International
Politique

Monténégro: Milo Djukanovic perd l'élection présidentielle

Au Monténégro, le président s'incline après trois décennies au pouvoir

Pro-Western incumbent Milo Djukanovic speaks in his headquarters in Montenegro's capital Podgorica, Sunday, March 19, 2023. Early projections after Sunday's presidential election in Monteneg ...
Milo Djukanovic va devoir laisser sa place à un jeune de 36 ans, Jakov Milatovic, à la tête du Monténégro.Image: sda
Le dirigeant sortant est depuis plus de 30 ans un incontournable de la scène politique monténégrine, exerçant à de multiples reprises les fonctions de Premier ministre ou de président.
03.04.2023, 05:4203.04.2023, 08:34
Plus de «International»

La scène politique du Monténégro a été bouleversée dimanche soir par la défaite à la présidentielle du vétéran Milo Djukanovic, après trois décennies de règne dans le minuscule pays des Balkans. Il s'est incliné face au nouveau venu Jakov Milatovic.

L'issue du second tour de la présidentielle sera déterminante pour l'équilibre des pouvoirs dans ce pays riverain de l'Adriatique, à l'approche de législatives anticipées convoquées pour le 11 juin après des mois de blocage, avec un gouvernement censuré qui ne gère que les affaires courantes.

D'après les projections de l'ONG CeMI portant sur la quasi-totalité des bureaux de vote, Jakov Milatovic, 36 ans, a obtenu environ 60% des voix, contre 40% à son rival.

«Je félicite le nouveau président Jakov Milatovic»
Ana Nenezic, la directrice de l'ONG CeMI

Dans les rues de Podgorica et d'autres villes du pays, les partisans du candidat du mouvement «Europe maintenant» célébraient sa victoire en faisant exploser des feux d'artifice et en klaxonnant.

«Défaite de l'ancien régime»

C'est son plus important revers depuis la défaite historique de son parti, le Parti démocratique des socialistes (DPS), lors des dernières législatives de 2020. Depuis lors, le pays allait de crise en crise, avec la chute de deux gouvernements.

«Je suis convaincu de ma victoire. Elle représentera la défaite finale du symbole de l'ancien régime» et «nous ferons un pas de géant vers un Monténégro réconcilié, plus riche, plus juste».
Jakov Milatovic

Selon les analystes, Jakov Milatovic a pu compter sur les voix d'électeurs avides de changement. Milo Djukanovic était arrivé aux commandes à 29 ans, alors soutenu alors par l'homme fort de Serbie, Slobodan Milosevic.

A mesure que la Serbie devenait un paria sur la scène internationale, il a pris ses distances. Il s'est rapproché de l'Occident, a rompu avec Belgrade, a obtenu l'indépendance du Monténégro lors d'un référendum en 2006. Son pays a rejoint l'OTAN, est devenu candidat à l'Union européenne et est sorti de la sphère d'influence russe.

Mais ses contempteurs l'accusent de clientélisme, de corruption généralisée et de liens avec le crime organisé, ce que l'intéressé dément avec force.

«On a un homme au pouvoir ici depuis 30 ans, qui est l'incarnation même de la dictature, de l'abus de pouvoir, qui a rendu la corruption possible, qui a permis à la criminalité de s'épanouir»,
Mladen Vukovic, médecin à Podgorica.

Vulnérabilité à l'ingérence

Milo Djukanovic a mené campagne en mettant en doute la sincérité de l'ancrage européen de son rival et de son mouvement «L'Europe maintenant», tout en l'accusant d'être vulnérable à l'ingérence serbe.

Ce à quoi Jakov Milatovic a répliqué que sa «priorité numéro un pour le Monténégro était une adhésion pleine et entière à l'Union européenne». Il s'est également dit favorable à de «bonnes relations avec la Serbie comme avec toutes les nations des Balkans occidentaux».

Depuis des années, Milo Djukanovic cherche à limiter l'influence de la Serbie et à consolider une identité nationale séparée du Monténégro. Une tâche peu aisée dans un pays où un tiers des 620 000 habitants s'identifient comme serbes.

Jakov Milatovic, un ancien de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), est entré en politique en devenant ministre du Développement économique dans le premier gouvernement formé après les législatives de 2020.

Qualifié de populiste par certains, ce père de trois enfants s'est fait particulièrement apprécier en imposant un programme économique controversé qui a quasiment doublé le salaire minimum à 450 euros.

Pour de nombreux électeurs, le scrutin doit déboucher sur de meilleures conditions économiques au Monténégro, qui subit, comme le reste des Balkans, l'exode de sa jeunesse.

En tout état de cause, le président a essentiellement un rôle de représentation et le Premier ministre détient les principaux leviers du pouvoir. (ats/jch)

L’ex-président du Turkménistan en plein drift
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Suisse et plus de 20 pays appellent Israël à ne pas cibler Rafah
Une déclaration commune demandant à Israël de ne pas cibler Rafah a été partagée mercredi devant l'ONU à Genève. La Suisse fait partie des plus de 20 Etats ayant participé à cette déclaration.

La Suisse et plus de 20 Etats demandent à Israël de respecter les dernières ordonnances de la Cour internationale de justice (CIJ) d'il y a un mois. Mercredi devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU à Genève, ils ont appelé l'Etat hébreu à «mettre un terme immédiatement à son offensive militaire et à toute autre initiative dans la région de Rafah».

L’article