DE | FR
Le TOS-1A est un lance-roquettes à 30 flammes monté sur le châssis d'un char T-72.
Le TOS-1A est un lance-roquettes à 30 flammes monté sur le châssis d'un char T-72.image: EPA/EPA

Le «Pinocchio» de Poutine: Voilà pourquoi cette arme répand la peur et la terreur

Le lance-roquettes TOS-1 est considéré comme l'un des systèmes d'armes conventionnelles les plus redoutables au monde. Son mode d'action est particulièrement perfide. Le fait que Poutine l'utilise dans le conflit ukrainien n'est probablement pas un hasard.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
27.02.2022, 07:5528.02.2022, 07:50
Christoph Cöln / t-online
Un article de
t-online

Sur les premières images de l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes, on voyait des chars avec une structure d'apparence étrange. Il s'agit du lance-roquettes multiple TOS-1, également connu sous le nom «d'Orgue de Staline moderne» ou de «Soleil d'enfer de Poutine».

👉 Suivez ici les derniers développements des affrontements 👈

Le TOS-1A est considéré comme l'un des systèmes d'armes conventionnelles les plus terrifiants au monde. Il s'agit d'un lance-roquettes à 30 flammes monté sur le châssis d'un char T-72. La superstructure surdimensionnée trône comme un long nez sur le châssis du char et donne au système son surnom de «Buratino».

La chaleur et la pression tuent

Le «Buratino» est le pendant russe du personnage italien de «Pinocchio». Il est l'un des personnages pour enfants les plus connus en Russie, basé sur un récit de l'écrivain Alexandre Nikolaïevitch, comte Tolstoï. Mais contrairement à la dent en bois du conte, qui grandit à mesure que l'on ment, la structure en acier du TOS-1 est tout sauf inoffensive.

Les missiles sont équipés d'une ogive thermobarique et possèdent le mode de fonctionnement d'une bombe aérosol ou d'une bombe à vide. Après l'impact dans la zone cible, les engins explosifs libèrent un produit chimique facilement inflammable. En plus de l'explosion sous pression, l'aérosol enflamme l'air ambiant, créant une combinaison dévastatrice d'ondes de chaleur et de pression.

L'onde de choc générée par l'explosion est suivie d'une phase de dépression au centre de l'explosion. L'air qui était auparavant poussé vers l'extérieur est réaspiré en un éclair – y compris les aérosols inflammables. Dans un rayon de 200 à 400 mètres, une boule de feu se forme.

En quelques secondes, les poumons éclatent

La perfidie particulière de cette arme réside dans la deuxième phase, au cours de laquelle l'effet d'aspiration se produit. Comme les engins explosifs ne transportent pas d'oxydant, ils privent l'environnement d'une grande partie de l'oxygène. Il en résulte une sorte de vide, une phase de dépression prolongée dont l'effet d'aspiration endommage les bâtiments et le matériel de guerre sur le long terme.

En raison de l'inversion rapide des rapports de pression dans la zone d'action, les poumons des hommes et des animaux sont également fortement comprimés, car l'oxygène encore présent dans les vaisseaux se dilate. En d’autres termes, les poumons éclatent.

Son effet destructeur à grande échelle prédestine donc le TOS-1 à être utilisé contre des fantassins retranchés dans des tunnels, des bunkers ou des tranchées. Le fait qu'il touche souvent des civils ne peut guère être évité.

Le TOS-1, conçu comme une évolution du lance-flammes classique, fait partie de l'artillerie, mais le système n'a qu'une portée relativement faible, allant jusqu'à 3,5 kilomètres. En revanche, la portée du TOS-1 de deuxième génération, le TOS-1A «Solntsepyok» («Coup de soleil»), est presque deux fois plus élevée. Il a une portée de combat allant jusqu'à six kilomètres.

Fierté des forces armées russes: des systèmes TOS-1A au défilé militaire du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale sur la place Rouge à Moscou.
Fierté des forces armées russes: des systèmes TOS-1A au défilé militaire du 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale sur la place Rouge à Moscou.image: keystone

Comme le TOS-1 peut également être utilisé contre des agents de combat nucléaires et biochimiques, les systèmes sont subordonnés aux forces spéciales ABC. On ne sait pas exactement comment le système fonctionne.

Selon le major-général Igor Kirillov, commandant des forces ABC russes, on travaille déjà sur une nouvelle mise à niveau du TOS-1, baptisée TOS-2. Celui-ci serait encore plus meurtrier que ses prédécesseurs et capable de réduire en cendres des blocs d'habitations entiers en quelques secondes.

Poutine est conscient de l'impact symbolique de l'arme

Le lance-roquettes TOS-1 a été utilisé pour la première fois au début des années 1980 lors de la guerre en Afghanistan. Plus tard, Vladimir Poutine a fait sortir cette arme lors de la guerre de Tchétchénie, et dernièrement, on a également appris qu'elle avait été utilisée en Syrie. L'armée russe aurait utilisé le TOS-1 dans des zones rebelles, par exemple lors de combats de maisons dans le bastion de l'opposition d'Alep ou dans la ville portuaire de Lattaquié. Des livraisons de ce système à l'Arabie saoudite et à l'Iran sont également évoquées.

Cette image montre des troupes en route vers l'Ukraine: elle provient d'une vidéo tweetée par le conseiller de la militante des droits civiques biélorusse Sviatlana Tsikhanouskaïa.
Cette image montre des troupes en route vers l'Ukraine: elle provient d'une vidéo tweetée par le conseiller de la militante des droits civiques biélorusse Sviatlana Tsikhanouskaïa.capture d'écran: twitter

Poutine est bien conscient de l'effet symbolique de cette arme. Les rapports sur son utilisation contribuent toujours à démoraliser l'adversaire militaire. Et ce n'est sans doute pas un hasard si le TOS-1 apparaît déjà sur les premières images qui nous parviennent de l'invasion russe en Ukraine. Ce lance-roquettes n'est pas seulement une arme particulièrement meurtrière, mais aussi une arme particulièrement dissuasive. Comme l'a écrit le journal britannique Sunday Times: «Un cran en dessous de la bombe atomique».

Comme nous l'avons dit, le TOS-1 tire son nom d'un conte russe. Contrairement à la marionnette Pinocchio, le «Buratino» auquel les soldats et les civils ukrainiens sont désormais confrontés n'est pas une figure enfantine amusante. C'est un instrument d'extermination cynique, le fanal volé d'une invasion guerrière mise en place par le Kremlin. Ce Pinocchio ne ment pas. Il tue.

«Poutine, si j'étais ta mère...»: le speech gênant de l'actrice Annalynne McCord

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
Le M777, cet obusier qui terrorise les Russes et que Poutine veut détruire
L'armée russe veut détruire les obusiers M777 utilisés par les Ukrainiens. Cette artillerie lourde serait en partie responsable de leur défaite sur le front de l'Est.

L'Ukraine compte de plus en plus sur les armes lourdes fournies par les pays de l'Otan. L'obusier tracté M777 de 155 mm, livré par les États-Unis, en est un exemple. Cette pièce d'artillerie aurait contribué à repousser les Russes jusqu'à la frontière près de Kharkiv, selon un membre du ministère américain de la Défense.

L’article