DE | FR
Bild

Des journalistes manifestent devant le ministère de la Santé. keystone/shutterstock

Journalistes traqués et torturés pour avoir voulu enquêter autour du Covid

Au Bangladesh, 12 journalistes ont été inculpés par les autorités parce qu’ils enquêtaient sur la pandémie. L’une d’entre eux risque la peine de mort. En Iran, une reporter s’est fait casser un doigt par l’équipe de sécurité d’un centre vaccinal. Les temps sont durs pour le quatrième pouvoir.



La liberté de la presse est malmenée depuis le début de la pandémie de Covid, un peu partout dans le monde.

Au Bangladesh, des journalistes ont formé une chaîne humaine devant les bureaux du ministère de la Santé, dont ils boycottent, désormais, les conférences de presse, en soutien avec la journaliste d’investigation Rozina Islam. Celle-ci a été arrêtée par la police pour s'être procuré des documents gouvernementaux concernant la crise sanitaire, rapporte Vice.

Dans ce tweet, le Comité de protection des journalistes appelle les autorités bangladaises à libérer immédiatement Rozina Islam, à stopper l'enquête sur elle et à cesser d'arrêter des journalistes en vertu de la loi sur les secrets officiels.

La journaliste de 42 ans, qui travaille pour Prothom Alo, l'un des médias les plus importants du pays, aurait pris en photo des rapports ministériels relatifs aux négociations autour des vaccins. Puis serait parvenue à les extraire du ministère en les cachant dans ses vêtements. Elle risque la peine de mort.

Selon les collègues et les membres de la famille de Rozina Islam, celle-ci aurait été détenue au ministère de la santé pendant 5 heures, où elle aurait été harcelée physiquement et mentalement.

Le ministre de la santé en personne a réagi à ces allégations, affirmant:

«Je ne sais pas si elle a été torturée. Il s’agissait de secrets d’Etat. Elle a fait le mauvais choix»

Zahid Maleque, ministre de la santé

Depuis le début de la crise sanitaire, au moins douze journalistes et bloggeurs ont été inculpés par la police pour avoir essayé d’enquêter sur le sujet, selon Reporters sans frontières. Human Rights Watch a également constaté qu'au moins 247 journalistes ont été agressés, harcelés et intimidés par des agents de l'État et des personnes affiliées au gouvernement en 2020.

Doigt cassé

En Iran, une journaliste a été attaquée et s’est fait casser le doigt par les services de sécurité d’un centre de vaccination de Téhéran, après avoir refusé d’effacer des interviews qu’elle venait de réaliser, selon Irannewswire.

Reporters sans frontières a récemment établi que l'Iran figurait dans la liste des 20 pires prédateurs numériques de la liberté de la presse en 2020, qui comprend des entreprises et des agences gouvernementales utilisant la technologie numérique pour espionner et harceler des journalistes et ainsi mettre en péril la liberté d'accès aux informations.

Manifestations européennes en soutien à la Palestine

1 / 9
Manifestations européennes en soutien à la Palestine
source: epa keystone / martial trezzini
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Interview Traductrice Covid

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le Covid pousse les jeunes prostituées à se réfugier en Suisse

Il y a une semaine, le canton de Zurich a également levé l'interdiction de la prostitution. Depuis lors, de plus en plus de travailleuses du sexe âgées de 18 à 20 ans viennent en Suisse. Elles doivent offrir leurs services à un prix plus bas parce qu'il y a trop peu de clients.

Samedi soir sur la Langstrasse à Zurich: malgré le temps exécrable, des centaines de fêtards se rassemblent sur et à côté des trottoirs. Adossées aux murs des maisons, des prostituées sentent le business. Autour de la Piazza Cella, elles se tiennent serrées les unes contre les autres, sourient et parlent de temps en temps à un groupe d'hommes qui passe.

C'est le premier week-end depuis que l'interdiction de la prostitution a été levée dans le canton de Zurich. Pendant plus de six mois, le …

Lire l’article
Link zum Artikel