DE | FR

Inondations en Europe: Le changement climatique a-t-il joué un rôle?

Erftstadt, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, samedi 17 juillet.
Erftstadt, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, samedi 17 juillet.Image: sda
En deux jours, entre le 14 et le 15 juillet, des pluies d'une violence inédite ont frappé l'Allemagne et la Belgique, tuant plus de 150 personnes. Le changement climatique a-t-il joué un rôle dans cette catastrophe?
17.07.2021, 17:2027.10.2021, 18:18

Tout a été extrêmement rapide. La pluie a fait gonfler les rivières, déborder les ruisseaux. En quelques heures, l'eau a inondé les routes et les maisons. Des torrents de boue emportaient tout sur leur passage.

Entre le 14 et le 15 juillet, l'ouest de l'Allemagne a été frappé par des inondations sans précédent. «Le nombre de corps retrouvés augmente presque d'heure en heure», a déclaré un responsable du ministère de l'Intérieur. Le dernier bilan, encore très provisoire, fait état de 133 morts. Les intempéries ont aussi balayé le sud de la Belgique, où l'on déplore 24 victimes.

Une catastrophe inédite depuis 1000 ans

Ces dernières années, les phénomènes météorologiques extrêmes deviennent de plus en plus courants dans le monde. Pourtant, les intempéries qui ont semé la destruction en Allemagne et en Belgique sont inédites, écrit le New York Times.

Selon Uwe Kirsche, porte-parole du service météorologique allemand cité dans le quotidien américain, «des inondations d'une telle ampleur n'avaient pas été vues depuis peut-être 1000 ans».

Face à une telle destruction, une question se pose: Le changement climatique est-il responsable de ces pluies diluviennes? Pour le climatologue Jean-Pascal van Ypersele, interviewé dans Le Monde, la réponse est positive:

«On n’a pas encore les résultats des études d’attribution [...], mais à mon sens, on ne peut pas expliquer ce qui se passe en ce moment sans tenir compte du dérèglement du climat»
Jean-Pascal van Ypersele, climatologueLe monde
Les secouristes en action à Erftstadt, en Allemagne.
Les secouristes en action à Erftstadt, en Allemagne.Image: sda

Van Ypersele évoque une combinaison de deux facteurs:

  1. Le réchauffement climatique augmente la température de l'atmosphère, ce qui entraîne plus de vapeur d’eau dans l’air, et donc plus de pluies.
  2. La dépression à l’origine des pluies de cette semaine s’est déplacée très lentement, elle est restée longtemps sur la même région. C’est probablement lié au changement climatique, même s'il n’y a pas de consensus scientifique.

Multiplication des épisodes extrêmes

Pour le New York Times, les précipitations extrêmes comme celles qui se sont produites en Allemagne sont «l'un des signes les plus visibles du changement climatique».

Le journal avance la piste suivante: Plusieurs études soutiennent qu'une atmosphère plus chaude peut retenir davantage d'humidité, ce qui génère des précipitations plus nombreuses et plus puissantes.

Les dégâts causés par la pluie à Pepinster, en Belgique.
Les dégâts causés par la pluie à Pepinster, en Belgique.Image: sda

Mais au-delà des hypothèses, cette catastrophe ne surprend pas les experts. Jean-Pascal van Ypersele rappelle que le premier rapport du Giec, sorti en 1990, indiquait déjà que l’effet de serre accentuera les événements météorologiques extrêmes.

Le dernier projet de rapport du GIEC, médiatisé en juin, ne fait que le confirmer. Si rien n'est fait pour stopper le réchauffement de la planète, certaines régions pourraient à l'avenir être frappées par trois ou quatre catastrophes météo simultanées. (asi)

Pluies, crues et inondations: les intempéries en Suisse

1 / 25
Pluies, crues et inondations: les intempéries en Suisse
source: sda / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Critiquée pour avoir fait la fête, Sanna Marin s'est fait dépister
Sanna Marin, placardée sur le mur de la honte depuis qu'elle a été aperçue en train de boire en soirée, a annoncé vendredi avoir réalisé les tests de drogue réclamés par ses détracteurs. La première ministre a revendiqué la présomption d'innocence.

Lors d'une conférence de presse organisée à Helsinki en Finlande, vendredi, Sanna Marin a indiqué avoir tout juste réalisé un dépistage de stupéfiants. Comme l'a rapporté la BBC, les résultats devraient être disponibles la semaine prochaine.

L’article