DE | FR
Quand vous réalisez que des hackers pro-ukrainiens ont publié près d'un million d'e-mails de vos médias d'Etat.
Quand vous réalisez que des hackers pro-ukrainiens ont publié près d'un million d'e-mails de vos médias d'Etat.bildmontage: shutterstock/watson

Ce que 900 000 e-mails piratés révèlent de la propagande de Poutine

Il y a un mois, un groupe de hackers pro-ukrainiens a piraté la plus grande entreprise de médias d'Etat russe et publié près d'un million d'e-mails. Les premières analyses de la fuite de données donnent un petit aperçu du moteur de la propagande russe.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
22.04.2022, 06:1022.04.2022, 18:35
Oliver Wietlisbach
Oliver Wietlisbach
Oliver Wietlisbach
Suivez-moi

En mars, le groupe de pirates informatiques pro-ukrainien Network Battalion 65' a piraté la société nationale de télévision et de radio russe (VGTRK) et s'est emparé de près d'un million d'e-mails. Début avril, les données, qui comprennent la correspondance des 20 dernières années, ont été rendues publiques sur la plateforme de révélation Distributed Denial of Secrets (DDoSecrets).

Aric Toler, un journaliste du réseau de recherche néerlandais Bellingcat, a, entre-temps, creusé une petite partie de la montagne de données et déniché quelques perles. Comme il l'écrit, cela devrait prendre «un temps très, très long» pour passer en revue toutes les données. Néanmoins, il a déjà posté quelques échantillons sur Twitter. Il ne s'agit pas, pour l'instant, de secrets d'Etat explosifs, mais la vaste fuite de données au sein du plus grand groupe médiatique d'Etat de Russie – le bras de propagande du Kremlin – permet, entre autres, un aperçu inhabituel de la communication entre le cercle du pouvoir de Poutine et les médias fidèles au Kremlin.

La fuite comprend 252 comptes de messagerie avec environ 900 000 e-mails provenant des médias d'Etat russes. Parmi eux, la boîte aux lettres de 4,7 Go d'Oleg Dobrodeev, directeur de la société de télévision et de radio d'Etat (VGTRK).

Extrait de la liste des boîtes aux lettres électroniques piratées.
Extrait de la liste des boîtes aux lettres électroniques piratées.toutes les captures d'écran: @AricToler

Les e-mails publiés montrent comment les médias d'Etat russes copient pratiquement à l'identique et rediffusent les fake news sur la guerre en Ukraine à partir des canaux Telegram.

Une liste interne de liens vers les chaînes pro-russes Telegram qui ont publié de faux reportages sur l'attentat à la bombe contre le théâtre de Marioupol.
Une liste interne de liens vers les chaînes pro-russes Telegram qui ont publié de faux reportages sur l'attentat à la bombe contre le théâtre de Marioupol.

Les e-mails montrent que les médias d'Etat russes tentent de faire passer les informations des médias occidentaux pour des mensonges en citant de faux rapports provenant de chaînes Telegram douteuses qui produisent pourtant elles-mêmes de fausses nouvelles sur le tapis roulant.

Ici, la commission électorale demande, en 2020, des spots publicitaires gratuits à la télévision et à la radio publiques pour le référendum constitutionnel qui permettra à Poutine de briguer un nouveau mandat de président.

Au milieu de l'année 2020, 78% des Russes auraient voté en faveur de la réforme constitutionnelle. Poutine pourrait désormais gouverner jusqu'en 2036, à condition de remporter deux élections.

Parmi les données, il y a également des fichiers PDF avec les contacts des célébrités russes.

Extrait de la liste des célébrités: concernant le maire de Moscou, il est noté qu'il n'accepte pas de cadeaux (document traduit par Google Lens).

Tout aussi curieux: un fichier de contacts (CSV) de plus de 250 mégaoctets contenant apparemment plus d'un million de lignes...

Ici, la liste des VIP pour un événement de la télévision d'Etat: parmi eux, le général d'armée Sergueï Choïgou, qui a apparemment fait le voyage en compagnie d'un petit convoi.

Ici, de nombreuses correspondances dans les documents: par exemple, Dmitry Kiselyov, directeur général de l'agence de presse d'Etat Rossiya Sevodnya et figure clé de la propagande russe, demandant à Dmitri Medvedev une réduction de loyer pour les bureaux commerciaux.

Ou encore ici: Poutine qui félicite la «Compagnie nationale de télévision et de radio de toute la Russie» à l'occasion de son 30689234332e anniversaire et loue la «fiabilité» et la «créativité» de ses reportages.

En réponse à la guerre d'agression de Poutine, Google a interdit aux médias d'Etat russes de monétiser leur contenu. Ceux-ci craignent, comme on peut le lire dans les e-mails récupérés, que cela leur fasse perdre au moins huit millions de dollars en 2022.

Ici, une liste de mesures pour réduire les problèmes financiers et de personnel liés à la guerre et aux sanctions: les médias d'Etat, par exemple, veulent que leurs employés soient exemptés du service militaire.

Ici, une lettre dans laquelle le réalisateur de film Dobrodeev supplie Poutine: en 2019, les médias d'Etat étaient plongés dans le rouge et Dobrodeev a demandé quatre milliards de roubles supplémentaires (environ 46 millions de francs aujourd'hui).

Ici, le statut vaccinal Covid-19 des employés: à la station de radio Radio Russie, seuls sept des quelque 400 employés n'étaient pas vaccinés en janvier 2022.

Les médias d'Etat russes veillent apparemment à ce que leurs collaborateurs soient vaccinés, tandis que leurs médias de propagande RT DE et Sputnik ont diffusé à grande échelle en Occident des récits de complot anti-Covid.

Quand la télévision d'Etat a appris, fin février, qu'elle serait exclue du Concours Eurovision de la chanson.

Plusieurs pays européens voulaient exclure directement la Russie de l'ESC 2022. Selon un courriel, la représentation suisse aurait proposé, comme compromis, une renonciation volontaire de la Russie. Les Russes n'ont pas donné suite à cette proposition.

Les pirates ont également mis la main sur des milliers de fichiers vidéo. On peut voir ici une copie de 39 Go du film culte russe Ivan Vassilievitch change de métier.

D'ailleurs, deux semaines avant qu'elle ne soit piratée et que ses e-mails ne soient publiés, la télévision nationale a reçu un fichier PDF intitulé «Recommandations pour se préparer aux attaques informatiques».

La propagande de Poutine mise à nu

La société de télévision et de radio d'Etat VGTRK est au cœur du système de propagande de Poutine. En ce sens, le piratage de VGTRK est sans aucun doute une mise à nu colossale des médias et de la propagande étatiques. Il ne s'agit pas du piratage d'un seul média, mais de la démonstration de la machine de propagande du Kremlin.

Reste à savoir si les 900 000 e-mails contiennent des informations explosives susceptibles de mettre en difficulté Poutine, les apparatchiks du Kremlin et les oligarques russes. C'est comme chercher une aiguille dans une botte de foin et cela devrait prendre des mois pour tout passer au crible.

La fuite de données du groupe de médias public VGTRK n'est pas seulement une mine d'or potentielle pour les journalistes russophones. Les données de contact telles que les numéros de téléphone portable personnels des élites russes pourraient également être utilisées par les services secrets étrangers, par exemple pour introduire des logiciels espions sur les smartphones d'hommes politiques, de militaires ou de dirigeants économiques russes importants. Les services secrets ukrainiens pourraient également en profiter.

«Maintenant c'est ton tour de mentir»

Selon d'anciens employés du VGTRK, les responsables du Kremlin dictent aux rédactions de quelle manière la guerre doit être couverte et quelles informations doivent être utilisées afin de discréditer l'Ukraine. Les chaînes de télévision auraient mis sur liste noire les experts qui ne correspondent pas à la ligne du parti. Selon un ancien cameraman de télévision, la blague préférée des présentateurs de journaux télévisés avant les directs avec les correspondants est de dire: «Maintenant, c'est ton tour de mentir».

Le groupe de médias VGTRK comprend, entre autres, les plus grandes chaînes de télévision et de radio du pays ainsi que plus de 80 chaînes de télévision et de radio régionales. Selon ses propres dires, VGTRK atteint 98,5% de la population russe avec ses différents médias. Chez nous aussi, la chaîne de télévision controversée RT DE et le «portail d'information alternatif» Sputnik sont très appréciés dans les milieux conspirationnistes et «dissidents».

Le groupe de hackers responsable de la fuite du VGTRK, Network Battalion 65', a cité la guerre d'agression russe contre l'Ukraine comme motif du vol de données. NB65 et d'autres groupes de pirates informatiques pro-ukrainiens ont récemment piraté des entreprises proches du Kremlin et des autorités russes presque tous les jours.

Les données capturées sont mises à la disposition du public dans un emplacement central sur la plateforme en ligne DDoSecrets. Derrière le site de dénonciation se trouvent des activistes de la transparence comme la journaliste américaine Emma Best, qui a fait parler d'elle dans le monde entier suite à son travail pour Wikileaks avec le fondateur Julian Assange.

(Traduit de l'allemand par mndl)

Quand Mikhail Gorbachev jouait dans une publicité pour Pizza Hut

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Procès du 13-Novembre: «Les victimes ne voulaient du mal à personne»
Le procès des attentats du 13-Novembre 2015 s'est poursuivi ce lundi, avec la prise de parole des avocats des familles des victimes. Une plaidorie collective qui a pris une forme totalement inédite.

«Nous allons donc vous présenter autre chose, une autre forme de plaidoirie, inédite, à laquelle ont participé une centaine d'avocats»: les mots de maître Frédérique Giffard, avocat indépendant, face à la cour d'assises spéciale de Paris, ce lundi.

L’article