DE | FR
Des gens déploient un drapeau arc-en-ciel lors d'une manifestation pour les droits des LGBT devant le Parlement hongrois à Budapest, en Hongrie, en juin. 14, 2021.

En janvier, des militants avaient protesté contre cette loi devant le Parlement hongrois.

La Hongrie interdit de «promouvoir» l'homosexualité auprès des mineurs

La Hongrie a adopté mardi un texte qui proscrit la «promotion» de l'homosexualité auprès des moins de 18 ans. Les défenseurs des droits LGBTQIA+ sont inquiets.



Les Hongrois de moins de 18 ans pourraient ne plus avoir le droit de regarder «Friends», «Brigdet Jones» ou «Harry Potter».

Ce mardi, le pays a adopté un texte qui proscrit la «promotion» de l'homosexualité auprès des mineurs. Cette décision intervient à l'heure où le gouvernement souverainiste de Viktor Orban multiplie les restrictions visant les LGBTQIA+.

157 oui sur 199 députés

L'amendement a été approuvé par 157 députés sur 199 dont ceux du parti au pouvoir, le Fidesz. L'article entend «protéger les droits des enfants».

Le texte de l'amendement:

«La pornographie et les contenus qui représentent la sexualité ou promeuvent la déviation de l'identité de genre, le changement de sexe et l'homosexualité ne doivent pas être accessibles aux moins de 18 ans.»

Pubs, livres, contes, séries?

Les programmes éducatifs ou les publicités de grands groupes solidaires des minorités sexuelles et de genre ne seront plus autorisés. Il devrait en être de même pour les livres, les films et les séries où l'homosexualité est évoquée.

A l'automne 2020, un recueil de contes et légendes dédramatisant l'homosexualité s'était déjà attiré les foudres du pouvoir. Le Premier ministre avait appelé à «laisser [les] enfants tranquilles».

Contexte hostile aux LGBTQIA+

Les défenseurs des droits LGBTQIA+ s'inquiètent. «Le texte de loi est, à dessein, très ambigu», souligne Zsolt Szekeres, représentant du comité Helsinki qui défend les droits humains.

Des milliers de personnes étaient déjà descendues lundi soir dans les rues de Budapest pour fustiger les «cruelles campagnes politiques» du pouvoir.

En décembre, le gouvernement avait déjà interdit de facto l'adoption par les couples de même sexe et inscrit la notion traditionnelle de la famille et du «genre» dans la Constitution. (ats/as)

Avant Orban, la Hongrie était progressiste

Avant le retour au pouvoir de Viktor Orban en 2010, c'était pourtant l'un des pays les plus progressistes de la région: l'homosexualité y avait été dépénalisée dès le début des années 1960. L'union civile entre conjoints de même sexe avait aussi été reconnue dès 1996.

Plus d'articles «Actu»

Aux Pays-Bas, le journaliste blessé par balles est décédé

Link zum Artikel

En Norvège, ne pas signaler ses retouches sur Insta peut coûter cher

Link zum Artikel

Droits LGBT: l'UE menace la Pologne et la Hongrie

Link zum Artikel

La pluie, c'est nul mais ça inspire de belles chansons! En voici 9

Link zum Artikel

Le Japon fait un pas vers le mariage pour tous

Le tribunal de première instance de Sapporo a jugé que la non-reconnaissance du mariage gay était contraire à la Constitution.

Il y a du progrès dans l'air. Au Japon, dernier pays du G7 à ne pas reconnaître le mariage homosexuel, un tribunal a estimé mercredi que la non-reconnaissance de l'union sacrée entre personnes du même sexe était anticonstitutionnelle.

Il s'agit d'une première dans le pays qui a été immédiatement saluée comme une victoire par des militants pour l'égalité des droits.

C'est à Sapporo que la décision a été prise. Le tribunal a jugé que cette non-reconnaissance était contraire à l'article 14 de …

Lire l’article
Link zum Artikel