International
Restaurants

NFT: le premier restaurant ouvrira à New York en 2023

restaurant NFT jeton non fongible New York Etats-Unis 2023
Un serial entrepreneur américain vient d'annoncer qu'il prévoyait d'ouvrir le «premier restaurant NFT» au monde, à New York, en 2023.Image: twitter

Il ne manquait plus qu'un restaurant NFT à New York, le voici

Les NFT font fureur dans le monde de l'art numérique. Mais peuvent-ils aussi créer du buzz pour les restaurants?
17.01.2022, 05:5717.01.2022, 11:49
Plus de «International»

Aux Etats-Unis, Gary Vaynerchuk est un entrepreneur en série très connu outre-Atlantique et accessoirement un grand défenseur des NFT, depuis leurs tous premiers balbutiements. L'Américain, âgé de 46 ans, vient d'annoncer qu'il prévoyait d'ouvrir le «premier restaurant NFT» au monde à New York, en 2023.

Le NFT (non fongible token) résumé en trois lignes?
C'est un jeton cryptographique qui permet de devenir propriétaire d'un morceau de musique, d'une vidéo, d'une œuvre d'art numérique ou encore d'un tweet. Et désormais, d'un restaurant.

Le Flyfish Club, un nom inspiré par les fruits de mer, sera donc un restaurant «club de restauration» réservé aux membres, dont l'adhésion ne pourra être vérifiée qu'au moyen d'un jeton non fongible.

Jusqu'à présent, le groupe VCR, qui gère le projet en collaboration avec Gary Vaynerchuk, a vendu près de 1500 jetons. Ils ont donc levé un total de 14 millions de dollars (13 millions de francs). Pas mal.

Digne d'une bande-annonce de film:

Concrètement, ça coûte combien cette histoire?

  • Les tarifs de départ pour l'adhésion au Flyfish Club étaient d'environ 2,5 Ethereum (une cryptomonnaie très utilisée) lors du lancement public du 7 janvier, soit environ 8 200 dollars pour un accès illimité à un salon, un restaurant, un bar à cocktails et un espace extérieur de plus de 10 000 m2, dans un lieu encore tenu secret;
  • Une adhésion premium de 4,25 Ethereum (un peu moins de 14 000 dollars) donnera aux clients l'accès à plusieurs salles supplémentaires, dont le restaurant japonais omakase, soit la version encore plus bling-bling haut de gamme de Flyfish.

Les plats sont-ils inclus, à ce prix-là?

La réponse est non! Absolument pas! Comme l'explique le magazine Fortune, même en étant membre, il ne faudra surtout pas oublier son porte-monnaie en se rendant dans ce restaurant NFT. Bien que les adhésions ne puissent être achetées qu'en utilisant l'Ethereum, la nourriture et les boissons sont payées en bons vieux dollars américains.

«A travers le NFT, l'adhésion devient un actif - la personne en est propriétaire. Elle peut l'utiliser pour entrer dans le club de restauration (restaurant), comme prévu, mais elle peut aussi le louer lorsqu'elle n'est pas en ville, ou même le vendre. De plus, notre concept va intéresser beaucoup de gens dans le domaine de la restauration, notamment car les marges sont si serrées.»
David Rodolitz, patron du groupe VCR.

Par ailleurs, les jetons du Flyfish Club sont déjà en train d'être revendus entre les membres actuels et ceux qui souhaitent le devenir, par l'intermédiaire d'OpenSea, une place de marché NFT en ligne. Bon appétit!

J'ai tokenisé mon entreprise
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La chasse aux «collabos» est ouverte
Le Rassemblement national est en marche vers le pouvoir. La faute à qui? Les «médias collabos», pas toujours ceux auxquels on croit, sont au banc des accusés. Une accusation trop facile.

On y est presque. L’extrême droite, alias le Rassemblement national, est sur le point d’accéder au pouvoir. Non pas, pas encore, à la présidence de la République, mais à l’Hôtel de Matignon, la résidence des premiers ministres. Et la chasse aux «collabos» est ouverte. Il faut l’avouer, c’est tentant. Après tout, chacun, sauf ceux qui font profession de se planquer, est, comme le beauf, le collabo de l’autre.

L’article