DE | FR

Valeri Guerassimov, la «brute» de Poutine que l'Ukraine a failli éliminer

Valeri Guerassimov, 66 ans, a été blessé par des éclats d'obus après une frappe ciblée des Ukrainiens. Le chef de l'état-major général des forces armées russes a joué à la guerre toute sa vie. Jusqu'à se voir attribuer, en 2014, une doctrine fantôme qui aurait porté son nom. Mais qui est vraiment ce «militaire jusqu'aux racines des cheveux», détonateur principal de l'agression de l'Ukraine?
02.05.2022, 21:4903.05.2022, 09:54
Suivez-moi

Il a typiquement la tronche d'un type à qui on éviterait de demander son chemin. Il s'appelle Valeri Guerassimov. Son nom vient de faire irruption dans les médias du monde entier pour avoir failli perdre la vie dans la ville d'Izium, sous contrôle russe. Blessé puis rapatrié d'urgence, il avait risqué le voyage jusqu'au front pour, dit-on, motiver des troupes dont le moral et la motivation tutoieraient en ce moment à peine leurs élastiques de jambes. Dans cette frappe ciblée de l'armée ukrainienne, il était prévu qu'il meure. En même temps que deux cents soldats de l'école de recrue n°12.

Depuis le début de la guerre, on ne s'est pas souvent penché sur son profil. Alors dépêchons-nous, car il pourrait bientôt céder son siège à la tête de l'Etat-major général des forces armées au «boucher de Syrie», Alexander Dvornikov. D'autant que Guerassimov, 66 ans, est non seulement le grand patron des troupes russes, mais aussi l'un des détonateurs principaux de l'agression de l'Ukraine intimée par Poutine. C'est à lui, entre autres, que le maître du Kremlin ordonna de décapsuler officiellement l'assaut, le 24 février dernier.

Vous vous souvenez de cette photo?

C'est lui, à gauche, aux côtés du ministre de la Défense, Sergueï Choïgou. Et, selon un adage, «Sergueï Choïgou restera en poste aussi longtemps que Valeri Guerassimov demeurera chef d’état-major <a target="_blank" rel="nofollow" href="https://www.france24.com/fr/europe/20220303-sergue%C3%AF-cho%C3%AFgou-et-val%C3%A9ri-guerassimov-les-ma%C3%AEtres-de-guerre-de-vladimir-poutine">(et vice-versa)»</a>.
C'est lui, à gauche, aux côtés du ministre de la Défense, Sergueï Choïgou. Et, selon un adage, «Sergueï Choïgou restera en poste aussi longtemps que Valeri Guerassimov demeurera chef d’état-major (et vice-versa)». Image: keystone

«Brute rugueuse»

La mission de celui qu'on surnomme la «brute rugueuse» pouvait paraître simple sur le papier: mener à bien la guerre en Ukraine. Efficacement. Et surtout, rapidement. La résistance inattendue de l'adversaire ukrainien pourrait bien être l'une des causes de sa présence sous les bombes ces derniers jours. Il faut dire que des rumeurs circulaient déjà à la mi-mars: Valeri Guerassimov, manifestement incapable de chauffer ses hommes à blanc, aurait été rangé dans un placard par Poutine lui-même. Le 10 avril dernier, Alexander Dvornikov, le «boucher de Syrie» et potentiel successeur de Guerassimov, héritait du commandement de toutes les armées présentes en Ukraine pour espérer remporter le Donbass le plus vite possible. A défaut d'être parvenue à sauver sa réputation, la «brute» aura donc, pour l'instant, simplement réussi à sauver sa peau.

Valeri Guerassimov aux côtés de Vladimir Poutine. Nous sommes en 2018, et les plus imposants exercices militaires russes depuis 1981 s'apprêtent à démarrer. Au total, 297 000 soldats participeront aux manoeuvres.
Valeri Guerassimov aux côtés de Vladimir Poutine. Nous sommes en 2018, et les plus imposants exercices militaires russes depuis 1981 s'apprêtent à démarrer. Au total, 297 000 soldats participeront aux manoeuvres.Image: EPA SPUTNIK / POOL

Un militaire «jusqu'à la racine des cheveux»

Pourtant, cet homme n'est pas le dernier des pions. Le ministre de la Défense Sergueï Choïgou le décrit lui-même comme un «militaire jusqu'à la racine des cheveux». Un affamé de la guerre et un stratège taiseux qui a dédié sa carrière à enchaîner diplômes, missions et médailles. Le petit Guerassimov passe sa scolarité en treillis et, à 22 ans, en tout jeune et fringuant fantassin, sort fièrement de l’école supérieure des troupes blindées de Kazan, l'actuelle capitale de la république du Tatarstan et (accessoirement) sa ville natale. Il a ensuite, dans l'ordre s'il vous plait, commandé les régions militaires d’Extrême-Orient, du Caucase du Nord, de Leningrad, puis celle de Moscou.

L'affaire «Boudanov»

Parmi ses hauts faits personnels, citons par exemple l'arrestation archi-médiatisée, au début des années 2000, du symbole des terribles exactions perpétrées par les soldats russes dans la république du Caucase: Iouri Boudanov. Ce colonel russe, coupable d'avoir violé (puis assassiné) une jeune Tchétchène, sera abattu de quatre balles dans le crâne en 2011. Par un inconnu qui a pris la fuite et par une journée étrangement ensoleillée. A peine un an plus tard, Guerassimov atteindra la fonction suprême (pour un militaire, s'entend) en se hissant enfin au rang de chef d'état-major des forces armées de la Fédération de Russie.

Le colonel russe Iouri Boudanov, arrêté au début des années 2000 sous l'ordre de Guerassimov, et condamné en 2003 pour avoir violé et assassiné une jeune Tchétchène.
Le colonel russe Iouri Boudanov, arrêté au début des années 2000 sous l'ordre de Guerassimov, et condamné en 2003 pour avoir violé et assassiné une jeune Tchétchène. Image: keystone

Crimée, Donbass, Syrie? C'est lui.

Décrit comme étant un monsieur froid, mais plutôt déterminé, Valeri Guerassimov a dirigé plusieurs escapades militaires importantes pour le compte de papa Poutine. Il a par exemple été l’un des commandants durant la seconde guerre de Tchétchénie en 1999.

«Valeri Guerassimov est un homme qui a su préserver son honneur d’officier»
Selon la célèbre journaliste Anna Politkovskaïa, très critique à l'encontre du pouvoir russe et assassinée en 2006. Elle faisait référence à l'arrestation de Iouri Boudanov.

Et avant d'empoigner la guerre en Ukraine, d'une main manifestement moite, c’est lui qui a mené les opérations en Syrie en 2015, mais aussi au moment de l'annexion de la Crimée en 2014.

La doctrine fantôme

S'il a bien été l'un théoricien de la fameuse «guerre hybride», évoquée notamment par Zelensky au moment de jauger son assaillant au début du conflit, il n'est pas, comme on l'a longtemps sous-entendu, l'auteur de la «doctrine Guerassimov», ce document fantôme censé décrire avec précision la naissance de la tactique. Une guerre hybride? Pour faire court, c'est déstabiliser l'ennemi sans dégainer les armes. Et ça peut aller d'une importante cyberattaque, à une série de simples tweets publiés par des milliers de robots.

«Les actions à longue distance et sans contact contre l'ennemi deviennent le principal moyen d'atteindre les objectifs de combat»
Valeri Guerassimov dans un article de 2013 pour dénoncer les ingérences occidentales lors des révolutions arabes.

Valeri Guerassimov, chef d'orchestre reconnu de la musique impitoyable de Vladimir Poutine, a résolument fait ses preuves pendant plusieurs décennies.

Sacré paquet de médailles quand même.
Sacré paquet de médailles quand même.Image: AP

Aujourd'hui, même si son uniforme ne suffit plus à accueillir toutes les médailles, le chef d'état-major est un militaire blessé (dans tous les sens du terme), méchamment pourchassé par les autorités ukrainiennes, talonné par le «boucher» Alexander Dvornikov et manifestement en froid avec Poutine. Dernier indice d'un éventuel chant du cygne? En mars dernier, on soupçonnait déjà la disparition (ou la mort) de la «brute rugueuse». Ce sera, peut-être, pour la prochaine fois.

La TV russe simule des attaques nucléaires

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Occident a un plan pour empêcher la Russie de causer une famine mondiale
Le blocus maritime imposé par la Russie en Mer Noire empêche l'Ukraine de livrer ses céréales aux pays qui en sont dépendants. Pour éviter une crise alimentaire, l'Occident cherche des solutions pour ouvrir un passage.

Le blocus organisé par la Russie en Mer Noire pourrait causer une famine mondiale. Les bateaux militaires de Poutine, au large d'Odessa, empêchent l'Ukraine d'exporter ses céréales. Celles-ci sont pourtant capitales pour certains pays. A titre d'exemple, l'Erythrée, la Somalie, l'Egypte ou encore le Liban en sont si dépendants que la survie de leur approvisionnement en nourriture et donc de leur population en dépend.

L’article