DE | FR

L'Afrique du sud veut attaquer des réseaux sociaux en justice

WhatsApp cherche à faire passer sa nouvelle politique de partage des données.
WhatsApp cherche à faire passer sa nouvelle politique de partage des données.Image: sda
WhatsApp et Facebook sont dans le collimateur du régulateur sud-africain de l'information.
14.05.2021, 01:5214.05.2021, 05:56

Pourquoi l'Afrique du sud veut attaquer des réseaux sociaux en justice? A cause de la nouvelle politique de partage de données entre WhatsApp et Facebook.

Le leader des applications de messagerie a informé ses utilisateurs en début d'année qu'ils devaient consentir à une nouvelle politique d'utilisation de leurs données. Celle-ci devant lui permettre de partager davantage d'informations avec sa société mère Facebook à des fins de publicité et de commerce électronique.

Un viol des lois du pays

En mars, le régulateur sud-africain avait jugé que la nouvelle politique de confidentialité violait les lois du pays sur la protection des informations personnelles. Il avait dans la foulée écrit à WhatsApp pour lui demander de la réviser afin d'appliquer la même norme que dans l'Union européenne (UE). WhatsApp y avait annoncé que les nouvelles conditions ne seront utilisées que pour développer les fonctionnalités offertes aux comptes professionnels WhatsApp Business.

Dans un communiqué publié jeudi, le régulateur sud-africain a annoncé que faute d'accord trouvé avec WhatsApp, il donnait «des instructions à des avocats pour qu'ils préparent un avis sur la marche à suivre en termes de litige».

WhatsApp devait appliquer sa nouvelle politique de partage des données, retardée de plusieurs mois face au tollé soulevé auprès des utilisateurs, le 15 mai. Il a cependant récemment déclaré qu'il ne couperait pas immédiatement les utilisateurs qui n'acceptent pas les nouvelles conditions, et qu'il enverrait des rappels à ceux qui n'ont pas choisi de le faire. (ga)

Copin comme cochon Les mariages

Plus d'articles «International»

50°C à l'ombre au Canada, la faute à un «dôme de chaleur». Explications

Link zum Artikel

Détournés, abattus, sabotés, les avions sont de vraies armes politiques

Link zum Artikel

Non-vacciné? Préparez vos narines pour visiter la France cet été

Link zum Artikel

L'Italie a-t-elle un (gros) problème avec ses infrastructures?

Link zum Artikel

Israël se sent menacé par le variant Delta

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Selon Victoria Beckham, être mince, c'est démodé. Tu me lâches, oui?
Dans une récente interview pour Grazia UK, la styliste britannique a déclaré que, désormais, «les femmes veulent des seins et des fesses, et qu'être skinny, c'est démodé». Une espèce de vision pseudo body positive où, encore une fois, on finit par dire aux femmes à quoi elles doivent ressembler. C'est pas bientôt fini?

Il y a des marques qui font du greenwashing, en mode «continuez à claquer votre 3e pilier chez nous, on reverse 0,0001% pour planter des sapins dans le désert, blablabla». Il y a des entreprises qui mettent leur logo aux couleurs de l'arc-en-ciel durant le mois des fiertés pour soutenir la communauté LGBTQIA+ alors qu'elles s'en tamponnent le coquillard le reste de l'année.

L’article