DE | FR

Syndrome de La Havane: la Russie n'aurait rien à voir avec la maladie, mais...

Un rapport de la CIA a conclu que le mystérieux «syndrome de La Havane», qui frappe plusieurs diplomates depuis plusieurs années, ne serait pas imputable à une attaque d'une puissance étrangère. L'affaire n'est pas pour autant résolue.
20.01.2022, 08:5820.01.2022, 11:39

Jeudi 20 janvier, le New York Times et la NBC ont cité des conclusions préliminaires de la CIA sur les incidents survenus pour la première fois chez des diplomates américains et canadiens en 2016 dans la capitale cubaine et qui se sont produits récemment à Genève.

Ce mal mystérieux, connu sous le nom du «syndrome de la Havane» et parfois comparé à des «attaques acoustiques» attribuées par certains à la Russie, ne serait pas imputable à cet adversaire étranger ou à une tout autre puissance étrangère.

«Concernant des centaines de cas, l'agence a trouvé des explications plausibles et alternatives» à une opération étrangère, selon des sources citées par NBC. Mais l'enquête de la CIA se poursuit concernant une vingtaine de cas qui restent inexpliqués.

Enquête pas terminée

Dans les médias, on appelle toutefois à la vigilance face à ces nouvelles informations importantes. «Le rapport intermédiaire n'était pas une conclusion finale de l'administration Biden ou de l'ensemble de la communauté du renseignement», a précisé NBC, citant des responsables américains. Une affirmation que corroborent certaines victimes considérant que les observations du service de renseignement «ne peuvent pas et ne doivent pas être le dernier mot sur la question». La CIA a également tenu a rappeler le caractère préliminaire de sa découverte:

«Bien que nous soyons parvenus à des conclusions intermédiaires importantes, nous n'avons pas fini. (...) Nous poursuivrons l'enquête sur ces incidents»
William J. Burns, le directeur de la CIANew York Times

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken s'est engagé en novembre 2021 à «faire toute la lumière» sur le «syndrome de la Havane», nommant deux diplomates chevronnés sur ce dossier. Depuis son apparition à La Havane, des cas touchés par ce syndrome ont été successivement signalés en Chine, Allemagne, Australie, Russie, Autriche et même à Washington. Le Wall Street Journal avait de son côté mentionné dernièrement des cas présumés à Genève.

Cause mystérieuse

Le département d'Etat refuse de fournir une estimation du nombre de personnes touchées, le chiffre de 200 est évoqué.

Depuis le début, les autorités américaines ont oscillé, certains responsables minimisant des symptômes parfois attribués au stress, d'autres évoquant en privé de possibles attaques par ondes radio et soupçonnant des pays comme la Russie.

Mais cette thèse est aussi remise en cause par certains scientifiques, qui jugent improbable une cause commune pour tous les cas signalés. (ats/mndl)

Boris Johnson fait un peu trop la fête et les citoyens le lui rendent bien

Plus d'articles sur les Etats-Unis

Google ignore le télétravail en s'offrant des bureaux à 2 milliards

Link zum Artikel

Cette jeune fille prête à tout pour réussir dans le porno

Link zum Artikel

La Californie veut une loi pour des rayons de jouets «non genrés»

Link zum Artikel

Après 30 ans d'interdiction, le retour des fusils d'assaut en Californie?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Tucker Carlson, l'homme le plus dangereux d'Amérique
La star de Fox News est le principal représentant de la thèse du «grand remplacement», la doctrine des suprémacistes blancs.

Dans toutes les sociétés, on trouve des cinglés et des théories du complot. La théorie du «grand remplacement» (great replacement) regroupe les deux: elle est propagée par des cinglés et affirme que les immigrés veulent évincer la population locale.

L’article