en partie ensoleillé
DE | FR
International
Inde

Même le Mont Everest est menacé par le Covid-19

Mont Everest alpiniste Nepal Inde covid-19 pandémie vaccin test
Des alpinistes en route pour le Mont Everest, au Népal.Image: Shutterstock

Même le Mont Everest est menacé par le Covid-19

La partie népalaise du Mont Everest est en péril. L'énorme vague de Covid en Inde, ayant débordé sur le Népal, pourrait avoir un effet néfaste sur les touristes souhaitant escalader le plus haut sommet du monde.
07.05.2021, 11:1307.05.2021, 17:46
Plus de «International»

Certains alpinistes, prêts à escalader le Mont Everest, ont été testés positif au Covid-19. La raison? Ce qu'il se passe en Inde, affectant désormais le Népal, qui abrite une partie du sommet le plus haut du monde. 30 personnes auraient déjà été évacuées.

Conscient que cela va fortement dégrader son image touristique, le gouvernement népalais aurait demandé aux alpinistes, actuellement sur place, de ne pas partager de photos de ce qu'il se passe. (jch).

Les manifestations en Colombie
1 / 11
Les manifestations en Colombie
Des milliers de personnes manifestent depuis plus d'une semaine en Colombie.
source: sda / esteban felix
partager sur Facebookpartager sur X
Au Mexique, Covid ou pas, la fête continue
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Des réunions BDSM «de dépravés» embarrassent Poutine
Sous le blase Blue Velvet, 200 adeptes de soirées sexuelles utilisent une salle funéraire de l'armée russe à Ekaterinbourg, pour «se déshabiller, boire, se droguer, se filmer et danser». Impliqué, le vice-président de la Chambre des officiers a été contraint de quitter ses fonctions et les plaintes pleuvent.

Les apôtres de Vladimir Poutine manquent d'adjectifs pour qualifier ce qu'ils viennent de découvrir sur leur écran d'ordinateur. «Inacceptable!», «irrespectueux!», «dégradant!» «blasphématoire!», «sordide!» sont les termes les plus régulièrement dégainés, depuis que des photos et des vidéos de soirées BDSM batifolent sur les réseaux sociaux. Si la teneur de ses soirées font déjà tressaillir la prude Russie, l'écrin particulier qui a accueilli «une quinzaine» de ces bastringues sexuelles scandalisent en plus haut lieu.

L’article