International
Russie

Sanctions: voici comment l'Occident veut faire «très mal» à la Russie

Sanctions: voici comment l'Occident veut faire «très mal» à la Russie

Josep Borrell, Joe Biden et Boris Johnson ont tous affirmé vouloir frapper vigoureusement la Russie.
Josep Borrell, Joe Biden et Boris Johnson ont tous affirmé vouloir frapper vigoureusement la Russie.Image: Keystone
La réponse occidentale aux actions russes en Ukraine a été unanime: imposer des sanctions. Mais qu'est-ce que cela signifie, concrètement? Et qui est concerné? Explications.
23.02.2022, 10:2023.02.2022, 11:56
Suivez-moi
Plus de «International»

Pour le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, ça ne fait aucun doute: les sanctions de l'Union européenne «feront très mal» à la Russie. Mardi, l'UE a en effet approuvé un paquet de rétorsions à l'égard de Moscou, tout comme les Etats-Unis, le Canada, le Royaume-Uni et le Japon. Voici comment ils vont procéder.

>>> Suivez la situation en Ukraine dans notre direct

Un «instrument essentiel»

Il ne s'agit pas d'une nouveauté. Les sanctions sont même considérées comme un «instrument essentiel de la politique étrangère et de sécurité commune» de l'Union européenne. Elles visent à «provoquer un changement dans la politique des personnes et des entités visées», explique le Conseil européen sur son site internet, tout en «minimisant les conséquences négatives pour ceux qui ne sont pas responsables des actions conduisant à leur adoption». Elles peuvent viser:

  • Des gouvernements.
  • Des entreprises fournissant les moyens de mener les politiques ciblées.
  • Des groupes ou organisations.
  • Des personnes qui soutiennent les politiques ciblées.

L'UE impose des sanctions à l'encontre de la Russie depuis mars 2014, «en réponse à l'annexion illégale de la Crimée et à la déstabilisation délibérée de l'Ukraine». Les Etats-Unis, l'Australie, le Canada, ainsi que l'Albanie, l'Islande, le Monténégro et l'Ukraine ont fait de même.

La Suisse, soucieuse de garder intact son rôle d’interlocutrice, ne reprend pas les sanctions décidées par l'UE. Berne adopte, cependant, des mesures empêchant Moscou de contourner les punitions édictées.

Qui est visé?

Mardi, l'UE a approuvé un «paquet de sanctions» contre Moscou, à l'image des Etats-Unis, du Canada, du Royaume-Uni et d'autres pays, dans l'objectif de «frapper la Russie très fort», comme l'a affirmé le premier ministre britannique Boris Johnson. Reuters a dressé une liste des personnes et entités visées.

Les banques

Les Etats-Unis vont adopter des «sanctions de blocage total» à l'encontre des banques russes VEB et Promsvyazbank. L'ensemble du secteur bancaire russe pourrait être visé par des sanctions si la Russie poursuit son invasion de l'Ukraine, a affirmé un responsable américain.

De son côté, le Royaume-Uni a annoncé des sanctions contre cinq instituts: Rossiya, Black Sea Bank, Genbank, IS Bank et Promsvyazbank.

Les financements occidentaux

Les Etats-Unis vont également mettre en place des sanctions sur la dette souveraine russe. «Cela signifie que nous coupons le gouvernement russe du financement occidental», a affirmé le président Joe Biden.

Par conséquent, Moscou ne peut plus lever d'argent à l'ouest et ne peut plus négocier sa nouvelle dette sur les marchés américains et européens. Cette mesure pourrait peser sur la valeur du rouble, et renchérir le coût pour les consommateurs russes des produits importés.

Les individus

L'Union européenne a imposé des sanctions à cinq personnes qui ont participé à des élections législatives russes en Crimée annexée en septembre 2021. De plus, l'UE a annoncé le gel d'avoirs et l'interdiction de visas des 351 députés russes de la Douma qui ont approuvé la reconnaissance de l'indépendance des territoires séparatistes.

Dans le même temps, le Royaume-Uni et les Etats-Unis ont imposé des sanctions contre des élites russes proches du président Poutine.

Les entreprises du secteur énergétique

C'était la première sanction européenne depuis l'escalade en Ukraine: le processus d'approbation du gazoduc russo-allemand Nord Stream 2 a été stoppé «jusqu'à nouvel ordre».

Plus largement, la compagnie gazière publique Gazprom, sa branche pétrolière Gazpromneft et les producteurs de pétrole Lukoil, Rosneft et Surgutneftegaz sont confrontés à divers types de restrictions sur les exportations/importations et la levée de la dette.

Pour quels effets?

Ces sanctions seront-elles efficaces? C'est tout sauf certain, malgré le ton menaçant utilisé par les pays occidentaux. Il s'agit de moyens de riposte limités, estime Le Parisien, notamment si comparés à une intervention militaire directe. De plus, elles n'ont pas dissuadé Vladimir Poutine de défier l’Occident.

Mardi, Josep Borrell a, par ailleurs, affirmé: «Les sanctions n'ont pas des effets miraculeux. Mais les sanctions, ça fait du mal économiquement et ça fait du mal aux personnes affectées».

Des Suisses en Ukraine: «Je suis encore plus déterminé à rester!»
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
2 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
2
On a causé avec l'artiste qui a incité Trump à «perdre du poids»
Tailleurs flashy et crinière blonde, Isabelle Brourman attire tous les regards dans la salle d'audience la plus scrutée de la planète. Mais ce sont ses dessins qui font jaser: armée de ses crayons, la New-Yorkaise croque le procès pénal contre le candidat républicain. Coup de fil à une dessinatrice de 30 ans qui considère Trump comme «un collègue de tribunal» et se dit «choquée par le charisme et le pouvoir physique qu'il dégage».

«Je ne sais pas... Je suis incroyablement... comment dire... oui, c'est épuisant. Je suis si... épuisée. En même temps je suis pleine d'énergie, c'est étrange. Il y a de la fatigue émotionnelle, mais c'est aussi un boulot très physique. A la fois un marathon et un sprint. Bref... je vais bien. Je crois.» Samedi 18 mai, quand Isabelle Brourman décroche son téléphone, on ne peut s'empêcher de lui demander si elle survit. Sans oublier de lui avouer qu'on «tuerait pour être à sa place».

L’article