DE | FR
Image: sda

5 raisons qui expliquent comment le Népal a plongé dans la crise Covid

Le nombre de cas monte en flèche dans ce pays voisin de l'Inde, avec près d'un test au coronavirus sur deux positifs. On vous explique pourquoi le pays se retrouve dans cette situation.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
08.05.2021, 18:2409.05.2021, 09:29
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Salome Woerlen
Suivez-moi

Comme en Inde, la situation au Népal a semblé se calmer après la première vague de 2020. Le 21 février, seuls 571 cas ont été enregistrés – puis les cas ont à nouveau augmenté régulièrement. Enfin, à la mi-avril, ils sont montés en flèche. Hier, 8970 cas ont été enregistrés, avec un taux de positivité de plus de 40% au cours des derniers jours.

Le retour des travailleurs népalais

Les travailleurs migrants népalais ont peut-être joué un rôle dans cette évolution. Plusieurs villes indiennes ont imposé un verrouillage strict à la mi-avril, entraînant la fermeture d'industries et d'usines entières. En conséquence, les travailleurs migrants indiens et népalais ont perdu leur emploi et sont rentrés chez eux – le plus souvent dans des trains et des bus surpeuplés.

Mais même en mars, plus de 30 000 travailleurs migrants népalais étaient rentrés chez eux, rapporte le journal népalais The Himalayan. Les chiffres ne se rapportent qu'à un seul poste frontière, celui de Gauriphanta, dans le sud-ouest du Népal.

Comme l'a déclaré à ce journal Ganesh Saud, chef du service de santé au poste frontière, seules 8856 personnes ont été testées. Pourquoi? Simplement en raison du manque de tests qui auraient été nécessaires aux postes frontières.

Outre Katmandou, la ville de Nepalgunj est également la plus touchée par la pandémie. Elle est située à la frontière de l'État indien d'Uttar Pradesh et a connu le retour soudain de milliers de travailleurs népalais avant la fermeture des frontières.

Des hôpitaux népalais surpeuplés

«Le système de santé est débordé face au nombre d'infections. Nous sommes déjà dans l'incapacité de fournir des lits d'hôpital», a déclaré le 30 avril, le ministère népalais de la Santé, cité par le Kathmandu Post. Dans de nombreux endroits, seuls les patients atteints de maladies très graves sont admis, les autres sont renvoyés chez eux. Pour limiter les hospitalisations, les personnes présentant des symptômes légers sont invitées à ne pas quitter leur domicile.

A Katmandou, ce patient attend qu'un lit de soins lui soit attribué.
A Katmandou, ce patient attend qu'un lit de soins lui soit attribué.Image: sda

Selon le plan d'action Covid du gouvernement de mai dernier, il n'y a que 1595 lits de soins intensifs disponibles dans tout le pays. Et ce, sur une population de plus de 28 millions d'habitants. A titre de comparaison, avec une population plus de trois fois inférieure, la Suisse compte 908 lits de soins intensifs.

Trop peu de vaccins au Népal

Le Népal a commencé sa campagne de vaccination le 21 janvier et avait administré 2 091 511 doses au 28 avril. Selon Reuters, cela représente 3,7% de la population.

La campagne de vaccination a débuté après l'arrivée d'un million de doses AstraZeneca en provenance d'Inde. Dans le cadre de l'initiative de Covax, le Népal a reçu 348 000 doses supplémentaires en mars, tandis que l'Inde a réduit de moitié le volume de la deuxième livraison promise – retenant des doses de vaccin pour elle-même face à la montée en flèche des chiffres sur son territoire. Cela a entraîné un gel de la vaccination à la mi-mars et un problème: sur les 1,7 million de personnes qui ont reçu une première dose, seules 380 000 ont reçu la seconde.

Cette femme se fait vacciner à Katmandou.
Cette femme se fait vacciner à Katmandou.Image: sda

Ce n'est que lorsque la Chine a fait don de 800 000 doses que la campagne de vaccination a pu se poursuivre début avril. Les centres de vaccination ont été littéralement pris d'assaut et les responsables népalais craignaient que le virus ne se propage dans les foules en attente. Jhalak Sharma Gautam, responsable du programme national de vaccination, a déclaré au New York Times qu'ils ont continué à vacciner malgré la surpopulation des centres de vaccination. «Mais nous avons arrêté après que le gouvernement a imposé le confinement.»

Le Népal face à un problème logistique

Le gouvernement a imposé un confinement dans plusieurs comtés, dont la première phase a duré du 29 avril au 5 mai. Vendredi, le gouvernement a annoncé sa prolongation d'une semaine. Sur 77 districts, 42 sont en confinement.

En outre, tous les vols internationaux (à l'exception de certaines liaisons entre le Népal et l'Inde), ainsi que les vols intérieurs ont été arrêtés pour le moment. Un coup d'œil à la carte permet de comprendre pourquoi cela pourrait être problématique:

Jusqu'à présent, le Népal se procurait la plupart des fournitures médicales par voie terrestre depuis l'Inde. Cependant, en raison de la situation due au Covid là-bas, l'Inde a besoin de ce matériel pour elle-même. Pendant ce temps, la Chine, voisine du nord, ne peut pas atteindre le Népal par voie terrestre en raison des montagnes de l'Himalaya.

Nripenda Khatri, qui travaille pour Catholic Relief Services, explique au Guardian pourquoi cette situation est particulièrement grave:

«Cela signifie que tout doit passer par les aéroports, mais maintenant tous les vols commerciaux - à l'exception de deux vols par semaine vers Delhi - ont été suspendus. Une fois que l'aide atteint Katmandou, elle doit être dispersée à travers un pays plein de montagnes.»

De nombreux endroits ne sont accessibles que par des chemins de terre et à pied, explique encore Khatri. L'acheminement de l'aide humanitaire vers les villages isolés sera une entreprise colossale.

L'insouciance des politiques népalais

Dans les médias népalais, c'est la mauvaise gestion de la frontière entre le Népal et l'Inde qui a été rendue responsable de l'augmentation du nombre de cas. Dans ce contexte, le premier ministre Khadga Prasad Sharma Oli a été particulièrement critiqué. Il n'avait pas fait de réels efforts pour maîtriser la pandémie, écrit The Kathmandu Post.

le premier ministre Khadga Prasad Sharma Oli à l'occasion de son 70e anniversaire, le 23 février 2021.
le premier ministre Khadga Prasad Sharma Oli à l'occasion de son 70e anniversaire, le 23 février 2021.Image: sda

Début avril, il a recommandé à sa population de se gargariser avec des feuilles de goyave afin de combattre le coronavirus. Boire de l'eau de curcuma pourrait également aider, avait déclaré le premier ministre.

L'ancien roi Gyanendra Shah et son épouse Komal Sha ont également semblé sous-estimer le virus lorsqu'ils se sont rendus en Inde pour le festival religieux Kumbh Mela. À leur retour, ils ont été testés positifs et ont dû être admis à l'hôpital.

Cependant, divers festivals religieux étaient organisés non seulement en Inde, mais aussi au Népal. Malgré les recommandations du gouvernement de se tenir à l'écart des foules, des milliers de Népalais, hommes et femmes, se sont rassemblés pour diverses festivités. Ce n'est que le 29 avril que le gouvernement a imposé un lockdown, mettant fin à toutes les manifestations.

Face à la situation précaire dans les hôpitaux et à la pénurie de vaccins, le premier ministre s'est tourné vers la communauté internationale. Dans une allocution télévisée lundi, il a demandé de l'aide:

«Je voudrais demander à nos voisins, aux pays amis et aux organisations internationales de nous fournir des vaccins et des médicaments de soins intensifs.»

Son appel à l'aide coïncide avec l'annonce du ministère de la santé: la situation sur le front du Covid est hors de contrôle.

Adapté de l'allemand par jah, le texte original ici.

Des bûchers funéraires à New Delhi

1 / 12
Des bûchers funéraires à New Delhi
source: sda / idrees mohammed
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Péril Jeune Laslo

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Trump s'est (enfin) vengé, mais qui va réellement en profiter?
La vendetta de l'ex-président a été couronnée de succès, du moins sur papier. Donald Trump s'est débarrassé de ses détracteurs les plus virulents. Il reste maintenant à voir si les électeurs apprécieront cette décision.

Bien entendu, Donald Trump n'a pas pu se taire bien longtemps. Sur son réseau social Truth Social, l'ex-président a félicité dans la nuit de mardi à mercredi la rivale de Liz Cheney, la républicaine Harriet Hageman, pour sa victoire. Il a prononcé quelques mots insultants à l'égard de Liz Cheney, sa critique la plus virulente, et s'est réjoui avec malice de la défaite retentissante de la femme de 56 ans.

L’article