DE | FR

Le coût de la rencontre à Genève entre Biden et Poutine dévoilé

Image: sda
La rencontre entre le président russe et son homologue américain a coûté gros en matière de sécurité. Une première estimation table sur plus de 5,2 millions de francs.
14.09.2021, 18:3415.09.2021, 14:39

Les coûts en matière de sécurité, engendrés par le sommet entre le président américain Joe Biden et le président russe Vladimir Poutine, en juin dernier à Genève, sont à ce jour évalués à près de 5,2 millions de francs. Il s'agit d'une première estimation.

Le calcul définitif est en cours de consolidation et sera très prochainement transmis à la Confédération, précise mardi la Chancellerie d'Etat du canton de Genève, confirmant une information révélée par Le Courrier. Une partie de ces 5.2 millions de francs devrait être prise en charge par Berne, note le journal genevois.

Dispositif sécuritaire exceptionnel

Le sommet Biden-Poutine du 16 juin avait nécessité la mise en place d'un dispositif sécuritaire exceptionnel pour Genève, pourtant habituée à recevoir les personnalités de ce monde. La presque totalité des effectifs de la police cantonale genevoise avait été mobilisée et 800 policiers étaient venus en renfort d'autres cantons.

L'armée suisse avait aussi été sollicitée avec la présence de 1000 hommes. Enfin, pour assurer la sécurité du lieu de rencontre des deux présidents et le déplacement des délégations, le pourtour de la rade de Genève avait été bouclé et interdit à toute circulation pendant près de 24 heures. (sda/ats)

Le sommet Biden-Poutine à Genève

1 / 22
Le sommet Biden-Poutine à Genève
source: sda / saul loeb
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La République démocratique du Congo met aux enchères ses forêts tropicales
Elle est le dernier bastion des gorilles de montagne, l'habitat des okapis et l'un des principaux réservoirs de CO₂ dans la lutte contre le changement climatique, mais aujourd'hui la forêt tropicale du bassin du Congo est menacée.

Une partie de la forêt tropicale doit disparaître pour permettre aux investisseurs internationaux d'exploiter le pétrole et le gaz naturel en République démocratique du Congo.

L’article