DE | FR

Une véritable épidémie de cas contact inquiète le Royaume-Uni

Bild

Le pingdemic est le résultat de deux facteurs: une hausse des infections et une augmentation des déplacements de personnes Image: Shutterstock

Au Royaume-Uni, le nombre de personnes en isolement explose, à tel point que certains magasins doivent fermer leurs portes à cause du manque de personnel. Une «épidémie dans l'épidémie», qui a désormais un nom: le «pingdemic».



Lundi, le Royaume-Uni a célébré son «Jour de la liberté», en levant la quasi-totalité des restrictions sanitaires. Mais la situation est loin d'être positive dans le pays confronté à une hausse des cas due au variant Delta.

Ces derniers jours, un nouveau phénomène, appelé «pingdemic» par les médias anglais, est venu compliquer les choses.

«Pingdemic», ça veut dire quoi?

L'expression «pingdemic» est un mot-valise composé des termes, selon Ouest-France:

  1. «ping», le bruit que fait une notification quand elle est reçue par un téléphone.
  2. «demic», la fin de «pandemic», qui signifie «pandémie» en anglais.

L'application en question, c'est celle des services de santé britanniques. Elle informe l'utilisateur qu'il a été en contact direct avec des personnes positives, et le somme de s'isoler pendant dix jours. C'est le même principe que SwissCovid, l'appli de traçage des contacts de la Confédération.

Or dans les dernières semaines, ces messages se sont multipliés. Le 20 juillet, 1,73 million de personnes étaient en isolement suite à l'envoi de cette notif, rapporte Bloomberg. Ça explique le terme «demic»: C'est une «épidémie dans l'épidémie», comme l'écrit la Dépêche.

Comment expliquer ce pic?

Cette situation est le résultat de deux facteurs: Une hausse des infections et d'une augmentation des déplacements de personnes, explique le Washington Post.

Le week-end précédant la levée des restrictions, le Royaume-Uni a enregistré la plus forte augmentation du nombre d'infections dans le monde, avec plus de 50 000 cas enregistrés en un seul jour. Dans ce pays, le variant Delta est responsable de 99% des nouvelles contaminations.

Quelles sont ses conséquences?

Le «pingdemic» frappe avant tout les commerces, car des milliers d'employés en isolement ne peuvent pas venir travailler. Les supermarchés sont soumis à une «pression croissante» pour assurer le remplissage des rayons, écrit le Guardian.

La chaîne de supermarchés Iceland a par exemple l'intention de recruter 2000 personnes pour pallier ces absences. Le détaillant a déclaré qu'il avait été contraint de réduire les heures d'ouverture et même de fermer certains magasins.

Moins dramatique, le «pingdemic» menace également les vacances d'été des Britanniques: Comme la fin de l'école est récente, les familles craignent d'être notifiées par les autorités d'un élève positif dans la classe de leurs enfants.

3000 jeunes font la fête à Liverpool, avant la levée des restrictions

1 / 7
3000 jeunes font la fête à Liverpool
source: ap pa / richard mccarthy
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La folie meurtrière de Breivik à Utoya, c'était il y a dix ans

Les attaques se sont produites le 22 juillet 2011 sur l'île d'Utoya, vers Oslo. Ce jour-là, Anders Behring Breivik tua 77 personnes et fit des centaines de blessés. Il justifia son crime au nom de l'extrême droite.

C'est incontestablement la pire attaque de l'histoire de la Norvège depuis la deuxième guerre mondiale. Il y a dix ans, jour pour jour, le 22 juillet 2011, un néo-nazi du nom d'Anders Behring Breivik tua 77 innocents à Utoya, une île située à 40 km d'Oslo, la capitale.

Agé de seulement 32 ans, Breivik se déguise en policier afin de pouvoir faire exploser une bombe juste à côté du siège du gouvernement à Oslo. Huit personnes sont tuées.

Ensuite, il se rend sur l'île d'Utoya, se met à tirer sur …

Lire l’article
Link zum Artikel