DE | FR

Le Japon va rejeter de l'eau contaminée de Fukushima à la mer

An aerial photo shows Fukushima Daiichi nuclear power plant in Okuma town, Fukushima Prefecture in January, 2021. The Japanese government has decided to get rid of the massive amounts of treated but still radioactive water stored in tanks at the wrecked Fukushima nuclear plant by releasing it into the Pacific ocean, a conclusion widely expected but delayed for years amid protests and safety concerns. Prime Minister Yoshihide Suga on Wednesday, April 7, 2021, told top fisheries association officials that his government believes the release to sea is the most realistic option and a final decision will be made

Environ 1,25 million de tonnes d'eau contaminée sont actuellement stockées dans plus d'un millier de citernes à proximité de la centrale nucléaire accidentée. Image: sda

L'eau en question a été filtrée à plusieurs reprises pour la débarrasser de ses substances radioactives, mais pas du tritium, qui ne peut être éliminé avec les techniques actuelles.



Une décision prise malgré l'opposition que rencontre ce projet. Le Japon va rejeter à la mer, après traitement, de l'eau issue de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, a annoncé mardi 13 avril le Premier ministre Yoshihide Suga.

Cette décision met un terme à sept années de débat sur la manière de se débarrasser de cette eau. Une décision était d'autant plus urgente que les limites de la capacité de stockage sur place pourraient être atteintes dès l'automne 2022.

Débarrassée de la plupart des substances radioactives

L'eau destinée à être relâchée dans cette opération, qui devrait prendre plusieurs années, a été filtrée à plusieurs reprises pour être débarrassée de la plupart de ses substances radioactives.

Contestée par les pêcheurs et les agriculteurs de Fukushima

Cette option, privilégiée au détriment d'autres scénarios, comme une évaporation dans l'air ou un stockage durable, est notamment très contestée par les pêcheurs et les agriculteurs de Fukushima. Ils redoutent que cela ne dégrade davantage l'image de leurs produits auprès des consommateurs.

La Chine et la Corée du sud s’inquiètent

Les voisins du Japon, ont aussi manifesté leur mécontentement. La Chine ayant communiqué lundi ses «sérieuses inquiétudes» et appelé le Japon à la «prudence» dans l'élimination de l'eau contaminée. La Corée du Sud a elle fait savoir sa «vive préoccupation» concernant la décision japonaise de rejeter l'eau contaminée.

L'ambassadeur de Chine dans l'ASEAN fait part de son inquiétude face à la décision du Japon. deng xijun

Début 2020, des experts commissionnés par le gouvernement avaient recommandé le rejet en mer, une pratique déjà existante au Japon et à l'étranger sur des installations nucléaires en activité. Le tritium, qui ne peut être éliminé avec les techniques actuelles, n'est dangereux pour la santé humaine qu'à très haute dose, selon des experts dans les Echos .

L'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) plaide aussi pour l'option d'une dilution en mer. L'organisation environnementale Greenpeace a cependant appelé à poursuivre le stockage de l'eau jusqu'à ce que la technologie permette de la décontaminer complètement. (ga)

D'autres sujets de lutte climatique

Ô glacier, dis-moi si tu es rentable et tu seras choyé

Link zum Artikel

Ça vous dirait d'être payés en billets (vraiment) verts?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

Les jeunes feront la grève, mais assis en petits paquets

Link zum Artikel

Une baleine retrouvée morte avec 16kg de plastique dans l'estomac

Sachets plastiques, paquets de chips, de pâtes et autre ont contribué à tuer cette baleine retrouvée sur une plage des Landes en France.

16 kilos. C’est la quantité de plastique retrouvée par des chercheurs dans le corps d’une baleine de 5m à bec retrouvée échouée samedi 8 mai sur une plage des Landes, rapporte France Bleu.

Selon les spécialistes de Pelagis, l’observatoire des mammifères et oiseaux marins, l’échouage de ce spécimen est un phénomène rare, observé deux à trois fois par an.

Mais les analyses pour déterminer l’origine de sa mort ont révélé un triste constat: dans le ventre de l’animal, près de 16 kilos de …

Lire l’article
Link zum Artikel