DE | FR

L'ONU veut un plan d'urgence pour lutter contre la violence faite aux femmes

ONU femmes main rouge violences filles

Image: Shutterstock

La Commission de la condition de la femme se déroule actuellement à l'ONU. L'événement veut lutter de manière urgente contre la violence faite aux femmes et aux filles.



Pour le chef de l'ONU, Antonio Guterres, la pandémie de Covid-19 offre aux hommes une occasion de plus d'accaparer la prise de décisions. La crise sanitaire expose d'avantage les femmes que les hommes à des conséquences néfastes, notamment la perte de travail, les abus sexuels ou le mariage des enfants.

«Seulement vingt-deux pays sont dirigés par une femme. Et au rythme actuel, la parité au niveau des chefs de gouvernement ne sera pas atteinte avant 2150. Vous avez bien entendu! Encore 130 années dominées par des hommes qui prendront le même genre de décisions prises depuis les 130 dernières années, depuis toujours.»

Antonio Guterres, secrétaire général de l'ONU

Comme chaque année, la Commission de la condition de la femme réunit des milliers d'entre elles pour des discours, des échanges et des dizaines d'évènements spécifiques. Parmi les intervenantes, cette année, figurent:

Cette 65e session souhaite adopter une déclaration réclamant de lutter davantage contre le harcèlement sexuel. Les pays membres de la Commission ont commencé à négocier un document de 51 pages qui «reconnaît que les inégalités entre les sexes continuent de se traduire par des déséquilibres de pouvoir entre les femmes et les hommes dans toutes les sphères de la société». (ats/jch)

Plus d'articles «Actu»

Biden appelle le Congrès à réguler la vente d'armes

Link zum Artikel

Le Prince Philip, consort de la Reine, décède à l'âge de 99 ans

Link zum Artikel

Fuite de données Facebook: 3 raisons pour ne pas les prendre à la légère

Link zum Artikel

La Suisse «inondée de drapeaux arc-en-ciel» pour le mariage pour tous

Link zum Artikel

Toujours aucune femme à la tête d'une grande société suisse

Parmi les vingt entreprises les plus cotées du pays, aucun poste de directeur général n'a encore été attribué à une femme. Pourtant, c'est la loi.

Une nouvelle législation, entrée en vigueur cette année, prévoit, pour les sociétés cotées en bourse d'au moins 250 employés, qu'il y ait une part de 30% de femmes dans les conseils d'administration et de 20% au sein des directions. Ce qui n'est pas le cas: dans l'ensemble, les 20 sociétés cotées en bourse suisse comptent 13% de femmes cadres dans leurs directions générales. Parmi ces entreprises, aucune n'a attribué le poste de directeur général à une femme et seule une …

Lire l’article
Link zum Artikel