International
Kim Jong-un

Le train blindé de Kim Jong-un a un défaut

Lors de ses rares déplacements à l'étranger, Kim Jong-Un fait rarement infidélité à «Taeyangho», son cher train blindé.
Lors de ses rares déplacements à l'étranger, Kim Jong-Un fait rarement infidélité à «Taeyangho», son cher train blindé. montage: watson

Le train blindé de Kim Jong-un est rempli de vierges, mais il a un gros défaut

Comme tout ce qui concerne le régime nord-coréen, les informations circulant sur le train ultra-sécurisé de Kim Jong-un sont assez maigres. Contrairement à ses banquets voluptueux et son harem de «vierges chantantes». Et sa vitesse de croisière prête à sourire. Voici ce que l'on (croit) savoir.
12.09.2023, 18:1613.09.2023, 10:04
Suivez-moi
Plus de «International»

La tête, joufflue, ronde et brillante comme une bille, émerge du wagon sous le crépitement des flashs. C'est officiel: après des jours de spéculations, Kim Jong-un vient bel et bien de poser le pied en Russie, ce mardi matin. Il fallait bien une rencontre avec son homologue russe Vladimir Poutine pour convaincre le dictateur de pointer le nez hors de sa Corée du Nord.

Kim Jong-un est arrivé en Russie mardi matin, selon les médias russes et nord-coréens.
Kim Jong-un est arrivé en Russie mardi matin, selon les médias russes et nord-coréens.

Pour sa première sortie officielle du pays depuis plus de quatre ans, Kim Jong-un n'allait pas déroger à son moyen de transport habituel: le train familial. N'y voyez pas là un sursaut de conscience écologique de la part du «leader suprême». Juste un sens aigu de la tradition. Son père et son grand-père, qui se sont légué la Corée du Nord et le pouvoir absolu, étaient également de fidèles amateurs du rail.

En 2019, année de ses ultimes voyages à l'étranger avant qu'il ne disparaisse des écrans radars pendant des mois (au point que le monde le croit mort), Kim s'est déplacé à bord de son précieux train «Taeyangho» (soleil, en coréen) à deux reprises: au Vietnam en février, pour rencontrer l'ex-président Donald Trump, et en Russie, un peu plus tard, pour son premier échange avec Vladimir Poutine.

En février 2019, Kim Jong-Un est photographié lors d'une escale pour fumer, alors que sa sœur Kim Yo Jong lui tient docilement son cendrier en cristal.
En février 2019, Kim Jong-Un est photographié lors d'une escale pour fumer, alors que sa sœur Kim Yo Jong lui tient docilement son cendrier en cristal.

Un véritable bunker sur roulettes

La légende raconte que Kim Jong-il, papa et prédécesseur de l'actuel dirigeant, éprouvait une peur presque panique de l'avion. Mal de l'air ou hantise de se faire dézinguer? Nul ne le sait vraiment. Selon les allégations d'un ex-garde du corps aux médias sud-coréens, le dictateur craignait de se muer en cible trop facile, perché à 10 000 mètres au-dessus du sol.

Si bien que c'est dans son train adoré que Kim Jong-il a succombé à une crise cardiaque, en 2011. Ledit wagon est toujours exposé dans le Palais du Soleil de Kumsusan, où le corps du patriarche repose également en l'état.

Aussi terrifiant que de son vivant.
Aussi terrifiant que de son vivant.abc news

Bien que Kim Jong-un ne semble pas avoir hérité de la phobie paternelle (il a fait plusieurs fois le trajet entre l'Asie et la Suisse, où il était scolarisé dans sa prime jeunesse), il est évident que son train est gage d'une plus grande sécurité. D'autant que «Taeyangho» est un véritable bunker sur rails.

Selon le média sud-coréen Chosunl, en 2009, qui se base sur des informations gouvernementales classifiées, le convoi présidentiel utilisé à l'époque par le père de Kim comprenait environ 90 voitures, divisées en trois trains distincts. Un premier pour assurer la sécurité des voies, un principal pour le chef de l'Etat, et un troisième pour le personnel ainsi que les fournitures supplémentaires - dont les toilettes mobiles personnelles de Kim et sa Mercedes blindée.

Si des estimations plus récentes suggèrent que le nombre de wagons est tombé à 21, la sécurité de l'engin n'en reste pas moins optimale: chaque voiture est lourdement blindée et munie de l'indispensable protection pare-balles. Plus d'une centaine d'agents de sécurité assureraient le reste du job.

Ce qui explique pourquoi le leader suprême s'est mis en route dimanche soir déjà. «Taeyangho» est si lourd par rapport aux autres trains qu'il se déplace à une vitesse de 45 km/h sur les voies nord-coréennes - passablement archaïques - et environ 60km/h sur le réseau ferroviaire chinois. A titre de comparaison, un train CFF à grande vitesse circule à environ 200 km/h. On vous laisse le soin de calculer le temps qu'il faut pour avaler les 1200 kilomètres qui séparent la capitale de Pyongyang de Vladivostok, en Russie, lieu du rendez-vous.

En ce qui concerne la déco intérieure, les quelques images retransmises par les médias d'Etat nord-coréens permettent de se faire une vague idée du confort. Rien de très sobre ni de très élégant, on est plutôt chez les Teletubbies. Sofas de cuir rose, murs lambrissés de bois blanc, parquets brillants - rien à voir avec la cruelle sobriété des manteaux de cuir noir du propriétaire.

La chaîne d'Etat JoongAng TV a révélé récemment des images de l'intérieur du train présidentiel à l'occasion d'un film documentaire, «Le père du peuple», tout à la gloire de Kim Jong-un.
La chaîne d'Etat JoongAng TV a révélé récemment des images de l'intérieur du train présidentiel à l'occasion d'un film documentaire, «Le père du peuple», tout à la gloire de Kim Jong-un.JoongAng TV

Les nombreuses salles de conférences sont évidemment pourvues du nec plus ultra de la technologie: téléphones satellites, télévisions à écran plat, MacBook et tout le toutim.

Beaucoup de rose et de blanc pour la déco du train du «leader suprême».
Beaucoup de rose et de blanc pour la déco du train du «leader suprême».joongang tv

Ne vous fiez pas à cette ambiance de travail a priori froidement studieuse. Les quelques témoignages des passagers ayant voyagé à bord de «Taeyangho» font plutôt état de gueuletons gargantuesques et de plaisirs charnels.

Bonnes bouffes et chanteuses vierges

Le récit de Konstantin Pulikovsky, un ex-responsable russe au sein du ministère des Affaires étrangères, publié dans le New York Times en 2001, alimente la légende du train des Kim. Selon le fonctionnaire, le disparu Kim Jong-il se révèle être en fait un «type amusant», qui ne lésine pas sur les banquets opulents, les soirées arrosées et le karaoké.

«Kim Jong-il peut être qualifié de gourmet. Il était possible de commander n'importe quel plat de la cuisine russe, chinoise, coréenne, japonaise et française»
Konstantin Pulikovsky, qui a voyagé à bord du train, dans ses mémoires, en 2001.

Vins français à gogo acheminés par avion depuis Paris, homards vivants exportés de Pyongyang pour garantir leur première fraîcheur, porc grillé grignoté avec des baguettes en argent... L’évocation seule de ces menus a de quoi mettre en appétit. En particulier la population nord-coréenne, confrontée à des pénuries alimentaires chroniques.

Et pour divertir tout ce beau monde pendant les quatre heures durant lesquels se prolonge le festin, Kim Jong-il sait mettre l’ambiance: on le dit particulièrement friand de ses «dames chefs d'orchestre», jeunes et jolies chanteuses qui enchaînent en chœur et avec entrain d'anciens chants soviétiques.

Quelques archives des banquets de Kim Jong-il traînent encore sur YouTube.
Quelques archives des banquets de Kim Jong-il traînent encore sur YouTube.

Sur ce point, Kim Jon-un ne déroge pas à la tradition paternelle. Si on dit que le dirigeant préfère le fromage suisse (souvenir de ses années d'internat dans le canton de Berne), le champagne Cristal et le cognac Hennessy, il apprécie la bonne compagnie tout autant que ses ancêtres. Selon les rumeurs, le tyran aux joues rebondies aurait lancé, en 2015, une campagne de recrutement de filles «grandes», «belles» (et vierges, évidemment), pour rejoindre sa «brigade du plaisir», les Kippumjo.

Fondée en 1978 par Kim Il-sung, la «brigade du plaisir» existe encore du temps de son petit-fils.
Fondée en 1978 par Kim Il-sung, la «brigade du plaisir» existe encore du temps de son petit-fils.

Bref, avec un tel train de vie, même le convoi privé du président Poutine a du mal à rivaliser, selon l'ex-fonctionnaire russe Konstantin Pulikovsky. Le train de la famille Kim peut bien se traîner comme une limace. Après tout, ça fait durer le plaisir.

En parlant de Kim Jong-un... Connaissez-vous sa fille?

Plus d'images de Kim Jong-un portant son manteau en cuir
1 / 6
Plus d'images de Kim Jong-un portant son manteau en cuir
source: epa kcna / kcna
partager sur Facebookpartager sur X
Ce clip de propagande nord-coréen vaut tous les nanars du monde.
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Kate n'est pas prête à réapparaître: «Son agenda est vide»
Selon des sources proches de la famille royale, la princesse de Galles, dont on ne reçoit que des bribes de nouvelles par l'intermédiaire de son mari le prince William, ne devrait pas faire son retour aux affaires publiques «avant la fin de l'année».

On espère que le portrait «intolérablement mauvais» de Kate vous aura apporté un peu de chaleur et réconfort, parce qu'il est peu probable d'obtenir bien davantage d'ici tôt. Selon une source du Daily Beast vendredi, le retour de la princesse de Galles sur le devant de la scène, en chair et en os, n'est pas programmé avant plusieurs mois.

L’article