faible pluie
DE | FR
International
Iran

Iran: «Couper internet permet à la police de tuer à huis-clos»

epa10248882 Iranian people hold pictures of Mahsa Amini with their hands painted in red during a protest outside the Iranian Consulate following the death of Mahsa Amini, in Istanbul, Turkey, 17 Octob ...
Manifestation à Téhéran, en Iran, le 21 septembre 2022.Image: Keystone

Iran: «Couper internet permet à la police de tuer à huis clos»

Depuis la mort de Mahsa Amini, le 16 septembre, des révoltes embrasent l'ensemble du pays. L'un des outils de la répression a été la coupure d'internet. Derrière cette action, quel est l'objectif du gouvernement? Et cela va-t-il freiner les contestations? Entretien avec un sociologue du numérique.
07.10.2022, 06:1203.11.2022, 15:08
Suivez-moi

Les manifestations qui embrasent l'Iran entrent dans leur troisième semaine. Elles ont débuté le 16 septembre, le jour où Mahsa Amini, arrêtée pour un voile mal porté, est tuée pendant sa garde-à-vue par la police des moeurs.

Le drame a été le catalyseur de révoltes, qui éclatent depuis lors dans toutes les provinces du pays, et que le gouvernement théocratique de la République islamique d'Iran essaie d'étouffer. L'un des outils utilisés par la répression a été la coupure d'internet et des réseaux sociaux. Une arme puissante, certes, mais qui ne va pas nécessairement calmer la colère d'un peuple.

Comme une impression de déjà-vu

Cette mesure avait déjà été utilisée en 2019. A l'époque, le pays était en pleine crise économique, et les Iraniens protestaient contre l'augmentation du prix du carburant, annoncée par les autorités. Ils ont pris pour cible la République islamique et ses plus hauts dignitaires.

«Cette coupure a permis au gouvernement de tuer, à huis clos, les leaders de l'opposition. Il a pu envoyer la police dans la rue pour tirer à balles réelles. Il a bloqué les regards extérieurs et, ainsi, toute preuve de leurs actions»
Thomas Jammet, adjoint scientifique à la haute école de travail social fribourg et sociologue du numérique.
Thomas Jammet sociologue du numérique
Thomas JammetImage: HETS Fribourg

Aujourd'hui, l'objectif reste le même. Car en restreignant drastiquement l'accès à internet et, de ce fait, aux réseaux sociaux, les dirigeants bloquent le principal vecteur d'images et ralentissent la communication entre les manifestants. Mais couper les accès à la population n'empêchera pas la contestation et les révoltes. La mobilisation et les manifestations dans les rues auront lieu.

«Le gouvernement essaie, ici encore, d'empêcher les regards extérieurs et d'éviter que les informations ne sortent à l'international. Et nous savons désormais ce que ça signifie: la répression se fera dans le sang»
Thomas Jammet

Internet national, outil des régimes autoritaires?

Dans les faits, est-ce qu'on peut vraiment priver tout un pays d'internet?

«Depuis la coupure drastique de 2019, nous savons que le gouvernement iranien a mis en place un contrôle étroit de l'accès au réseau internet mondial»
Thomas Jammet

Seuls trois opérateurs font office de point d'entrée, tous contrôlés par le gouvernement. Il n'y a donc pas de liberté du marché, contrairement à la Suisse, par exemple. En effet, on imagine mal le Conseil fédéral décider quel fournisseur a le droit, ou non, de «distribuer internet».

En Iran, la coupure reste cependant partielle. Dans les grandes entreprises et aux plus hauts niveaux, internet fonctionne encore. Les fournisseurs ont simplement coupé à la population les accès à YouTube, Facebook, Instagram ou encore WhatsApp.

«En résumé, les fenêtres sur l'Occident»
Thomas Jammet

D'autres pays, comme la Chine par exemple, sont en mesure de réaliser de telles manoeuvres, car dotés de deux internets, un national et un mondial, permettant ainsi de contrôler les échanges avec le reste du monde. Les gouvernements peuvent couper les liaisons à tout moment, tout en permettant à la population de continuer à échanger, via ce fameux réseaux national.

Thomas Jammet précise qu'il existe des géants chinois du numérique, qui sont des copies des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon). Ici, l'intention de Pékin est de verrouiller le pays pour développer puissamment et massivement ses propres entreprises du numérique, comme le smartphone Huawei, qui fournissent des services dont les contenus sont accessibles au Parti communiste au pouvoir. Une manière de faire – la Chine est un cas extrême – qui oblige les habitants à partager toutes leurs informations personnelles au gouvernement central.

Autre exemple, celui de la Corée du Nord. Le procédé – et le but – restent les mêmes: «Pyongyang n'a aucune envie que les citoyens puissent voir ce qui se passe à l’extérieur. S'ils laissaient libre accès aux médias étrangers, les gens se poseraient des questions», souligne le sociologue.

Une solution à court-terme

Si les méthodes utilisées par ces gouvernement se ressemblent, l'utilisation d'internet par les Iraniens et les Chinois n'est pas comparable. En effet, le blocage à long terme est impossible pour deux raisons principales. «Premièrement, on ne peut pas contrôler les installations de réseaux privés virtuels (VPN) par la population. Secondement, l'Union européenne et l'ONU font déjà pression et exigent un rétablissement immédiat», explique-t-il.

L'écho mondial de la révolte iranienne est une menace pour le gouvernement. Les images sont déjà arrivées en Occident et, comme lors des printemps arabes de 2011, les contestations auront lieu malgré les efforts pour y mettre fin. «Jusqu'à fin 2010, en Tunisie notamment, la censure d'internet complexifiait l'organisation des manifestations, précise Thomas Jammet. Mais Facebook n'a pas fait la révolution. La colère était déjà présente et le web a permis de l'accélérer.» En conclusion:

«En Iran, l'organisation collective sera freinée. Mais l'ampleur des manifestations restera la même. Les Iraniens, et les femmes surtout, sont prêts à prendre des risques»
Thomas Jammet

Les Iraniennes sont toujours dans la rue et ne décolèrent pas

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les coupures de courant en Ukraine sont visibles depuis l'espace
La Russie applique désormais une nouvelle stratégie en Ukraine: bombarder l'infrastructure énergétique pour priver la population d'électricité. Le pays est plongé dans le noir, comme on le voit depuis l'espace.

Les alliés de Kiev n'hésitent pas à qualifier de «crimes de guerre» la nouvelle stratégie russe, qui consiste à viser les infrastructures essentielles du pays. Au moment où l'Ukraine bascule dans des températures hivernales, de plus en plus d'habitants sont privés d'électricité.

L’article