International
Islam

Après le voile, l'abaya fait polémique à l'école en France

Après le voile, ce vêtement fait polémique à l'école en France
Faut-il interdire l'abaya, robe longue et ample portée par des musulmanes à l'école en France? L'avis de l'anthropologue Florence Bergeaud-Blackler.image: capture d'écran émission "quotidien"

Après le voile, ce vêtement fait polémique à l'école en France

Polémique en France: faut-il interdire l'abaya, vêtement long et ample porté par des élèves musulmanes? Les défenseurs de la laïcité sont pour l'interdiction, la France insoumise est contre, l'Education nationale hésite. L'anthropologue Florence Bergeaud-Blackler affirme que «les élèves qui portent une abaya se conforment à la norme islamique».
15.06.2023, 06:1015.06.2023, 11:07
Plus de «International»

L’abaya contrevient-elle à la loi de 2004 interdisant le port de signes religieux ostensibles dans les écoles publiques françaises? La question fait débat outre-Jura. Apre débat, comme on s’en doute. Originaire du Moyen-Orient, l’abaya est cette robe longue et ample, parfois portée en classe par des jeunes filles musulmanes et qui met dans l’embarras le ministère de l’Education nationale.

BFMTV parle de «recrudescence» de cas. Selon la chaîne d’information, le nombre de signalements pour atteinte à la laïcité à l’école se situerait entre 400 et 600 par mois, dont la moitié serait le fait de tenues ou signes religieux, en particulier d'abayas.

Rapide retour en arrière: la loi du 15 mars 2004, qui complète celle de 1905 sur la séparation des Eglises et de l’Etat, visait l’ensemble des signes religieux dits ostensibles. Dans les faits, le voile islamique principalement. La prégnance du fait religieux musulman était telle dans les quartiers populaires, que le gouvernement entendait protéger les jeunes filles musulmanes des pressions de l’entourage, familial ou autre. C’est ainsi que le vote de la loi fut justifié, quand la partie opposée à ce texte dénonçait une législation «néocoloniale» et «islamophobe».

Engrenage sans fin

Que faire? L’Education nationale a publié en novembre 2022 une circulaire sur les vêtements à l’école. Le document indique que les abayas sont considérées, de même que les bandanas et les jupes longues, comme des tenues pouvant être interdites «si elles sont portées de manière à manifester ostensiblement une appartenance religieuse».

Le ministre de l’Education nationale, Pape Ndiaye, n’est pas partisan d’une interdiction pure et simple de l’abaya à l'école. L’interdire spécifiquement par voie de circulaire serait mettre selon lui le doigt dans un engrenage sans fin. Après l’abaya, d’autres vêtements ou signes potentiellement religieux défieraient à leur tour la laïcité. Il laisse donc aux chefs d’établissement le soin d’apprécier si le port de l’abaya revêt ou non un caractère religieux, auquel cas des interdictions ponctuelles peuvent être prononcées.

Le ministre «fuit ses responsabilités»

Cette méthode est fortement critiquée par les tenants d’une application ferme de la loi. Comme Natacha Polony, la directrice du magazine Marianne, ils accusent le ministre de fuir ses responsabilités. Cette situation en rappelle une autre, lorsque la première polémique sur le voile est apparue. En 1989, à une époque où l'Arabie Saoudite et l'Iran se disputaient le leadership islamiste, deux jeunes musulmanes avaient été renvoyées de leur collège, parce qu’elles portaient ce qu’on appelait alors un «foulard islamique». Le ministre de l’Education nationale, Lionel Jospin, n’avait pas voulu trancher, renvoyant la patate chaude aux chefs d’établissement. Il avait fallu attendre 15 ans pour qu’une loi, celle de 2004, interdise voiles, kippas et croix (ces dernières, quand elles sont grandes et apparentes).

«Islamophobie»

On retrouve aujourd’hui le front qui s'opposait alors en France, les universalistes contre les multiculturalistes. La France insoumise, qui se veut la voix des quartiers populaires, où vivent de nombreux musulmans, appartient au second camp. Elle n’est résolument pas favorable à une interdiction ministérielle des abayas. Le 7 juin, réagissant à la «une», ce jour-là, du Parisien, la cheffe du groupe LFI à l’Assemblée nationale, Mathilde Panot, accusait le journal de verser dans l’«islamophobie»:

Le 13 juin, sur Franceinfo, le député Manuel Bompard, chef des Insoumis, reconnaissant que l’abaya pouvait dans certains cas avoir une motivation religieuse, déclarait cependant n’avoir «pas l'intention de participer à une énième campagne de dénigrement des musulmans». Il mettait en garde contre «une police du vêtement» et un «Iran à l’envers», manière de renvoyer dos-à-dos la dictature iranienne et la démocratie française. Au surplus, Manuel Bompard se fiait au Conseil français du culte musulman, qui, dans un avis rendu lundi, affirme que l’abaya n’est pas un vêtement religieux.

«Il ne s’agit pas d’une mode passagère»

«Ce n’est pas à une organisation religieuse de dire ce qui est religieux ou pas», réagit Florence Bergeaud-Blackler, jointe par watson. Cette anthropologue française vit sous protection policière depuis la sortie, au début de l’année, de son livre Le frérisme et ses réseaux, l’enquête (éditions Odile Jacob).

«Si on laisse le religieux dire ce qui est religieux et ce qui ne l’est pas, alors c’est la loi religieuse qui prime sur la loi républicaine»
Florence Bergeaud-Blackler

Pour Florence Bergeaud-Blackler, l’abaya qui fait ici débat «a pour fonction de répondre à une norme religieuse».

Selon l’anthropologue:

«Les élèves qui portent une abaya se conforment à la norme islamique, qui veut que le corps entier soit dissimulé. Il ne s’agit pas d’une mode passagère. Si le législateur considère que l’abaya répond à une norme religieuse, il est fondé à appliquer la loi de 2004.»
Florence Bergeaud-Blackler

Le législateur s’y résoudra-t-il? Temporisera-t-il? Il attendra peut-être la rentrée scolaire de septembre pour apprécier l'évolution du phénomène.

Copin comme cochon: les jets privés
Video: watson
3 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
3
L'armée birmane a perdu le contrôle d'une ville frontalière clé
Les troupes de la junte birmane se sont totalement retirées de Myawaddy, a annoncé jeudi à l'AFP l'Union nationale Karen (KNU). La ville frontalière est un lieu clé pour le commerce avec la Thaïlande.

«Nous avons pris (le bataillon militaire de Birmanie) 275 à 22 heures hier soir», a déclaré à l'AFP Padoh Saw Taw Nee, porte-parole de la KNU, ajoutant que quelque 200 soldats s'étaient retranchés sur un pont reliant Myawaddy à la ville frontalière thaïlandaise de Mae Sot.

L’article