International
Joe Biden

L'accusation perfide de Donald Trump de contre Joe Biden

Joe Biden est dans la tourmente.
Joe Biden est dans la tourmente.Image: Shutterstock

Trump porte une accusation perfide

Pour Donald Trump, c'est clair: Joe Biden aurait détourné des documents gouvernementaux pour les vendre à la Chine. Il n'y a pourtant aucune preuve de cela. La situation devient néanmoins inconfortable pour le président.
11.01.2023, 12:1711.01.2023, 16:05
Bastian Brauns, Washington
Plus de «International»
Un article de
t-online

Le fait que Joe Biden ne se retrouve pas à Washington en ce moment va lui être favorable. En effet, dans la capitale américaine, il n'y a actuellement qu'un seul sujet (désagréable) sur toutes les lèvres: qu'en est-il des documents secrets datant de l'époque où il était vice-président et qui ont été trouvés dans son bureau privé?

A Mexico, où Biden participe au rassemblement des chefs d'Etat et de gouvernement des pays d'Amérique du Nord, d'autres choses semblent plus importantes pour l'instant. Mais de retour dans la capitale, il devra se faire passer au gril par l'opposition et les journalistes. Car à peine la nouvelle des documents s'est-elle répandue que ses adversaires politiques sont préparés. L'ancien président Donald Trump est bien sûr en tête de liste.

Pluie d'accusations dans le camp Trump

Pour lui et les républicains, il est d'ores et déjà clair qu'il s'agit au moins d'un cas flagrant de double jeu dans cette affaire. Ils reprochent aux démocrates d'avoir exagéré la découverte de documents chez Trump, à Mar-a-Lago, et de se taire maintenant que leur président est visé. Dans le cas de Trump, ils auraient envoyé le FBI et ordonné une perquisition, alors que Biden ne serait pas inquiété.

Trump profite de la situation.
Trump profite de la situation.Image: Shutterstock

Trump affirme même, sans présenter aucune preuve, que Biden a mis les documents secrets à la disposition des Chinois en échange de dons d'argent. Et il répand une autre accusation sans aucune preuve: les démocrates auraient délibérément dissimulé la découverte afin de ne pas avoir de scandale sur les bras lors des élections de mi-mandat en novembre. Il écrit sur son propre réseau social, Truth Social:

«Pourquoi le ministère de la Justice n'a-t-il pas annoncé la découverte des documents classés secrets dans le bureau de Biden avant les élections?»

Une chose est certaine, l'ex-président américain a trouvé dans cette affaire une source pour abreuver ses partisans d'informations invérifiables pour l'heure, comme il en est coutumier.

Comment ont été découverts les documents?

Selon les avocats de Biden, les documents gouvernementaux en question ont été trouvés le 2 novembre 2022, soit six jours avant les élections de mi-mandat. Il n'y a pas d'explication officielle sur la raison pour laquelle on a attendu avant de les rendre publics. Les documents ont toutefois été immédiatement transmis aux Archives nationales.

Apparemment, il s'agissait d'un coup de chance. Selon les informations, le matériel n'a été mis au jour que parce qu'un ancien bureau à Washington a été vidé. Biden l'avait utilisé lorsqu'il était professeur honoraire à l'université de Pennsylvanie entre 2017 et 2019. Le groupe de réflexion de Biden, le «Biden Penn Center», y était hébergé. On ignore pour l'instant ce que contiennent concrètement les documents classés secrets.

Est-il juste de comparer cette affaire avec celle de Trump?

A première vue, la comparaison avec les documents trouvés chez Trump est évidente. Mais sur le fond, il y a quelques différences significatives. Chez Trump, les Archives nationales avaient fait plusieurs demandes, mais les documents n'avaient pas été remis. La perquisition a été le point final après plus d'un an de silence. Le FBI n'a en tout cas pas été envoyé à Mar-a-Lago en un tour de main. Les documents trouvés contenaient notamment des éléments relatifs à la sécurité nucléaire des Etats-Unis. Dans le cas de Biden, il n'y aurait pas eu de demande de la part des archives.

Y a-t-il une enquête sur le cas Biden?

Oui, le procureur général Merrick Garland, régulièrement critiqué par Trump et les républicains pour sa partialité politique, a désormais confié l'enquête sur l'affaire Biden au procureur américain de Chicago, John Lausch. Ce dernier a été nommé autrefois par Donald Trump. Il est possible que Garland l'utilise à dessein pour que l'enquête paraisse la plus impartiale possible. Le calcul est le suivant: si un procureur nommé par Trump enquête sur l'ancien vice-président et actuel président des Etats-Unis, il sera pour le moins difficile d'émettre des doutes sur le résultat de l'enquête.

Pour continuer, une autre reproche de Trump et d'autres républicains: Trump aurait eu le pouvoir de déclassifier des documents secrets en tant que président. Le vice-président de l'époque, Biden, n'aurait pas eu ce pouvoir. Cette argumentation vise à disculper Trump, car celui-ci n'a cessé d'affirmer qu'il avait déclassifié des documents. En réalité, de tels documents prétendument déclassifiés par Trump n'ont pas été trouvés à ce jour.

En l'état actuel des connaissances, rien ne prouve que Joe Biden ait agi dans une intention criminelle après avoir été vice-président. L'enquête devra montrer s'il est suffisant d'affirmer qu'il n'avait pas connaissance des documents classés secrets dans son bureau. Une chose est sûre: A la fin de leur mandat, les présidents et vice-présidents doivent remettre tous les documents aux archives nationales. Ce que Joe Biden n'a manifestement pas fait.

Cet incident devrait marquer le début d'attaques régulières des républicains contre Joe Biden. Avec leur courte majorité à la Chambre des représentants, ils peuvent, sous la direction de leur porte-parole nouvellement élu Kevin McCarthy, lancer de nombreuses enquêtes parlementaires. Des commissions sont notamment attendues sur le retrait d'Afghanistan et sur les accusations portées contre le fils du président, Hunter Biden. Il y a désormais une raison supplémentaire pour que le Congrès se penche sur la question.

Barack Obama vanne Joe Biden en l'appelant son «vice-président»
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Attentat de Nice: le verdict est tombé
La cour d'assises spéciale de Paris a rendu jeudi son verdict en appel contre deux accusés jugés pour leur rôle présumé dans l'attentat du 14 juillet 2016, à Nice.

Des peines de 18 ans de réclusion criminelle, assorties d'une peine de sûreté des deux tiers, ont été prononcées jeudi par la cour d'assises spéciale de Paris contre les deux accusés jugés en appel au procès de l'attentat de Nice qui a fait 86 morts le 14 juillet 2016.

L’article