DE | FR

Comment la mafia italienne tire profit de la pandémie

Bild

Image: Shutterstock

Prêts d'argent, infiltration dans le secteur de la santé et dans la distribution des vaccins: la pandémie est une aubaine pour la mafia italienne. Et pour cause, les clans gèrent un business tentaculaire qui touche toutes les couches de la société. Explications.



La criminalité organisée calabraise profite de la pandémie et étend son influence. Y compris en Suisse. Jeudi, l'experte de la mafia italienne Madeleine Rossi a tiré la sonnette d'alarme dans une interview publiée dans plusieurs journaux suisses.

Elle décrit un mécanisme simple: les mafieux offrent de l'argent aux commerçants fragilisés par la crise. Certains finissent par accepter, car il s'agit de montants plus importants et rapides par rapport à ceux proposés par l'Etat. Sauf que ces «aides» ne sont pas sans intérêt: lorsque les bénéficiaires n'arrivent pas à les rembourser, ils font faillite et la mafia reprend leur activité.

Selon l'experte, ce phénomène aurait aussi été observé au Tessin. Une situation grave, mais on est encore loin de ce qui se passe de l'autre côté de la frontière. Médias et institutions italiens décrivent en effet un scénario inquiétant, où la mafia s'est infiltrée jusque dans le système sanitaire et la distribution des vaccins.

Le fait que la mafia exploite la pandémie n'est pas une surprise, au contraire. «La crise est une grande opportunité pour les organisations criminelles», expliquait en 2020 déjà la Direction des enquêtes anti-mafia (DIA) dans un rapport. Elles profitent des difficultés du système productif national pour «renforcer leur mainmise sur les secteurs déjà infiltrés, et pour étendre leur influence à de nouveaux domaines d'activité».

Concrètement, la mafia opère sur plusieurs niveaux. Les organisations criminelles gèrent un business tentaculaire qui touche toutes les couches de la société.

Les citoyens en difficultés

Il y a tout d'abord les individus en difficulté. C'est le même mécanisme décrit par Madeleine Rossi: en offrant un soutien économique aux familles touchées par la crise, la mafia se substitue aux institutions. Elle peut notamment compter sur son omniprésence sur le territoire et sur sa notable disponibilité économique, rappelle la DIA.

Ces «actions philanthropiques» déclenchent un mécanisme de dépendance, qui pousse les victimes à rejoindre les rangs de la mafia, afin de garantir des moyens de subsistance à leur propre famille.

Les aides de l'Etat

Le crime organisé ne se limite pas à distribuer des aides. Il cherche aussi à en bénéficier. Selon un rapport de la police nationale italienne, les clans tentent d'accéder aux soutiens économiques distribués par l'Etat et de mettre les mains sur les ressources qui seront garanties dans le cadre du fonds de relance.

Le système sanitaire et les vaccins

En cette période de pandémie, la mafia est extrêmement active, continue le rapport. Ses activités illégales s'étendent aux secteurs de la restauration, du tourisme, de la distribution, du transport routier, de l'alimentation, des déchets et des jeux d'argent.

Le domaine de la santé n'échappe pas à l’infiltration mafieuse. Selon la DIA, la mafia a massivement investi dans les entreprises du secteur, actives «dans la construction et la restructuration d'installations hospitalières, dans la production et la distribution d'appareils technologiques, d'équipements et de produits médicaux, ainsi que dans l'élimination des déchets spéciaux, dans l'assainissement de l'environnement et dans les services funéraires».

Le commerce des masques, des gants, des tests rapides et des produits pharmaceutiques intéresse aussi les organisations mafieuses.

Selon le magazine Antimafia 2000, les mafias ont déjà investi dans le secteur de la production et de la distribution de vaccins. Leur intérêt pour cette activité est dû à la forte demande et à la faible offre initiale. Les vaccins sont donc devenus le «nouvel or transparent», ce qui a conduit les clans mafieux à s'insérer également dans la chaîne allant de la production à la livraison.

Après ce sujet tragique, détendez-vous avec des photos artistiques

1 / 12
Art et Covid, l'installation «It is like it is» à Berlin
source: sda / clemens bilan
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «Actu»

Le manque de sport accroit le risque de décès du Covid

Link zum Artikel

Piccard a 1000 idées pour le climat, dont 9 qui vous touchent au quotidien

Link zum Artikel

Joe Biden envoie une délégation américaine non officielle à Taïwan

Link zum Artikel

Sofagate: le Parlement européen exige la fin des «querelles»

Link zum Artikel

Comment le Covid a impacté la criminalité en Suisse romande

La crise du coronavirus a eu un impact sur la criminalité en Suisse romande, en bien comme en mal. Tour d'horizon par canton.

Lire l’article
Link zum Artikel