DE | FR
Image satellite de la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine, vendredi 19 août 2022.
Image satellite de la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine, vendredi 19 août 2022.Image: Keystone

Poutine redoute la «contamination radioactive de vastes territoires»

Le président russe accepte une mission internationale à la centrale nucléaire de Zaporijjia. Selon lui, le bombardement de ce territoire entraînerait le risque d'une «catastrophe de grande envergure».
19.08.2022, 19:5220.08.2022, 12:11

Le chef du Kremlin a accepté vendredi 19 août une mission de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia. Il dit craindre que les bombardements ne finissent par provoquer une «catastrophe de grande envergure».

Un scénario redouté

Dans le même temps, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres (en visite en Ukraine) a demandé à la Russie de ne pas couper du réseau ukrainien cette centrale (située dans le sud du pays), dont son armée occupe depuis début mars. Ces dernières semaines, elle est devenue la cible de frappes, dont Moscou et Kiev s'accusent mutuellement.

Plus tôt dans la journée de vendredi, l'opérateur des centrales ukrainiennes Energoatom avait dit «redouter un tel scénario», affirmant que les militaires russes étaient en train de chercher des approvisionnements pour des générateurs au diesel, qui seraient activés après l'arrêt des réacteurs, et avaient limité l'accès du personnel aux installations.

Antonio Guterres a déclaré lors d'une conférence de presse en marge d'un déplacement à Odessa (le grand port ukrainien sur la mer Noire):

«Bien évidemment, l'électricité de Zaporijjia est une électricité ukrainienne. Ce principe doit être pleinement respecté»

La peur d'un «nouveau Tchernobyl»

Vladimir Poutine a quant à lui déclaré, à l'occasion d'une conversation téléphonique avec son homologue français Emmanuel Macron:

«Le bombardement systématique du territoire de la centrale nucléaire de Zaporijjia crée le danger d'une catastrophe de grande envergure, qui pourrait conduire à la contamination radioactive de vastes territoires»

Les deux présidents ont, selon le Kremlin, «relevé l'importance d'envoyer dans les plus brefs délais une mission de l'Agence internationale de l'énergie atomique à la centrale nucléaire, qui pourra évaluer la situation sur place». Il souligne que «la partie russe a confirmé être prête à fournir toute l'assistance nécessaire aux inspecteurs de l'AIEA».

Selon la présidence française, le chef de l'Etat russe a accepté que cette mission passe par l'Ukraine et non par la Russie, ce qu'il exigeait auparavant.

Un diplomate a néanmoins déclaré le même jour à l'AFP:

«Les Occidentaux s'inquiètent surtout du maintien du refroidissement par eau des réacteurs nucléaires, plus que de l'impact d'un tir sur cette centrale. Elle est en effet construite pour résister aux pires impacts, même au crash d'un avion de ligne»

La veille à Lviv, le secrétaire général des Nations unies avait dit redouter un «nouveau Tchernobyl», estimant que «tout dégât potentiel à Zaporijjia serait un suicide» et exhortant à «démilitariser la centrale». (sda/ats/blg/afp)

Les portraits des résistants d'Azovstal

1 / 9
Les portraits des résistants d'Azovstal
source: sda / dmytro kozatsky
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Deux surfeurs ont confondu le Grand Canal de Venise avec Hawaï

Video: watson
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«J'ai peur de la mort, j'ai peur pour mes amis»: avec les jeunes russes mobilisés
La mobilisation ordonnée par Vladimir Poutine arrache des familles russes à leur vie normale. A Moscou, dans un centre de recrutement, avec des jeunes qui iront à la guerre.

Timofeï est assis sur ce banc depuis deux heures. Soudain, il se lève d'un bond, sort une cigarette. «J'ai peur pour moi, pour mes amis. J'ai peur de la mort», dit ce jeune homme de 23 ans. Le même âge que son meilleur ami Robert, qui, à quelques mètres de là, est examiné par des militaires et des médecins pour savoir s'il est apte au combat. Pour la guerre en Ukraine.

L’article