International
Mexique

Elections au Mexique: les politiciens craignent pour leur vie

Plus de 20 politiciens tués: l'emprise des cartels s'intensifie au Mexique

En juin, le Mexique élira sa première présidente. Cette année électorale est déjà la plus violente de l'histoire du pays. La faute aux cartels de drogue, toujours plus brutaux contre les politiciens qu'ils considèrent indésirables. Qui pourra les arrêter?
17.04.2024, 05:52
Natasha Hähni / ch media
Plus de «International»

Dans moins de deux mois, les Mexicains éliront leur première présidente. Mais cette première historique est ternie depuis quelques mois par une vague croissante de peur, mais aussi de violence. En effet, ces dernières années, les années électorales sont devenues de plus en plus dangereuses pour les politiciens et les candidats du Mexique.

Les Mexicains ont le choix entre ces deux femmes 👇

Pour se porter candidat dans le pays nord-américain ces jours-ci, il ne suffit pas d'avoir une carapace, mais il est préférable d'avoir également un gilet pare-balles. En 2021, selon un nouveau rapport du «Colegio de Mexico», 32 meurtres liés aux élections ont été enregistrés. Selon ce rapport, les principales victimes de ces attaques sont les candidats et les candidates au niveau local. Les principaux responsables des attaques sont des membres du grand banditisme et d'autres politiciens.

Des exemples récents montrent que 2021 n'était pas une exception. Rien que ces derniers jours, un homme et une femme qui se portaient respectivement candidats à la mairie ont été tués. Le mardi 9 avril, Julian Bautista Gomez a été assassiné dans l'État méridional de Chiapas. À peine une semaine auparavant, Bertha Gisela Gaytan a été abattue en plein jour alors qu'elle se déplaçait à pied avec son équipe de campagne dans la ville de Celaya, à l'intérieur des terres.

Rodrigo Peña González
Rodrigo Peña GonzálezImage: dr

Un peu plus d'une vingtaine de politiciens et de candidats ont déjà été assassinés au cours de cette année électorale. Le nombre exact est difficile à déterminer. «Franchement, pendant que nous parlons, il est probable qu'un autre meurtre ait déjà eu lieu», déclare le politologue Rodrigo Peña González à CH Media. Ce chercheur dirige l'Institut pour la Paix et la non-violence, qui a élaboré le rapport.

Les politiciens locaux sont particulièrement menacés

Pourquoi y a-t-il eu tant de violences lors des élections au Mexique ces dernières années? «Le trafic de drogue au Mexique a évolué», explique Peña. Les organisations criminelles sont de plus en plus intéressées par le pouvoir politique, et cela devient de plus en plus évident. Cependant, cela ne signifie pas pour autant que leur intérêt économique diminue.

«Ils restent très actifs sur les marchés illégaux et parfois même sur les marchés légaux»

Les réseaux criminels, qui comprennent souvent non seulement des cartels mais aussi des fonctionnaires gouvernementaux et d'autres personnes en position de pouvoir public, sont fortement enracinés localement. C'est pourquoi la plupart des meurtres visent les titulaires de fonctions et les candidats aux postes de maire ou de conseiller municipal.

«Les cartels deviennent souvent plus violents car, grâce à leurs connexions avec les autorités, ils ont plus de chances de rester impunis»

34 candidats se retirent suite à des menaces

La situation actuelle est comparable aux assassinats de journalistes. Depuis les années 2000, le Mexique est l'un des pays les plus dangereux pour les journalistes. Rien que l'année dernière, 561 attaques contre eux ont été enregistrées. Par la suite des «zones de silence», ont émergé au Mexique. Ce sont des régions où les journalistes ont cessé de travailler par peur des actes de violence.

«Il n'est pas clair qui contrôle ces zones. De plus, nous en savons très peu sur les activités criminelles qui s'y déroulent»
Rodrigo Peña.

Une de ces zones se trouve à Michoacán, un Etat à l'ouest de Mexico. Fin mars, 34 candidats se sont retirés de l'élection par crainte de la criminalité, après que deux candidats au conseil municipal de deux partis politiques différents ont été tués en l'espace de 12 heures. Selon leurs partis, ils n'avaient pas demandé la permission aux cartels pour se présenter. Ils en ont payé le prix de leur vie.

En juillet dernier, la maire de Tijuana, dans le nord du Mexique, a été menacée à plusieurs reprises par les cartels et l'un de ses gardes du corps a été attaqué. Elle a alors fui avec son fils vers une base militaire. À ce jour, elle n'a pas démissionné. «Celui qui démissionne de son poste par peur des menaces s'est trompé de profession», a-t-elle déclaré à CH Media à l'époque.

Exemples de la Sicile et de Chicago

Les perspectives pour les élections de cette année sont sombres. «Cette année électorale est déjà la plus violente de l'histoire du Mexique», déclare Peña, se basant sur les dernières données de la société de conseil mexicaine Integralia, qui comptabilise non seulement les assassinats, mais aussi les menaces et les enlèvements liés aux élections.

Au cours de l'année électorale 2023/2024, près de 400 actes de violence contre des candidats et des politiciens ont été enregistrés — et il reste encore quelques semaines avant les élections. Ce n'est qu'à ce moment-là que l'ampleur de l'influence des groupes criminels sur le gouvernement, obtenue par intimidation et meurtres, deviendra visible. Cependant, l'incertitude a déjà conduit à ce que près de 200 candidats à travers le pays aient déposé des demandes de protection auprès du gouvernement mexicain au cours des dix derniers jours. Presque autant ont déjà reçu une protection, y compris les candidats à la présidence Claudia Sheinbaum, Xóchitl Gálvez et Jorge Álvarez Máynez, bien que Máynez ne soit pas considéré comme ayant de grandes chances de succès.

Arrêter ou du moins atténuer la violence est une tâche herculéenne. Mais ce n'est pas impossible, affirme Peña: «Il est important que différents acteurs sociaux collaborent.» Il s'agit des ONG, des universités et des intellectuels, des communautés religieuses, des journalistes, des hommes d'affaires et des victimes de violence.

Des approches similaires ont déjà fonctionné en Sicile ou à Chicago au début du 20e siècle. Cependant, les conditions préalables doivent être établies par le gouvernement, ce qui fait que généralement une année électorale n'est pas le moment idéal pour lancer de tels projets. La première présidente du Mexique aura probablement du mal à ignorer le problème de la violence.

Traduit et adapté par Noëline Flippe

Arrestation au Mexique du fils du célèbre narcotrafiquant «El Chapo»
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le roi Charles III et Camilla bientôt de retour en France
Le premier déplacement à l'étranger de Charles III, depuis l'annonce de son cancer, se fera en France, à l'occasion de la commémoration du débarquement.

Le roi Charles III et la reine Camilla se rendront en France le 6 juin pour les célébrations du 80e anniversaire du débarquement en Normandie, a annoncé vendredi le palais de Buckingham.

L’article