DE | FR

Quand les petits-déjeuners de la première ministre font polémique

Image: Keystone/Shutterstock
En Finlande, un tabloïd a révélé que les petits-déjeuners de la famille de la première ministre ont été financés par de l'argent public. Depuis, la polémique ne cesse de gonfler.
01.06.2021, 11:54

On a vu le Watergate, le Dieselgate, le Pizzagate, le Sofagate,... Ces derniers jours, c'est le tour de l'«Aamiaisgate», ou le scandale des petits-déjeuners. Cela se passe en Finlande et concerne la première ministre social-démocrate Sanna Marin.

La polémique a éclaté le 25 mais, quand le tabloïd Iltalehti a révélé que les petits-déjeuners consommés par la famille de la cheffe d'Etat ont été financés par l'argent du contribuable.

Selon les estimations du journal, il s'agit de 300 euros par mois, écrit le Monde. Dimanche, les services de la première ministre ont revu ces chiffres à la hausse: ces dépenses avoisinaient plutôt 850 euros.

«Révélations choquantes»

Selon la loi, les fonds publics prennent en charge l’entretien, le chauffage, l’éclairage, la décoration intérieure et le personnel nécessaire du logement de fonction. Pas les repas.

Si cela vous paraît banal, sachez que ce n'est pas du tout le cas en Finlande, où même la femme de l’ancien premier ministre a pris position. Elle a qualifié les révélations de «choquantes» et assuré que, pendant que son mari dirigeait le gouvernement, elle avait «fait le ménage, préparé à manger et fait la lessive – toute seule».

Mais cela risque d'avoir aussi des conséquences politiques. A deux semaines des municipales, l'«Aamiaisgate» vient parasiter la campagne électorale pour le Parti de Sanna Marin. (asi)

L'armée récupère les débris du Tiger abîmé

1 / 10
L'armée récupère les débris du Tiger abîmé
source: sda / urs flueeler
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Du mec de la compta au milliardaire: Suleyman Kerimov, le «Gatsby» russe
Il semble loin le temps où Suleyman Kerimov paradait joyeusement en Bugatti sur la Côte d'Azur. Entre sanctions économiques, saisie de son yacht à 325 millions de dollars et procédure pour «blanchiment d'argent aggravé» par la justice française, l'horizon de l'oligarque s'obscurcit. Récit d'une success story sulfureuse à la sauce, forcément, russe.

On le surnomme le «Gatsby russe». A juste titre. Suleyman Karimov, 56 ans, coche toutes les cases du cliché de l'oligarque à la fois furieusement décadent et fascinant: une fortune qui se chiffre en dizaines de milliards (Forbes l'estime à 12,2 milliards en août 2022), une poignée de villas de rêve sur la French Riviera, son propre club de foot, auxquels s'ajoute un goût prononcé pour les gros bateaux, les soirées au champagne et les concerts privés - avec en guest stars rien de moins que Christina Aguilera ou Shakira, invitées pour 2 millions de dollars.

L’article