DE | FR

Opération coup de poing de Greenpeace à Amsterdam

L'organisation bloque une écluse et un navire rempli de soja du Brésil. Le but? Alerter contre la déforestation.
11.05.2022, 09:5711.05.2022, 11:47

Un navire de 225 mètres de long, le Crimson Ace, a été bloqué tôt, mercredi matin, par plus de 60 militants. Selon Greenpeace, qui a souligné qu'il s'agissait d'une action pacifique, le navire est chargé de 60 000 tonnes de soja. Des grimpeurs de l'organisation environnementale ont bloqué la porte de l'écluse avec une bannière de 40 mètres de long.

Des activistes de Greenpeace installent une bannière.
Des activistes de Greenpeace installent une bannière.source greenpeace

Le Crimson Ace a quitté un port du sud du Brésil, le mois dernier. «Ce navire, le Crimson Ace, est rempli de soja dont l'origine n'est absolument pas claire», déclare Andy Palmen, directeur de Greenpeace, dans un communiqué.

Des militants de Greenpeace issus de plusieurs pays européens bloquent à l'écluse d'IJmuiden, aux Pays-Bas, un navire de 225 mètres de long transportant du soja en provenance du Brésil.
Des militants de Greenpeace issus de plusieurs pays européens bloquent à l'écluse d'IJmuiden, aux Pays-Bas, un navire de 225 mètres de long transportant du soja en provenance du Brésil.Image: Greenpeace

Les bénévoles de seize pays (quinze pays européens et le Brésil) ainsi que des dirigeants indigènes du Brésil participent à la manifestation pacifique. Selon l'organisation:

«Les Pays-Bas sont la porte d'entrée vers l'Europe pour l'importation de produits tels que l'huile de palme, la viande et le soja pour l'alimentation animale, souvent liés à la destruction de la nature et aux violations des droits de l'homme.»
Les leaders indigènes Waduwabati Suyá (à gauche) et Alberto França Dias (Alberto Terena) du Brésil.
Les leaders indigènes Waduwabati Suyá (à gauche) et Alberto França Dias (Alberto Terena) du Brésil.Image: greenpeace

Afin de mieux protéger les forêts qui peuvent faire partie des chaînes de production de cultures comme l'hévéa, le maïs ou le soja dans le monde, l'Union européenne va prochainement réfléchir à un nouveau projet de loi. Cela oblige les entreprises à prendre des précautions si elles veulent commercialiser des produits dans l'UE qui pourraient conduire à la déforestation.

Mais selon Greenpeace, la proposition ne va pas assez loin. L'organisation environnementale insiste sur des «chaînes entièrement traçables», dans lesquelles les entreprises sont obligées de savoir exactement ce qu'elles achètent et peuvent prouver qu'aucune nature n'a été détruite. En outre, tous les types d'écosystèmes vulnérables doivent être protégés, pas seulement les forêts.

Image: greenpeace

Greenpeace estime également que les droits humains des peuples autochtones devraient être inscrits dans cette loi. Enfin, les chaînes de production qui ne respectent pas ces règles ne devraient pas recevoir de financement des investisseurs européens, selon Greenpeace. (jah)

David Attenborough et les chars russes? Regardez ce détournement viral

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Vous n'avez rien suivi de Tom Cruise et de l'Ukraine à Cannes? Voici le récap'!
Vous avez manqué la première journée de compétition du Festival de Cannes mercredi? Pas de panique, voici un résumé pour briller en société. Au menu: Tom Cruise qui fait son show (aérien), le grand retour d'un célèbre cinéaste russe et des prises de position politiques.

Mention spéciale pour le réalisateur Kirill Serebrennikov, critique de longue date du régime russe. Après des des années d'assignation à résidence à Moscou, il a enfin pu fouler le tapis rouge pour présenter son nouveau film, «La femme de Tchaikovsky». Aujourd'hui installé à Berlin, il a expliqué avoir quitté Moscou «pour une question de conscience», même s'il refuse le terme de dissident.

L’article