DE | FR
Wikipédia s'apprête à se faire couper la langue par Vladimir Poutine.
Wikipédia s'apprête à se faire couper la langue par Vladimir Poutine. Image: sda

Les Russes se hâtent de télécharger Wikipédia avant qu'il ne soit banni

Désinformation, applications et réseaux sociaux bloqués... Face à la propagande, les citoyens russes s'empressent de télécharger Wikipédia.
27.03.2022, 10:50
Suivez-moi

La censure continue ses ravages en Russie. Le régime de Poutine s'applique à faire tomber un pays tout entier dans les rets de la dictature. Maître Poutine contraint son peuple jusqu'à la brisure et joue un jeu dangereux en multipliant la désinformation.

Le 1er mars, après une semaine d'horreur en Ukraine, des informations ont été publiées selon lesquelles la Russie s'apprêtait à bloquer Wikipédia. Des informations récoltées par Slate suggèrent qu'après les menaces de censure du Kremlin, les Russes ont commencé à se ruer en masse sur une version de Wikipédia hors-ligne.

Actuellement, la Russie est le pays avec le plus de téléchargements de Wikipédia. Une progression qui se chiffre à 4000%. Avant d'envahir le voisin, la nation de Poutine n'avait que rarement intégré le top 10. Mais après l'invasion de l'Ukraine le 24 février, elle a caracolé en tête pour ne plus la lâcher. Pour être tout à fait précis, le fichier Wikipédia (en russe) a été téléchargé 105 889 fois au cours de la première moitié de mars.

Interrogé par Slate, Stéphane Coillet-Matillon, qui dirige Kiwix, un logiciel libre permettant de consulter des contenus issus du web hors-ligne, confirme que les téléchargements venant de Russie représentent désormais 42% de tout le trafic sur les serveurs Kiwix, contre seulement 2% en 2021. Et ce n'est qu'une partie partiellement visible de l'iceberg.

«De nombreuses personnes en Russie utilisent un navigateur VPN ou Tor, qui masque leur emplacement»
Stéphane Coillet-Matillon

La vague de téléchargements est aussi forte, car la source d'information (neutre) incarnée par Wikipédia pourrait se voir bloquée très prochainement. L'agence de censure du Kremlin, Roskomnadzor, est intransigeante et a averti Wikipédia d'une sanction prochaine. De quoi nourrir les accents de propagande à l'intérieur du pays.

La Fédération de Russie est prête à sévir, prétextant que l'article en russe sur la récente invasion de l'Ukraine ne correspondait pas à la version du Kremlin. Rappelons que Facebook et Instagram sont déjà bloqués et sous enquête pour juger si le groupe Meta est une «organisation extrémiste».

Wikipédia, l'ennemi de la démocratie à abattre

La Russie n'est pas à son coup d'essai: elle avait également tenté de censurer l'encyclopédie en ligne en 2015, jugeant que certains articles sur le cannabis et ses dérivés étaient répréhensibles. Une requête boudée par Wikipédia. Conséquence: le site s'était vu bloqué pendant une journée.

L'encyclopédie en ligne pourrait faire rapidement les frais de la nouvelle loi fraichement adoptée par Poutine, brandissant la menace de 15 ans de prison pour n'importe quel journaliste qui ne collerait pas au récit de l'oracle Poutine.

Marioupol, assiégée par les Russes

1 / 12
Marioupol, assiégée par les Russes
source: sda / evgeniy maloletka
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et pour en savoir plus sur Vladimir Poutine...

Comment un fils d'ouvrier est devenu l'homme le plus puissant de Russie

Link zum Artikel

Comment la personnalité de l'année 2007 est devenue un «criminel de guerre»

Link zum Artikel

Que se passe-t-il dans la tête de Poutine?

Link zum Artikel

Qui est la maîtresse russe de Poutine, qu'on dit planquée en Suisse?

Link zum Artikel

Trois idées reçues sur Vladimir Poutine à démystifier

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En France, le suspens règne encore sur l'identité du nouveau premier ministre
Alors que le premier ministre Jean Castex a déjà bouclé ses valises, on ignore encore qui prendra sa place à Matignon. Fidèle à son habitude, Emmanuel Macron nous fait languir.

Alors qu'il affirme déjà connaître le nom de son prochain premier ministre, le président fraîchement élu n'en finit pas d'attendre pour le dévoiler – une «tactique», selon franceinfo qui est allé prendre la température auprès de son entourage. Si certains estiment que Macron tente de «décaler le bénéfice de la victoire», ou de s'éviter un scandale en nommant quelqu'un trop vite, d'autres pensent qu'attendre le dernier moment lui permettra aussi d'élargir son vivier de recrutement.

L’article