DE | FR

Le Japon va rejeter de l'eau contaminée de Fukushima à la mer

Environ 1,25 million de tonnes d'eau contaminée sont actuellement stockées dans plus d'un millier de citernes à proximité de la centrale nucléaire accidentée.
Environ 1,25 million de tonnes d'eau contaminée sont actuellement stockées dans plus d'un millier de citernes à proximité de la centrale nucléaire accidentée.Image: sda
L'eau en question a été filtrée à plusieurs reprises pour la débarrasser de ses substances radioactives, mais pas du tritium, qui ne peut être éliminé avec les techniques actuelles.
13.04.2021, 03:27

Une décision prise malgré l'opposition que rencontre ce projet. Le Japon va rejeter à la mer, après traitement, de l'eau issue de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima, a annoncé mardi 13 avril le Premier ministre Yoshihide Suga.

Cette décision met un terme à sept années de débat sur la manière de se débarrasser de cette eau. Une décision était d'autant plus urgente que les limites de la capacité de stockage sur place pourraient être atteintes dès l'automne 2022.

Débarrassée de la plupart des substances radioactives

L'eau destinée à être relâchée dans cette opération, qui devrait prendre plusieurs années, a été filtrée à plusieurs reprises pour être débarrassée de la plupart de ses substances radioactives.

Contestée par les pêcheurs et les agriculteurs de Fukushima

Cette option, privilégiée au détriment d'autres scénarios, comme une évaporation dans l'air ou un stockage durable, est notamment très contestée par les pêcheurs et les agriculteurs de Fukushima. Ils redoutent que cela ne dégrade davantage l'image de leurs produits auprès des consommateurs.

La Chine et la Corée du sud s’inquiètent

Les voisins du Japon, ont aussi manifesté leur mécontentement. La Chine ayant communiqué lundi ses «sérieuses inquiétudes» et appelé le Japon à la «prudence» dans l'élimination de l'eau contaminée. La Corée du Sud a elle fait savoir sa «vive préoccupation» concernant la décision japonaise de rejeter l'eau contaminée.

Début 2020, des experts commissionnés par le gouvernement avaient recommandé le rejet en mer, une pratique déjà existante au Japon et à l'étranger sur des installations nucléaires en activité. Le tritium, qui ne peut être éliminé avec les techniques actuelles, n'est dangereux pour la santé humaine qu'à très haute dose, selon des experts dans les Echos .

L'agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) plaide aussi pour l'option d'une dilution en mer. L'organisation environnementale Greenpeace a cependant appelé à poursuivre le stockage de l'eau jusqu'à ce que la technologie permette de la décontaminer complètement. (ga)

D'autres sujets de lutte climatique

Ô glacier, dis-moi si tu es rentable et tu seras choyé

Link zum Artikel

Ça vous dirait d'être payés en billets (vraiment) verts?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

Les jeunes feront la grève, mais assis en petits paquets

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En Afghanistan, les présentatrices de télévision doivent se voiler le visage
Auparavant, un foulard couvrant les cheveux suffisait. Désormais, celles-ci portent le voile intégral, ne laissant apparaître que leurs yeux et leur front.

Les présentatrices des principales chaînes de télévision afghanes sont passées à l'antenne dimanche en se couvrant le visage, un jour après avoir défié l'ordre des talibans de dissimuler leur apparence et ainsi se soumettre à la vision austère de l'islam du groupe.

L’article