DE | FR

Rochebin au porte-parole de Poutine: «Vous voulez tuer Zelensky?»

Mercredi soir, Darius Rochebin a discuté en exclusivité avec le porte-parole du Kremlin. Sur LCI, et plutôt sûr de lui, le présentateur suisse a cuisiné Dmitri Peskov, qui n'a jamais dévié de la traditionnelle ligne de propagande de Poutine. Spoiler: «Zelensky, nous ne savons pas ce qu’il boit ou ce qu’il fume.» Voici un résumé de l'échange en punchlines.
06.04.2022, 18:1006.04.2022, 18:16
Suivez-moi

Annoncée mardi en fin d'après-midi sur les réseaux sociaux par la chaîne française LCI, l'interview exclusive du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, par le présentateur suisse Darius Rochebin, avait laissé un goût amer dans la bouche de certains internautes.

Ce n'est pourtant pas la première fois qu'un officiel de la Russie est envoyé au charbon sur un plateau de télé occidental. A chaque fois, le public s'était empressé de se moquer doucement d'une propagande «grosse comme une maison».

Mais qu'est-ce qui a changé, alors? Le massacre de Boutcha. La patience de l'opinion publique a manifestement atteint ses limites quand des centaines de corps ont été découverts dans cette ville de la banlieue de Kiev. Faut-il donner la parole a des criminels de guerre? Si Twitter est sceptique, la chaîne a tranché.

Mercredi 6 avril 2022, à 17h, dans un entretien enregistré en amont, en visioconférence et qui a duré 24 minutes, Darius Rochebin a cuisiné Dmitri Peskov sur cette guerre qui dure depuis plus d'un mois et sur les intentions de Vladimir Poutine.

L'interview en punchline

Zelensky est-il un interlocuteur légitimé par la Russie dans les négociations?

«Monsieur Zelensky est le président de l'Ukraine. S’il doit y avoir une négociation, Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky devront se rencontrer»

Le Kremlin conteste-t-il absolument tout dans le massacre de Boutcha?

«Nous démentons totalement que nos militaires puissent être impliqués dans ces crimes. Les enregistrements et les photos sont le résultat d’une falsification orchestrée»

Les images satellites prouvent que les corps étaient déjà là le 19 mars...

«Non. Nous sommes catégoriques. Ces images satellites doivent faire l’objet d’une enquête très approfondie»

A Marioupol, presque toutes les maisons ont été bombardées par la Russie

«Les soldats russes ne visent pas les civils. Donc ils ne bombardent pas d’appartements. C’est tout à fait interdit pour eux. Ils visent uniquement des cibles militaires»

Vous savez bien que c’est difficilement défendable. La ville toute entière a été dévastée.

«Oui, il y a eu beaucoup de dégâts à Marioupol. Les combattants nationalistes ukrainiens utilisent des maisons civiles comme boucliers»

Vous accepteriez une enquête internationale, sur votre territoire, sur des possibles crimes de guerre?

«Nous doutons qu’une délégation véritablement objective puisse prendre part à une enquête de ce genre»

La France et le président Macron jouent-ils un rôle à part avec la Russie?

«Oui, la France a joué un rôle très à part. Le président Macron est très apprécié ici et le dialogue permanent avec le président Poutine aussi. Peu de pays peuvent faire la même chose»

Y a-t-il un lien personnel entre eux?

«Oui. Vous savez, le président Biden est très différent par exemple. Il a choisi la voie des attaques personnelles, donc forcément cela limite les dialogues»

Biden a traité Poutine de boucher, c'est le point de non retour?

«Bien sûr»

Il y a un risque de dérapage nucléaire, même involontaire, aujourd’hui?

«La Russie est un membre responsable de la communauté internationale. La Russie sait être raisonnable avec ses armes nucléaires»

La Russie a rencontré une forme d’échec dans cette guerre. Combien d’hommes a-t-elle perdus?

«Les chiffres sur nos pertes humaines sont publiés par le ministère de la Défense. Ce sont des chiffres tragiques pour nous. Mais c’est une opération militaire et nos hommes font face à un ennemi sérieux: des bataillons nationalistes»

Beaucoup disent que vous voulez tuer le président Zelensky. C’est vrai?

«Non, c'est faux»

Et le renverser?

«Non plus»

Vous l’aviez traité de drogué et de nazi, ce n'est pas la manière la plus probable de négocier avec quelqu’un...

«Nous ne savons pas ce qu’il boit, nous ne savons pas ce qu’il fume, mais c'est le président de l'Ukraine. Nous serions intéressés à ce qu’il accepte les conditions de la fédération de Russie»

L'échange en vidéo👇

Vidéo: watson

Les chefs de régimes autoritaires sont nombreux à être tombés. Saddam Hussein, Mouammar Kadhafi aussi. Poutine va-t-il tomber?

«Non. Nous ne sommes pas un régime autoritaire. Et le président Poutine est soutenu par toute la population russe. Il est vraiment soutenu partout ici»

Si l’Europe coupe le robinet du gaz, vous perdrez des sommes colossales. Vous ferez quoi?

«Nous regarderons vos propres pertes et nous vendrons ailleurs»

La Chine?

«Divers pays. Tout le monde a besoin de gaz»

On dit Vladimir Poutine isolé, avec des généraux qui ont peur de lui. Crédible?

«Nous savons tous que les Etats-Unis ont une des agences de renseignements les plus sophistiquées au monde. Mais parfois leur travail est inacceptable. Ce n’est pas vrai ce qu’ils disent»

Et si la communauté internationale va jusqu'à arrêter et juger le président Poutine?

«Je ne pense pas qu’on doive parler de ça. Ce n’est pas possible. Ni légalement, ni physiquement»

Vous vous battrez jusqu'au bout?

«Oui»

Propos d'un représentant de l'ambassade de Russie en France sur LCI.

En savoir + sur le massacre de Boutcha

Cadavres de Boutcha: la complosphère crie à la mise en scène ukrainienne

Link zum Artikel

«Massacre délibéré» de civils à Boutcha: ce que l'on sait en 4 points

Link zum Artikel

La Suisse et le monde réagissent aux images choc de Boutcha

Link zum Artikel

Comment punir les responsables du massacre de Boutcha? Réponse en 6 points

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
En Afghanistan, les présentatrices de télévision doivent se voiler le visage
Auparavant, un foulard couvrant les cheveux suffisait. Désormais, celles-ci portent le voile intégral, ne laissant apparaître que leurs yeux et leur front.

Les présentatrices des principales chaînes de télévision afghanes sont passées à l'antenne dimanche en se couvrant le visage, un jour après avoir défié l'ordre des talibans de dissimuler leur apparence et ainsi se soumettre à la vision austère de l'islam du groupe.

L’article