DE | FR

Le Prix Nobel de la Paix 2021 récompense Maria Ressa et Dimitry Muratov

Parmi les 329 candidatures proposées cette année, le prix Nobel de la paix a été décerné aux journalistes philippine Maria Ressa et russe Dimitri Muratov.
08.10.2021, 11:0708.10.2021, 15:25

Le prix Nobel de la paix a été attribué vendredi à deux journalistes, la Philippine Maria Ressa et le Russe Dimitri Mouratov, pour «leur combat courageux pour la liberté d'expression» dans leur pays respectif, a annoncé le comité Nobel norvégien.

Défenseurs de la démocratie

Maria Ressa et Dimitri Muratov «sont les représentants de tous les journalistes qui défendent cet idéal dans un monde où la démocratie et la liberté de la presse sont confrontées à des conditions de plus en plus défavorables», a déclaré la présidente du comité Nobel, Berit Reiss-Andersen, à Oslo.

Agé de 59 ans, Mouratov, un des fondateurs et rédacteur en chef du journal russe Novaïa Gazeta «a depuis des décennies défendu la liberté d'expression en Russie dans des conditions de plus en plus difficiles», a souligné le jury.

Le rédacteur en chef de Novaya Gazeta, Dmitri Muratov, lors d'une interview avec l'Associated Press
Le rédacteur en chef de Novaya Gazeta, Dmitri Muratov, lors d'une interview avec l'Associated PressImage: AP

Quant à Maria Ressa (58 ans), avec son média d'investigation Rappler cofondé en 2012, «elle utilise la liberté d'expression pour exposer les abus de pouvoir et l'autoritarisme croissants dans son pays natal, les Philippines», dirigé par Rodrigo Duterte, salue-t-il.

La rédactrice en chef de Rappler, Maria Ressa, lors du gala annuel du Time en 2019.
La rédactrice en chef de Rappler, Maria Ressa, lors du gala annuel du Time en 2019.

La liberté de la presse, jamais sacrée jusqu'à présent, figurait parmi les favoris pour cette année mais les 329 candidatures en lice étaient tenues secrètes.

Le prix - une médaille d'or, un diplôme et une somme de 10 millions de couronnes suédoises (près de 980 000 euros) - doit être physiquement remis le 10 décembre à Oslo. Mais cela, seulement si les conditions sanitaires le permettent. (ats)

Ces sujets pourraient aussi vous intéresser:

Et vous, vous reprendrez bien une part d'une de ces choses hideuses?

1 / 21
Vous reprendriez bien une part d'une de ces choses hideuses?
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Au fait, c'est quoi votre façon de manger?

Plus d'article Actu

Mais pourquoi cette fin de Covid paraît sans… fin?

Link zum Artikel

Affaire Tintin: «Ils minimisent l'existence du racisme en Suisse»

Link zum Artikel

«Il y a actuellement 430 milliards de dollars qui échappent aux Etats»

Link zum Artikel

Twitter se moque de la panne de Facebook & Co et c'est drôle 🤡

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
A Boutcha, Sanna Marin tourne définitivement le dos à Poutine
Depuis qu'elle porte sur ses épaules la candidature de son pays à l'Otan, la première ministre finlandaise a tous les regards européens braqués sur elle. Cette semaine, Sanna Marin a tourné encore plus le dos à Vladimir Poutine en rejoignant Zelensky, sur le terrain, en Ukraine. Et elle dénonce.

Elle paraît loin l'époque où la Finlande se contentait de jouer l'arbitre indispensable entre la Russie et l'Occident. Depuis que le pays a officialisé sa candidature à l'Otan, tout s'accélère et sa légendaire neutralité s'effrite à grande vitesse. Gilet pare-balles, fringues casuals, pupilles graves, Sanna Marin, 36 ans, a déambulé ces dernières heures à Kiev, Boutcha et Irpin.

L’article