DE | FR

Il y a «encore une chance» pour négocier avec l'Occident, selon Moscou

Image: sda
Une solution diplomatique à la crise entre la Russie et les pays de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) est toujours possible, estime Moscou. Le Kremlin conditionne pourtant toute désescalade à une série de «garanties de sécurité», rejetées par les Occidentaux.
14.02.2022, 15:2914.02.2022, 17:30

La crainte d'une invasion russe de l'Ukraine n'a jamais été aussi élevée, mais une solution diplomatique reste toujours possible. C'est ce qu'a affirmé mardi le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov:

«Je dois dire qu'il y a toujours une chance»

Lavrov répondait à une question du président Vladimir Poutine, qui lui demandait s'il voyait encore une chance dans les négociations avec l'Occident. Toutefois, les discussions ne devraient pas s'éterniser, a-t-il ajouté.

Sergueï Lavrov voit une «chance» de compromis avec l'Occident.
Sergueï Lavrov voit une «chance» de compromis avec l'Occident. Image: sda

La Russie, qui nie toute velléité agressive, conditionne toute désescalade à une série de «garanties de sécurité», dont font partie:

  • L'assurance que l'Ukraine n'adhérera jamais à l'Otan;
  • Un retrait d'Europe de l'Est de l'infrastructure militaire de l'Alliance.

Les Occidentaux ont jugé ces demandes inacceptables. Ils ont toutefois proposé un dialogue accru sur d'autres sujets, comme le contrôle des armements.

Tour de force diplomatique

Pendant ce temps, les efforts diplomatiques battent leur plein. Le chancelier allemand Olaf Scholz est actuellement à Kiev pour y rencontrer le président ukrainien Volodymyr Zelensky, avant un déplacement à Moscou.

La semaine passée, le président Emmanuel Macron avait rencontré Vladimir Poutine et Volodymyr Zelensky, avant de se retrouver avec les dirigeants allemands et polonais. Le secrétaire d'Etat américain avait également rencontré son homologue russe Sergueï Lavrov. (ats/asi)

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cela fera bientôt trois mois que les Russes ont envahi l'Ukraine. Des infrastructures ont été détruites, des personnes ont été tuées et des familles ont été déchirées. L'aide humanitaire suisse tente depuis des semaines d'atténuer les grandes souffrances de la population.

Les yeux humides et la voix tremblante, Natalia raconte sa fuite de Marioupol. Cette ville n'a plus accès à l'eau ni à l'électricité depuis le début du mois de mars et se trouve au milieu des conflits armés entre la Russie et l'Ukraine. Après que sa voiture a été détruite par un missile et qu'elle «aurait pu être touchée à tout moment», Natalia a fui la ville du sud-est de l'Ukraine le 5 mars avec son fils de 10 ans. Elle a dû laisser son mari derrière elle, le père de son fils. Sans savoir si la famille se reverrait un jour.

L’article