en partie ensoleillé
DE | FR
International
Sexe

Le sexe oral fait exploser les cas de cancer de la gorge

Le sexe oral responsable d'une «épidémie» de cancers de la gorge

Les cas de cancers de la gorge sont en forte hausse. Le développement du sexe oral dans les pays occidentaux en est la cause, et les jeunes sont particulièrement touchés, au point que ce type de cancer est désormais plus fréquent que celui du col de l'utérus dans les pays concernés.
28.04.2023, 21:0529.04.2023, 11:51
Plus de «International»

La hausse des cas de cancers de la gorge est si forte que les médecins parlent désormais d'une «épidémie». Et la cause de cette vague inédite est liée à la démocratisation du... sexe oral dans les pays occidentaux.

C'est un type spécifique de cancer de la gorge, appelé cancer de l'oropharynx (la région des amygdales, de la langue et de l'arrière de la gorge), qui est désormais le plus observé. Aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, il est même devenu plus courant que le cancer du col de l'utérus.

Et puisqu'on en parle: watson s'est rendu à un concours de fellation

Vidéo: watson

Les jeunes sont les plus concernés

Dans un article publié dans The conversation, Hisham Mehanna, professeur à l'Institut du cancer et des sciences génomiques de l'Université de Birmingham, souligne l'existence d'une corrélation entre l'augmentation des cas et la pratique du sexe oral. Il ajoute que des études sur les tendances comportementales montrent que le sexe oral est très répandu dans certains pays occidentaux.

«Dans une étude que mes collègues et moi avons menée auprès de près de 1000 personnes subissant une amygdalectomie pour des raisons non cancéreuses au Royaume-Uni, 80% des adultes ont déclaré avoir pratiqué le sexe oral à un moment donné de leur vie. Pourtant, heureusement, seul un petit nombre de ces personnes développent un cancer de l'oropharynx.»
Hisham Mehanna, professeur à l'Université de Birmingham

Les jeunes de 15 à 24 ans sont les plus touchés: ils représentent près de la moitié des 26 millions de nouvelles infections sexuellement transmissibles en 2018. Environ 41% des adolescents de 15 à 19 ans ont des rapports sexuels oraux.

«Ceux qui ont eu six partenaires sexuels oraux ou plus au cours de leur vie sont 8,5 fois plus susceptibles de développer un cancer de l'oropharynx»
Hisham Mehanna, professeur l'Université de Birmingham

Le papillomavirus, très répandu aux Etats-Unis

Selon l'American cancer society, les cas de cancer de l'oropharynx liés aux papillomavirus humains (HPV), ont augmenté de 1,3% par année chez les femmes et de 2,8 % chez les hommes de 2015 à 2019.

Ce dentiste sait si on a fait une fellation en vérifiant notre bouche

Vidéo: watson

Le HPV est l'une des infections sexuellement transmissibles les plus courantes. Aux Etats-Unis, selon les données des Centers for disease control and prevention (CDC), le papillomavirus humain est si répandu que «presque tous les hommes et femmes sexuellement actifs contractent le virus à un moment donné de leur vie».

Généralement inoffensif (de nombreuses personnes l'éliminent sans même s'en rendre compte et sans se savoir infectées), le virus peut tout de même entraîner des cancers du col de l'utérus ou, désormais avec l'augmentation depuis deux décennies de la pratique du sexe oral, de l'oropharynx.

La Quéquetterie a pris ses quartiers à Lausanne:

1 / 14
La Quéquetterie a pris ses quartiers à Lausanne
source: @instagram laquequetterie
partager sur Facebookpartager sur X
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
L'ex-chancelier autrichien Sebastian Kurz condamné pour corruption
L'homme politique jusqu'à trois ans de prison pour avoir fait de fausses déclarations dans le cadre d'une enquête sur la corruption au sein de son gouvernement.

L'ancien chancelier autrichien Sebastian Kurz a été condamné vendredi à huit mois de prison avec sursis pour faux témoignage. Il était accusé d'avoir menti devant une commission parlementaire lorsqu'il était encore en fonctions.

L’article