DE | FR
Une pancarte devenue célèbre.
Une pancarte devenue célèbre. Image: sda

Les Russes «zombifiés»: la journaliste anti-Poutine a parlé

Marina Ovsyannikova a décidé de rendre son tablier. La journaliste qui s'est présentée sur le plateau du journal TV a rappelé que le peuple russe était «zombifié» par la propagande de l'Etat.
18.03.2022, 14:18

La journaliste russe, qui s'est rendue célèbre en interrompant le direct du journal télévisé pour protester contre la guerre en Ukraine, a déclaré que les Russes étaient «zombifiés» par la propagande. En accordant un entretien à la BBC, Marina Ovsyannikova a déclaré que les Russes se devaient de cesser d'écouter la couverture médiatique d'Etat.

Marina Ovsyannikova, rédactrice en chef de la Channel One, une chaîne de télévision contrôlée par l'Etat, a été arrêtée après sa manifestation de lundi. Pour rappel, elle a couru sur le plateau de l'un des programmes les plus regardés de Russie nommé «Vremya», munie d'une pancarte où il était inscrit: «Pas de guerre, arrêtez la guerre, ne croyez pas la propagande, ils vous mentent ici.» On l'entendait également répéter «pas de guerre, arrêtez la guerre».

«Je savais que si j'allais manifester sur la place centrale (de Moscou), je serais arrêtée comme tout le monde, jetée dans un fourgon de police et jugée»
Marina Ovsyannikova

Ovsyannikova ajoute qu'elle avait rédigé la moitié de l'affiche en russe, l'autre moitié en anglais «pour démontrer au public occidental que certains Russes sont contre la guerre».

Avant d'aller protester, elle avait enregistré une vidéo dans laquelle elle exprimait sa honte de travailler pour ce qu'elle a appelé «la propagande du Kremlin». Son courage lui a valu une détention de quatorze heures et une condamnation à une amende de 30 000 roubles.

Les autorités russes, selon ses dires, étaient convaincues qu'elle voulait se venger pour un problème au travail.

«Personne ne croyait que c'était ma décision personnelle. Ils ont suggéré que cela pouvait être un conflit au travail, des proches qui étaient en colère contre l'Ukraine ou que je le faisais pour les services spéciaux occidentaux»

Et de conclure:

«Ils ne pouvaient pas croire que j'avais tant d'objections au gouvernement que je ne pouvais pas garder le silence»

La guerre en Ukraine en images

1 / 18
La guerre en Ukraine en images
source: sda / efrem lukatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Et il y a ce journaliste chinois, qui raconte la guerre côté russe

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
L'adresse de ces ambassades russes a changé et ça va énerver Poutine
Pour protester contre la guerre, de plus en plus de villes ont décidé de renommer les rues où se situe l'ambassade de Russie avec un nom soutenant l'Ukraine. Des pétitions ont été lancées dans toute l'Europe.

C'est l'une des leçons du conflit en Ukraine: la guerre ne se déroule pas (uniquement) sur le champ de bataille, mais également sur d'autres terrains, comme celui de l'information, de la communication et de la symbolique.

L’article