en partie ensoleillé
DE | FR
International
Kosovo

Tensions Kosovo/Serbie: l'Otan veut du dialogue

Le Premier ministre du Kosovo Albin Kurti (à gauche) et Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'OTAN.
Pristina s'était notamment dit convaincu que la Serbie profiterait du contexte de l'invasion russe de l'Ukraine pour passer à l'attaque contre le KosovoImage: Keystone

Tensions Kosovo/Serbie: l'Otan veut de la retenue et du dialogue

La tension est à son paroxysme entre le Kosovo et la Serbie. Belgrade rappelait même n'avoir «pratiquement aucun point d'accord» avec Pristina.
17.08.2022, 19:5818.08.2022, 17:30

Le Secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, a appelé mercredi les dirigeants serbe et kosovar, qu'il rencontrait à Bruxelles, au «dialogue de bonne foi» pour «empêcher une nouvelle escalade».

«Il incombe (...) aux responsables à Belgrade et Pristina d'empêcher une nouvelle escalade. J'appelle toutes les parties à faire preuve de retenue et à éviter la violence», a déclaré M. Stoltenberg lors d'une conférence de presse au côté du président serbe Aleksandar Vucic.

Le chef de l'Alliance a de nouveau averti que la force de maintien de la paix de l'Otan au Kosovo (Kfor) était «prête a intervenir si la stabilité était menacée», afin notamment d'assurer «la liberté de mouvement pour tous les habitants» de l'ex-province serbe.

Nouvelles règles

Jens Stoltenberg devait s'entretenir ensuite avec le Premier ministre kosovar Albin Kurti, à deux semaines de l'entrée en vigueur de nouvelles règles administratives et frontalières imposées par Pristina. Ces dernières ont entraîné un nouvel épisode de violences fin juillet dans le nord du Kosovo où la minorité serbe les juge vexatoires.

Alors qu'une nouvelle concertation aura lieu jeudi à Bruxelles avec les deux dirigeants dans le cadre du dialogue Belgrade-Pristina facilité par l'UE depuis 2011, Jens Stoltenberg a appelé Aleksandar Vucic et Albin Kurti «à s'engager de bonne foi, faire preuve de souplesse et être constructif».

Aleksandar Vucic a dit s'attendre à des «discussions difficiles».

«Nous ne sommes d'accord sur pratiquement aucun point»
Aleksandar Vucic

«La police et l'armée serbes n'ont à aucun moment franchi» la frontière avec le Kosovo lors des incidents de juillet, a-t-il affirmé, accusant Pristina d'«avoir menti sur ce point comme sur tout le reste depuis 180 jours, en invoquant une attaque (...) qui n'a et n'aura jamais lieu», a-t-il ajouté.

Neutralité

Pristina s'était notamment dit convaincu que la Serbie profiterait du contexte de l'invasion russe de l'Ukraine pour passer à l'attaque contre le Kosovo - ce que Belgrade, qui entretient de bonnes relations avec Moscou, a démenti farouchement à plusieurs reprises.

«La Serbie est un pays militairement neutre et le restera, elle ne s'alignera sur aucun bloc», a réaffirmé Aleksandar Vucic.

Belgrade n'a jamais reconnu l'indépendance proclamée par le Kosovo en 2008, une décennie après une guerre sanglante qui a fait 13 000 morts, en majorité des Kosovars albanais.

Depuis, la région est le théâtre de frictions épisodiques. Les quelque 120 000 Serbes du Kosovo, dont environ un tiers vivent dans le nord du territoire, ne reconnaissent pas l'autorité de Pristina et restent fidèles à Belgrade. (ats/afp)

Un prisonnier de guerre russe appelle sa famille - ils ne croient pas un mot de ce qu'il dit

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Canada annonce un plan pour réduire les coûts des catastrophes naturelles
Ottawa s'attend à ce que les dégâts causés par les catastrophes naturelles avoisinent les 15,4 milliards de dollars par an d'ici 2030. Le pays va donc investir 1,6 milliard de dollars pour se préparer.

Le gouvernement canadien a dévoilé jeudi sa toute première stratégie nationale d'adaptation aux changements climatiques. Celle-ci est composée d'investissements et de nouvelles normes de construction afin de «protéger les collectivités et bâtir une économie forte».

L’article