DE | FR

Privée de stade arc-en-ciel, Munich va se pavoiser aux couleurs LGBT

Image: sda
La ville allemande ne s'est pas laissé décourager par la décision «honteuse» de l'UEFA d'interdire l'éclairage du stade pour le match Allemagne-Hongrie. Elle va pavoiser plusieurs bâtiments aux couleurs arc-en-ciel.
22.06.2021, 16:0822.06.2021, 17:05

En refusant à la ville de Munich d'éclairer son stade aux couleurs arc-en-ciel en signe de protestation contre la politique de la Hongrie sur les minorités sexuelles, l'UEFA a respecté ses règles mardi, mais a déchaîné les critiques. Le maire de la ville, Dieter Reiter, donne le ton:

«Nous, à Munich, nous ne nous laisserons en aucun cas empêcher d'envoyer un signal clair à la Hongrie et au monde au sujet des discriminations visant les personnes homosexuelles»
Dieter Reiter, maire de Munich

Par conséquent, l'Hôtel de ville, une tour et une éolienne situés à proximité du stade Allianz Arena seraient décorés avec des drapeaux aux couleurs arc-en-ciel.

Le résumé du «rainbow gate», c'est pas ici:

«Je trouve honteux que l'UEFA nous interdise, ici à Munich, d'envoyer un signal pour le cosmopolitisme, la tolérance, le respect et la solidarité avec les personnes de la communauté LGBT», a dénoncé le maire bavarois.

D'autres stades vont suivre

D'autres initiatives de solidarité fleurissent: la chaîne privée allemande ProSieben a décidé d'habiller son logo des couleurs arc-en-ciel. Les clubs de football de Francfort et Cologne ont également annoncé qu'ils illumineraient leurs propres stades en soirée à ces couleurs.

Le stade Olympique de Berlin et celui de Wolfsburg ont prévu de faire de même. (ats/asi)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les soldats d'Azovstal risquent la peine de mort à Donetsk
Des prisonniers de guerre et combattants ukrainiens du régiment Azov sont accusés par un tribunal russe d'avoir tué une centaine de personnes. Ils connaîtront leur sort mercredi.

Un groupe de défenseurs ukrainiens prisonniers de l'aciérie Azovstal à Marioupol risque la peine de mort devant un tribunal de la région séparatiste de Donetsk, contrôlée par la Russie. Dans le cadre du procès pénal, le parquet a requis, lundi, la peine maximale, a rapporté l'agence de presse officielle de Donetsk. Un jugement devrait être rendu mercredi.

L’article