assez dégagé-2°
DE | FR
International
Russie

Le «Rambo russe» défend l'Ukraine et ça énerve Poutine

Artur Smolianinov, deuxième depuis la droite, dans The darkest hour (2011) joue un combattant en guerre contre des extra-terrestre.
Artur Smolianinov, deuxième depuis la droite, dans The darkest hour (2011) joue un combattant en guerre contre des extra-terrestre. image: rico torres

Le «Rambo russe» défend l'Ukraine et ça énerve Poutine

Arthur Smolianinov, dit le «Rambo russe», aujourd'hui exilé à l'Ouest, est l'un des acteurs les plus connus de Russie. Vladimir Poutine l'appréciait énormément avant qu'il ne prenne fait et cause pour l'Ukraine. Depuis, c'est la haine.
18.01.2023, 17:0818.01.2023, 17:59
Un article de
t-online

Dans le film Le neuvième escadron de 2005, Arthur Smolianinov joue le rôle d'un soldat russe. Il est le dernier survivant de son unité dans l'Afghanistan occupé par les Russes dans les années 80. Dans le film, il se bat contre des soldats de Dieu qui se lancent à l'assaut. En Occident, le film a valu à Smolianinov, un natif de Moscou âgé de 39 ans, le surnom de «Rambo russe». Le chef du Kremlin, Poutine, enthousiaste, a reçu toute l'équipe du film pour une projection privée. Mais aujourd'hui, Moscou cherche à priver la star de sa liberté.

L'élément déclencheur de ce revirement est une interview accordée à Novaya gazeta Europe, un média russophone d'opposition basé à Riga, en Lettonie, dans laquelle Smolianinov dénonce fermement l'attaque russe contre l'Ukraine:

«Je ne ressens que de la haine envers les gens du côté russe de la ligne de front. Si j'étais là-bas, il n'y aurait pas de pitié»
Arthur Smolianinov, début janvier dans l'interview publiée sur YouTube

«Mes amis m'ont écrit pour me dire que mon collègue Soslan Fidarov était parti au front pour se battre du côté russe», poursuit Smolianinov. «Est-ce que je l'abattrais? Sans aucun doute! Est-ce que je garde en tête l'option de me battre pour l'Ukraine? Absolument! C'est la seule solution pour moi. Et si je partais pour cette guerre, je ne me battrais uniquement pour l'Ukraine.»

Quelques jours après l'interview, le ministère de la Justice à Moscou a inscrit Smolianinov, qui se trouverait en Lettonie selon les informations de CNN, sur la liste des «agents étrangers». Le parquet a en outre engagé une procédure pénale. En Russie, le seul fait de prononcer le mot «guerre» en rapport avec l'Ukraine peut être puni de quinze ans de prison.

Le porte-parole du gouvernement, Dmitri Peskov, a tenu à mettre les choses au point:

«Personne au Kremlin ne pense du bien de cet acteur. Dans ce cas particulier, ce que nos autorités compétentes pensent de ces propos est encore plus important»
Dmitri Peskov, porte-parole du gouvernement

L'été dernier, Smolianinov avait déjà qualifié l'invasion de l'Ukraine de catastrophe dans une interview. A l'époque, il se trouvait encore en Russie. Lorsqu'un tribunal moscovite l'a condamné en octobre à une amende pour ces propos, Smolianinov a déclaré s'être enfui en Norvège. «J'ai traversé la frontière à pied», a précisé l'exilé sur CNN. «Tu marches 30 mètres et tu as soudain devant toi des gens complètement différents. Ils sont si doux, ils ont même l'air différents», confiait-il.

Smolianinov a eu deux fils avec sa femme divorcée, l'actrice Darya Melnikova. On ne sait pas où se trouve actuellement la famille de Smoljaninov et si ses déclarations la mettent en danger.

Sources utilisées:

(Traduit de l'allemand par Nicolas Varin)

Les Ukrainiens abattent un hélico très important pour la Russie

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
McCarthy a conclu un pacte avec le Diable
Maintenant qu'il a accédé au poste tant convoité de speaker, Kevin McCarthy doit se soumettre à ses opposants les plus farouches en leur distribuant des postes influents. Une concession qui a tout d'un pacte avec le Diable.

Le pouvoir a un coût. Au prix d’un effort de lobbying éreintant de quatre jours et de quinze scrutins, Kevin McCarthy, la «pom-pom girl» du parti républicain, est parvenu à obtenir le Graal dont il rêvait: la présidence de la Chambre des Représentants.

L’article