otan à la porte de la Russie», des propos qui ont provoqué de vives réactions des autorités polonaises.

«A coup sûr, nous sommes nombreux à nous prendre la tête entre les mains en entendant ce que le pape a dit. Si les services du Vatican ont laissé passer ces propos sur les aboiements de l'Otan, autrement dit du flanc oriental, donc aussi de la Pologne, alors le pape a tout simplement voulu le dire. Il nous a offensés, nous les Polonais.»
Le ministre polonais de l'Education, Przemyslaw Czarnek

Aller à Moscou

«A Kiev, je n'y vais pas pour le moment, mais j'y ai déjà envoyé deux cardinaux. Je sens que je ne dois pas y aller. Je dois d'abord aller à Moscou, je dois d'abord rencontrer Poutine.»
Le pape François

Il a également évoqué un entretien par visio-conférence avec le patriarche Kirill, le chef de l'Eglise orthodoxe russe et soutien de Vladimir Poutine.

«Les vingt premières minutes, avec un papier en main, il m'a lu toutes sortes de justifications de la guerre. J'ai écouté et je lui ai dit: 'je ne comprends rien de tout cela. Nous ne pouvons pas utiliser le langage de la politique, mais celui de Jésus'», a dit François. (ats/jch)

Et sinon: La TV russe simule des attaques nucléaires

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Meurtre, torture, vol: l'Ukraine recherche 10 criminels de guerre

Link zum Artikel

«Plan Marshall 2.0»: voici comment reconstruire l'Ukraine après la guerre

Link zum Artikel

Voici 13 images de Pâques «célébrée» en Ukraine en pleine guerre

Link zum Artikel

«Pour la Russie, cette guerre est un suicide économique»

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Heard-Depp: le jury n'est pas parvenu à rendre son verdict
Le jury s'est retiré vendredi pour délibérer dans le procès ultra-médiatisé sur fond d'accusations mutuelles de violences conjugales, opposant Johnny Depp à son ex-femme Amber Heard, devant un tribunal américain.

La vie d'Amber Heard «est devenue un enfer» depuis le début du procès, a affirmé son avocate, Elaine Bredehoft, lors de cette ultime journée de débats devant le tribunal de Fairfax, près de Washington.

L’article