International
Réfugiés

Réfugiés: 110 millions de déplacés dans le monde, un record

110 millions de déplacés dans le monde, un (triste) record selon l'ONU

FILE - Ukrainian refugees wait in a gymnasium, April 5, 2022, in Tijuana, Mexico. Some 110 million people around the world have had to flee their homes because of conflict, persecution, or human right ...
Des réfugiés ukrainiens dans un centre à Tijuana, au Mexique, en attente de pouvoir s'installer aux Etats-Unis.KeyDstone
La situation du peuple ukrainien est un facteur majeur de ce bilan, plus élevé que jamais.
14.06.2023, 06:0314.06.2023, 06:54
Plus de «International»

Environ 110 millions de personnes sont déplacées dans le monde, un nouveau record. Les guerres en Ukraine et au Soudan, de même que le changement climatique, alimentent cette situation, a dit mercredi à Genève le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR).

Fin 2022, le nombre de déplacés s'approchait de 108,5 millions, près de 20 millions supplémentaires par rapport à fin 2021, la plus importante augmentation sur un an en raison notamment de près de 5,8 millions de réfugiés ukrainiens.

Depuis, près de deux millions de personnes ont fui leur habitation au Soudan, dont 450 000 vers les pays voisins.

Un chiffre qui devrait atteindre «500 000 dans les prochains jours», a affirmé le haut commissaire Filippo Grandi:

«Nous saluons les étapes supplémentaires décidées par les pays européens, dont la Suisse, vers un pacte pour l'asile. Mais il reste contre toute externalisation de requêtes d'asile à des pays tiers.»

De nombreux acteurs doivent se retrouver en décembre prochain à Genève pour le second Forum mondial sur les réfugiés. (ats/jch)

Réfugiés ukrainiens un an après la guerre. «Notre avenir est en Suisse»
Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Non à la police du ramadan
Mercredi à Bordeaux, le jour où prenait fin le ramadan, un Algérien est mort poignardé, parce qu'il buvait de l'alcool. L'amalgame, pas celui auquel on pense, a tué.

Le ramadan, mois de jeûne en islam, s’est achevé de la pire des manières, mercredi soir, à Bordeaux. Un homme, vêtu d’un qamis et coiffé d’un chèche, un Afghan de 25 ans ayant obtenu l'asile en France en 2021, s’en est pris à deux ressortissants algériens flânant sur les quais de la Garonne. Armé d’un couteau, il a tué l’un d’eux, âgé de 36 ans, et blessé l’autre à la cuisse. La police a abattu le meurtrier. Sur une vidéo, on entend l’une des victimes supplier l'assaillant de lui laisser la vie sauve.

L’article