averses éparses
DE | FR
International
Iran

Au moins 133 personnes tuées en Iran, selon Iran Human Rights

epaselect epa10218755 Protesters block a road during a protest over the death of young Iranian woman Mahsa Amini, who died last week after being arrested in Tehran for not wearing her hijab appropriat ...
Au moins 133 personnes sont mortes dans les manifestations qui ont éclaté suite à la mort de Mahsa Amini il y a deux semaines. Ici, une manifestation à Téhéran.Image: sda

Au moins 133 personnes tuées en Iran, selon Iran Human Rights

L'ONG Iran Human Rights a fait état de la mort de 133 personnes depuis le début du mouvement de protestations en Iran le 16 septembre.
02.10.2022, 16:1802.10.2022, 20:04

Au moins 133 personnes ont été tuées en Iran par la répression de manifestations. La plupart de celles-ci ont éclaté il y a deux semaines à la suite de la mort de Mahsa Amini, arrêtée par la police des moeurs, a indiqué dimanche l'ONG Iran Human Rights (IHR).

Au moins 41 personnes ont été tuées par les forces de sécurité lors des affrontements qui ont éclaté la semaine dernière à Zahedan, ville de la province du Sistan-Baloutchistan (sud-est), a ajouté l'ONG basée en Norvège. Ceux-ci ne font pas suite à la mort de Masha Amini, mais à des accusations de viols contre un chef de la police.

Ce dernier, chef des forces de l'ordre de la ville portuaire de Chabahar, également dans la province du Sistan-Baloutchistan, aurait violé une adolescente de 15 ans appartenant à la minorité sunnite baloutche, a affirmé l'IHR.

Manifestation «réprimée dans le sang»

«Les meurtres de manifestants en Iran, notamment à Zahedan, constituent un crime contre l'humanité», a déclaré le directeur de l'IHR, Mahmood Amiry-Moghaddam.

«La communauté internationale a le devoir d'enquêter et d'empêcher que d'autres crimes ne soient commis par la République islamique» d'Iran
Mahmood Amiry-Moghaddam, directeur de l'IHR

Au cours du «vendredi sanglant de Zahedan», les forces de sécurité ont «réprimé dans le sang» une manifestation qui a éclaté après les prières dans la ville, a détaillé l'ONG.

L'identité des personnes tuées a été confirmée par l'ONG régionale Baluch Activists Campaign (BAC), a ajouté l'IHR, précisant qu'au moins 133 personnes avaient ainsi été tuées au total lors des manifestations en Iran au cours des deux dernières semaines.

Des dizaines de cadavres ensanglantés

Ce mouvement de protestation a éclaté le 16 septembre, trois jours après l'arrestation de Mahsa Amini, 22 ans, pour infraction au code vestimentaire strict de la République islamique qui oblige notamment les femmes à porter le voile.

Des informations publiées sur les réseaux sociaux ont fait état de dizaines de morts à Zahedan vendredi, tandis que des images montrent des hôpitaux débordés et des cadavres ensanglantés.

Les pendaisons se multiplient

Situé à la frontière du Pakistan, le Sistan-Baloutchistan est l'une des régions les plus pauvres d'Iran et abrite la minorité baloutche qui adhère pour la plupart à l'islam sunnite et non au chiisme qui domine en Iran.

Au cours des derniers mois, des militants se sont plaints du nombre disproportionné de condamnés baloutches exécutés, alors que les pendaisons se multiplient dans la République islamique.

De son côté, l'Iran affirme que cinq membres des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime, ont été tués à Zahedan, dans ce que les médias officiels ont décrit comme un «incident terroriste». (sas/ats)

#justiceformasha: colère sur les réseaux après la mort de Masha Amini

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les pénuries ont freiné la vente d'armes à travers le monde
Néanmoins, les entreprises américaines dominent toujours le marché mondial de la production d'armes, représentant plus de la moitié des ventes globales

La vente d'armes et de services destinés au secteur militaire a continué d'augmenter en 2021, révèle un rapport du SIPRI publié lundi. Elle a toutefois été affectée par des problèmes d'approvisionnement liés à la pandémie de Covid-19.

L’article