DE | FR

Le sud de l'Italie en proie aux flammes

Image: sda
A causes des températures élevées et de l'absence de pluies, de nombreux incendies ravagent le sud de l'Italie. Les feux seraient provoqués par des pyromanes.
01.08.2021, 11:0301.08.2021, 17:03

L'Italie a enregistré en cette fin de semaine plus de 800 départs de feu, essentiellement dans le sud du pays, ont indiqué les pompiers de la péninsule sur leur compte Twitter.

«Le travail des équipes se poursuit à Catane, à Palerme et dans la zone de Syracuse», trois villes siciliennes, ajoutent les pompiers.

300 incendies en Sicile

L'Italie est touchée par une vague de chaleur importante ces derniers jours avec des températures atteignant les 40°C à Bari (Pouilles) ou 39°C à Catane et Palerme (Sicile).

Ces chaleurs et l'absence de pluies ont entraîné de nombreux incendies dont l'un a ravagé en fin de semaine dernière plus de 20 000 hectares de forêts, d'oliveraies et de cultures dans la région d'Oristano, dans l'ouest de la Sardaigne.

Ce qui reste d'un établissement balnéaire ravagé par les flammes près de Catane, en Sicile.
Ce qui reste d'un établissement balnéaire ravagé par les flammes près de Catane, en Sicile.Image: sda

Selon la Coldiretti, l'un des principaux syndicats d'agriculteurs en Italie, la seule Sicile a enregistré environ 300 incendies de forêt pour 60 000 départs de feu jusqu'à présent en 2021.

«Les derniers départs de feu confirment que les incendies sont provoqués par des criminels», ajoute la Coldiretti, tout en reconnaissant que «la chaleur et la sécheresse» ont facilité le travail des pyromanes.

Les incendies aux Etats-Unis

1 / 12
Les incendies aux Etats-Unis
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Iran: «Nous sommes prêts à sacrifier notre vie pour notre liberté»
La vague de colère réveillée par la mort, le 16 septembre, de la jeune Mahsa Amini, ne semble pas s'estomper. Sur place, des Iraniens racontent les manifestations, la répression et le combat pour leurs droits.

«Ça ressemblait à un film pour moi», n'en revient toujours pas Golnaz*. Ce jour-là, cette Téhéranaise d'une vingtaine d'années doit se rendre sur l'avenue Valiasr. Réputée être l'avenue la plus longue de tout le Moyen-Orient, avec ses quelque 17 kilomètres, cette artère coupe Téhéran en deux du nord au sud. Bordée d'une armée de platanes, c'est une artère bouillonnante et incontournable de la capitale iranienne.

L’article