DE | FR

Huile de tournesol: les Français vident les rayons et créent une pénurie

Les bouteilles d'huile de tournesol ont disparu des hypermarchés. Mais contrairement au gaz et au pétrole, cette fois, l'invasion russe de l'Ukraine n'y est pour rien (ou presque). Explications.
29.04.2022, 10:3901.05.2022, 14:26

La fièvre du stockage fait son retour. Après la ruée sur les papiers toilette durant la période Covid, ce sont désormais les bouteilles d'huile de tournesol qui se voient soudainement prises d'assaut par des clients affolés à l'idée d'en manquer. Une situation particulièrement probante en France, ces dernières semaines, comme le raconte Le Parisien vendredi. «Hier, j’étais là à l’ouverture. Les gens ont couru jusqu’au rayon, quand je suis arrivé, il n’y avait déjà plus rien», s'indigne un acheteur dans un commerce parisien. Alors, du côté des magasins, on fait le choix des restrictions.

Selon le journal français, certains employés ne donnent pas plus de six bouteilles par acheteur, «à cause de l’Ukraine», argue l'un d'entre eux devant le journal français. Sauf que comme l'indique ce dernier, la guerre n'est pas la cause principale de ce chambardement agroalimentaire.

Stockage irrationnel

Depuis plusieurs semaines, l'huile de tournesol rime fâcheusement avec pénurie et augmentation des prix. Le 27 avril, 20 Minutes expliquait que cela était dû «à l’invasion de l’Ukraine par la Russie, ces deux pays représentant 80% des exportations de ce produit» et ajoutait qu'«en cas de conflit, les prix de plusieurs choses augmentent presque mécaniquement».

Si la majorité des médias soutiennent ce constat, d'autres, comme Le Parisien, émettent une nuance essentielle à laquelle il est important de tenir compte:

La guerre en Ukraine, pays qui exporte 50% de la production mondiale d’huile de tournesol, n’y est pour rien dans cette pénurie. Du moins pas directement. La matière première ne manque pas pour l’instant. Le principal responsable de cette situation est… le consommateur lui-même.
Emily Mayer, experte des produits de grande consommation à l’institut IriLe Parisien

A l'heure actuelle, contrairement aux pénuries de gaz et de pétrole directement impactées par la guerre en Ukraine, celle touchant les rayons d'huile de tournesol l'est de manière plus indirecte. Comme le souligne au Parisien Emily Mayer, une experte en consommation, le manque de ce produit dans les rayons des hypermarchés est le résultat de l'angoisse des clients face à la situation ukrainienne. La peur de voir cette denrée élémentaire subir le même sort que d'autres produits nécessaires au quotidien induit «un stockage irrationnel».

Que le début des problèmes

Ajouté à cela, l'experte en consommation explique qu'une inflation devrait prochainement faire augmenter la valeur du nouvel or jaune.

Elle devrait en effet atteindre les 10% sur la catégorie des huiles, alors qu'elle était de 7,4 % en mars. Une hausse qui serait la conséquence des négociations commerciales, «dans un contexte déjà inflationniste en raison des aléas climatiques et de la consommation d’huiles végétales pour les biocarburants», conclut Emily Mayer. (mndl)

Les supermarchés, Marie a (encore) un avis sur le sujet

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Indonésie: 26 personnes ont disparu dans un naufrage
Vingt-six personnes étaient portées disparues samedi après le naufrage d'un ferry indonésien dans le détroit de Makassar, qui sépare les îles de Sulawesi et Borneo, ont annoncé les autorités samedi.

Le naufrage a eu lieu jeudi par mauvais temps mais la nouvelle n'a été connue des autorités que samedi, a expliqué à l'AFP le chef des services de secours.

L’article