larges éclaircies
DE | FR
International
Royaume-Uni

WikiLeaks: L'extradition d'Assange aux Etats-Unis officialisée

Les Etats-Unis veulent juger Julien Assange, fondateur de WikiLeaks, pour la diffusion de plus de 7000 documents classifi
Les Etats-Unis veulent juger Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, pour la diffusion de plus de 7000 documents classifiés top secret.Image: sda

Assange: son extradition aux Etats-Unis officialisée, mais il lui reste une chance

Le fondateur de WikiLeaks est accusé d'espionnage par la justice américaine. La justice britannique autorise formellement son extradition dans ce pays.
20.04.2022, 12:4121.04.2022, 00:31
Plus de «International»

C'est le dernier rebond en date dans l'affaire Assange. Le tribunal de Westminster, à Londres, a autorisé formellement l'extradition de Julian Assange aux Etats-Unis. Là-bas, le fondateur de WikiLeaks et lanceur d'alerte est accusé d'espionnage, il risque 175 ans de prison.

Si la justice britannique a officiellement rendu une ordonnance d'extradition, il revient, cependant, à la ministre britannique de l'Intérieur Priti Patel de l'approuver. D'autre part, les avocats de la défense peuvent encore faire appel devant la Haute Cour. Il reste donc une petite chance à Assange.

Pris dans une longue saga judiciaire, l'Australien de 50 ans est recherché par la justice américaine depuis des années. Les Etats-Unis veulent le juger pour la diffusion – à partir de 2010 – de plus de 700 000 documents classifiés. Ces derniers traitaient des activités militaires et diplomatiques américaines, en particulier en Irak et en Afghanistan. (jah/ats)

Ce chihuahua est actuellement le plus vieux chien du monde
Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Trump s'impose facilement face à Haley en Caroline du Sud
L'ex-président américain Donald Trump a infligé samedi une défaite de taille à sa dernière rivale républicaine, Nikki Haley, lors de la primaire de Caroline du Sud. Le revers est d'autant plus cruel qu'il a lieu dans l'état dont elle a été gouverneure pendant six ans.

Celle qui incarne une aile plus modérée du parti républicain a toutefois refusé de jeter l'éponge. «Je n'abandonne pas ce combat», a déclaré Nikki Haley à ses partisans, lors d'une réunion de campagne à Charleston, promettant de continuer à «se battre pour les Etats-Unis d'Amérique».

L’article