International
Russie

La Russie a commis des crimes contre l'humanité en Ukraine

Enquête sur une fosse commune à Kherson.
Enquête sur une fosse commune à Kherson.Image: sda

Les preuves de crimes contre l'humanité s'accumulent contre la Russie

La Cour pénale internationale envisage de poursuivre des Russes, notamment pour le déplacement des enfants et les frappes délibérées sur des infrastructures civiles.
16.03.2023, 17:1708.05.2023, 10:35
Plus de «International»

La Russie a perpétré des actes qui peuvent équivaloir à des crimes contre l'humanité en Ukraine, selon la Commission d'enquête internationale mandatée à l'ONU. Dans son rapport, présenté jeudi à Genève, elle demande davantage d'investigations.

Notons que la Commission franchit une étape supplémentaire par rapport à son évaluation intermédiaire. En septembre dernier, son président Erik Møse avait dit qu'il manquait des preuves et des analyses pour parler de probables crimes contre l'humanité.

Erik Mose, Chair of the Independent International Commission of Inquiry on Ukraine, talks to the media during a press conference following an oral update of the Independent International Commission of ...
Erik Møse.Image: sda

Dans l'intervalle, les Etats-Unis ont affirmé en février que de tels crimes avaient été perpétrés, selon les indications sur lesquelles ils s'appuyaient. Désormais, la Commission les rejoint.

Quels sont ces crimes?

Selon elle, les attaques depuis six mois sur les infrastructures énergétiques et la torture attribués à Moscou méritent d'être considérées comme des actes équivalant à des crimes contre l'humanité.

Des millions de personnes ont été privées d'électricité pendant certaines périodes en raison de cette situation, alors que l'Ukraine était confrontée à des températures plus froides. Parmi les systématisations qu'elle dénonce, la Commission mentionne un prisonnier battu parce qu'il s'exprimait en ukrainien ou qu'il ne pouvait pas chanter l'hymne russe.

Comme en septembre dernier, Moscou se voit aussi reprocher «de nombreux crimes de guerre». Ceux-ci vont d'exécutions délibérées à des attaques contre les civils, en passant par des détentions à l'isolement accompagné de torture, des viols, des déplacements forcés ou des évacuations d'enfants vers la Russie.

Ces «enlèvements» d'enfants, selon l'Ukraine, sont considérés par Kiev comme un «génocide». Parmi eux, de nombreuses personnes n'ont aucun contact avec leurs proches et pourraient ne jamais plus en avoir, déplorent de leur côté les enquêteurs. Des délais pour rapatrier des enfants équivalent aussi à des crimes de guerre, selon eux. Plusieurs milliers d'enfants auraient été évacués vers la Russie, plus de 16 000 selon Kiev.

En violation du droit international humanitaire (DIH), les militaires russes ont mené des assauts indiscriminés et disproportionnés. Ils ont notamment bombardé avec des armes explosives des territoires largement peuplés.

Armée ukrainienne également en cause

L'armée ukrainienne n'est pas exempte de reproches de la part des trois enquêteurs indépendants. Mais les incidents sont peu nombreux. Deux d'entre eux peuvent être considérés comme des crimes de guerre, selon eux: des détenus russes ont été exécutés ou torturés.

Comment s'est passée l'enquête

La Commission, qui s'est rendue à plusieurs reprises en Ukraine ces derniers mois, se dit «horrifiée» par les destructions qu'elle a observées. Elle a mené des centaines d'entretiens, a pu voir des sites bombardés, de même que des centres de détention ou de torture. Elle appelle à des poursuites nationales et internationales contre les responsables. Une demande lancée par les rescapés de violations perpétrées par les Russes, a-t-elle dit.

Que va-t-il se passer maintenant?

Selon des médias, la Cour pénale internationale (CPI) veut poursuivre des Russes pour crimes de guerre, notamment pour le déplacement des enfants en Russie et les frappes délibérées sur des infrastructures civiles. La juridiction n'a de son côté pas encore fait de commentaire.

Elle a lancé il y a plus d'un an des investigations pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Ni la Russie ni l'Ukraine ne sont membres de la CPI, mais Kiev a accepté la compétence de la cour sur son territoire et travaille avec le procureur. (jah/ats)

Malgré ses promesses, la Russie bombarde encore le sud de l'Ukraine
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Robert Fico avait anticipé son propre attentat
Le premier ministre slovaque Robert Fico s'est fait tirer dessus en pleine rue. L'auteur aurait agi pour des motifs politiques. On fait le point sur l'ambiance politique du moment en Slovaquie.

Robert Fico, premier ministre slovaque, a échappé de peu à la mort. Un homme lui a tiré dessus en pleine rue, à plusieurs reprises. Que s'est-il passé pour en arriver là? Décryptage.

L’article