larges éclaircies
DE | FR
International
Meurtre

Russie: Les tueurs de la journaliste Anna Politkovskaïa toujours impunis

Quinze ans après, le mystère plane sur la mort d'une journaliste russe

La journaliste avait été abattue dans sa cage d'escalier en 2006.
La journaliste avait été abattue dans sa cage d'escalier en 2006.
Quinze ans après l'assassinat de la célèbre journaliste russe Anna Politkovskaïa, les commanditaires du crime courent toujours. Les faits sont prescrits, mais son journal réclame une réouverture de l'enquête.
07.10.2021, 21:0708.10.2021, 17:27

Le média d'investigation russe Novaïa Gazeta n'a jamais oublié son employée, Anna Politkovskaïa, tuée par balles à Moscou le 7 octobre 2006, dans sa cage d’escalier. Ce jeudi, il commémore le quinzième anniversaire de sa mort.

Cet assassinat, dont la date coïncide avec l'anniversaire du président Vladimir Poutine, avait provoqué une onde de choc en Russie et à travers le monde.

Politkovskaïa était particulièrement connue dans les pays occidentaux pour ses critiques du Kremlin et du dirigeant de la Tchétchénie, Ramzan Kadyrov.

Un appel à enquêter

Ce jeudi, à l'occasion des cérémonies d'hommage devant les locaux du journal, Novaïa Gazeta a réclamé la réouverture de l'enquête. En effet, les «commanditaires ont officiellement échappé à la responsabilité pénale».

Les faits sont désormais prescrits et le (ou les) commanditaires toujours non identifiés du crime ne peuvent plus être poursuivis.

A ce jour, seuls les exécutants du crime ont été condamnés. On ignore encore qui sont les commanditaires.

En 2014, à la suite de huit ans d’enquête, cinq hommes ont été reconnus coupables d'avoir organisé, exécuté ou participé à l'assassinat.

Ils ont écopé de lourdes peines de prison. Parmi eux, le Tchétchène Lom-Ali Gaïtoukaïev, qui s'était occupé de l'organisation logistique du crime. Il est décédé en 2017 en prison.

Un verdict qui n'a pas assouvi la soif de justice du journal. «Justice n’a pas été faite», avait martelé en 2016 Sergueï Sokolov, rédacteur en chef adjoint de Novaïa Gazeta.

«Oui, ceux qui l’ont tuée sont en prison mais pas leur patron, ni le patron de leur patron»
Sergueï Sokolov

Le journal reste toujours sous pression

La commémoration intervient dans un contexte difficile pour les médias indépendants, l'opposition et les ONG critiques du Kremlin. La pression est particulièrement forte depuis l'arrestation d'Alexeï Navalny, principal détracteur de Vladimir Poutine, au début de l'année.

Vous ne vous souvenez plus de cette histoire? De quoi vous rafraîchir la mémoire...

Créée en 1993, Novaïa Gazeta fait partie des victimes de ce contexte. Le journal d'investigation indépendant a creusé des sujets qui lui ont valu les foudres d'hommes puissants et sans scrupules.

Il s'est particulièrement intéressé aux agissements de groupes de mercenaires russes ou aux persécutions des minorités sexuelles en Tchétchénie.

Novaïa Gazeta est régulièrement la cible d'intimidations, d'attaques et de meurtres. Depuis 2000, six de ses journalistes ont été assassinés.

En 2018, une tête de chèvre et une couronne mortuaire avaient été envoyées au siège de la rédaction en guise d'avertissement.

Le journal, qui paraît trois fois par semaine, est codétenu par sa rédaction, l'homme d'affaires Alexandre Lebedev et le dernier dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev. (mbr/ats)

Champignons fous

1 / 27
Champignons fous
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Battle: Êtes-vous pour ou contre l’automne?

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le fondateur de «Dirty Biology» visé par une enquête pour viol
Le célèbre youtubeur français Léo Grasset est accusé de viol par une jeune étudiante. L'enquête ouverte à son encontre mardi survient après une autre toujours en cours pour harcèlement sexuel.

Une enquête pour viol a été ouverte mardi 29 novembre après une plainte visant le youtubeur français Léo Grasset, a indiqué le parquet de Paris en confirmant une information dévoilée par Mediapart.

L’article