DE | FR
Le 24 avril dernier, Mélenchon a demandé aux Français de l'élire premier ministre.
Le 24 avril dernier, Mélenchon a demandé aux Français de l'élire premier ministre.Image: keystone
Législatives 2022

«Tout sauf Mélenchon»: comment la gauche française s'autodétruit

Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise, veut être le premier ministre d'Emmanuel Macron. La gauche modérée, qui le déteste, ne veut pas en entendre parler.
28.04.2022, 16:3729.04.2022, 08:01

Ne cherchez plus, l'hostilité la plus féroce à Jean-Luc Mélenchon, c’est à gauche qu’on la trouve. Paradoxal? Du tout. C’est même un grand classique. A sept semaines du premier tour des élections législatives, les prétentions du leader de La France insoumise (LFI) à incarner la seule opposition possible au président Macron réélu, rencontrent de fermes oppositions au sein de la famille progressiste.

Retour au 10 avril, date clé pour comprendre. Ce jour-là, Jean-Luc Mélenchon arrive troisième du premier tour de la présidentielle avec près de 22% des voix. Un excellent score, qui aurait en partie bénéficié de la stratégie du vote utile. De fait, les autres candidats à gauche obtiennent des résultats plus bas que ceux que leur promettaient les sondages. Depuis, «Monsieur 22%» se sent pousser des ailes… de chef du gouvernement.

Toujours au top de la provoc, la France insoumise a concocté une affiche portant la mention «Mélenchon Premier Ministre». Sur fond de foule agitant des drapeaux tricolores, on y voit le chef de la FI en petit père des peuples souriant, le regard pointé vers un avenir meilleur, le cheveu en brosse à la manière des notables communistes d'autrefois.

Tout le monde parle de ce portrait qu’on dirait conçu pour une campagne présidentielle. Certains s’en indignent et accusent le patron de la FI de fouler la Constitution au pied: en France, c’est le président de la République qui choisit son premier ministre, sachez-le, Monsieur Mélenchon!

Et revoilà le «tout sauf Mélenchon»

Dans cet intervalle qui sépare la présidentielle des législatives, jamais l’humeur n'avait paru aussi orageuse, avec ce procès en illégitimité fait à Emmanuel Macron par ses opposants les plus déterminés, et il s’en trouve de nombreux à la FI.

Les forces de gauche, selon l’expression consacrée, avaient pu sembler unies avant le premier tour, de manière à donner le plus de voies possibles à Jean-Luc Mélenchon. Mais le second tour passé, le danger Marine Le Pen écarté, un «tout sauf Mélenchon» réapparaît chez la partie modérée de la gauche, la «bourgeoise», comme la fustige l'aile radicale avec le plus grand mépris.

Jadot se rétracte

Yannick Jadot, le candidat d'Europe Ecologie Les Verts à la présidentielle, se rétracte. Bien qu’il ne semble guère l’apprécier, il donnait l’impression de faire cause commune avec Jean-Luc Mélenchon appelant, il y a quinze jours encore, à la mobilisation en vue des législatives de juin, qu’il qualifiait de «troisième tour de la présidentielle». Une expression qu’à présent il condamne, la jugeant contraire à l’esprit des institutions de la Ve République. Plus simplement, Jadot ne veut pas se mettre sous les ordres de Mélenchon.

A l'inverse, le premier secrétaire de ce qu’il reste du Parti socialiste, Olivier Faure, ne dit pas «non» à Jean-Luc Mélenchon. Sans doute dans l’espoir de sauver ce qui peut l’être encore de sa formation. Son choix fait bondir dans la famille social-démocrate, représentative de cette gauche modérée, qui ne lui pardonne pas de «se soumettre» à la France insoumise. Pourtant, en 2019, Faure condamnait sans réserve le personnage Mélenchon, le jugeant responsable d'une «dérive insupportable» pouvant conduire à «la fusion des rouges et de bruns». Certains le lui rappellent aujourd’hui:

Les derniers jours de la campagne présidentielle avaient pu créer l’illusion d’une réconciliation des «deux gauches», la sociale-démocrate laïque et la radicale prête à lâcher du lest sur la laïcité. L’après-24 avril montre qu’il n’en est rien.

Ils ne partiront pas en vacances ensemble

La chose est connue, une bonne partie de la social-démocratie a migré chez Emmanuel Macron en 2017 déjà. Elle accuse Mélenchon de se compromettre avec le «wokisme», l’«islamisme» et l’«indigénisme» (un courant décolonial issu du tiers-mondisme). Une passe d’armes vient d'avoir lieu entre le président du Printemps républicain, un mouvement «laïque» issu de la gauche socialiste, présidé par l’Avignonnais Amine El Khatmi, et David Guiraud, le porte-parole Jeunesse de Jean-Luc Mélenchon.

El Khatmi reproche à la France insoumise de vouloir investir pour les législatives deux protégés de Guiraud, un «raciste» et une «homophobe», soit Taha Bouhafs, condamné par la justice pour avoir traité une syndicaliste policière d’«Arabe de service», et Shéhérazade Bentorki, qui avait dû quitter le Parti socialiste en 2013 après s’être déclarée opposée au projet de loi instituant le «mariage pour tous».

David Guiraud a annoncé vouloir porter plainte contre Amine El Khatmi pour diffamation.

Emmanuel Macron, «bâtard de Hollande»

L'humeur à gauche est à l'orage. Elle est même parfois détestable. Comme ce jeudi matin à l'antenne de la radio France Inter, lorsque le député LFI François Ruffin a décrit Emmanuel Macron en «bâtard» de l'ex-président de la République François Hollande.

Roger Federer l'avoue, il «chante du Britney en voiture»

Plus d'articles sur la réélection d'Emmanuel Macron et la suite du programme

Brigitte et Emmanuel Macron: «On a cherché les emmerdes…»

Link zum Artikel

Le discours de Macron ++ Une Marseillaise à l'américaine

Link zum Artikel

Macron réélu, une victoire contre le nationalisme et le complotisme

Link zum Artikel

Mélenchon: Les Français peuvent-ils vraiment l'élire premier ministre?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Trump verse 110 000 dollars d'amende à la justice américaine
Coup dur pour Donald Trump? 110 000 dollars, c'est le montant de l'amende que l'ex-président américain a déboursé pour «entrave» à une enquête pour fraude fiscale menée depuis 2019 à New York. Mais que se cache-t-il derrière la procédure judiciaire du milliardaire?

L'ex-président américain Donald Trump a payé 110 000 dollars d'amende pour «entrave» à une enquête pour fraude fiscale menée depuis 2019 à New York. Il avait été condamné le 25 avril à verser 10 000 dollars par jour tant qu'il refuserait de fournir des documents.

L’article