DE | FR

Comment le Covid a impacté la criminalité en Suisse romande

shutterstock
La crise du coronavirus a eu un impact sur la criminalité en Suisse romande, en bien comme en mal. Tour d'horizon par canton.
22.03.2021, 16:4823.03.2021, 14:50

Dans le canton de Genève

  • Le nombre de cambriolages et de vols à la tir a reculé dans le canton.
  • Les violences domestiques ont diminué de 3% en 2020.
  • Les infractions au patrimoine ont également baissé.
  • Les interventions de la police à cause de nuisances sonores dans l'espace public et les appartements ont explosé.
  • Les bagarres entre jeunes ont connu une hausse, avec des protagonistes de plus en plus violents, armés de barres de fer et de couteaux.

Dans le canton de Fribourg

  • Les violences domestiques ont augmenté de 5%. Dans 15% des cas portés à la connaissance de la police, une mesure d'éloignement du domicile a été prononcée pour l'auteur.
  • Les infractions au patrimoine ont enregistré une baisse de 2%, notamment pour les vols par effraction (-15%).
  • Les cas d'incivilités urbaines et des troubles à la tranquillité publique ont augmenté.
  • La criminalité numérique a enregistré un bond de 13%, avec plus de 570 plaintes.
  • Au total, la police est intervenue à 741 reprises pour des rassemblements de personnes. Plus de 800 amendes d'ordre ont été délivrées.

Dans le canton de Vaud

  • Les violences domestiques ont diminué l'an dernier dans le canton. Ainsi en 2020, plus d'un quart (28%) des cas ont débouché sur l'expulsion de l'auteur de son domicile.
  • Les cambriolages ont chuté de 25%.
  • Les escroqueries ont augmenté de 9%.
  • Les troubles à la tranquillité publique ont explosé avec un bond de 61%.
  • Il n'y a eu aucune attaque de transporteur de fonds en 2020. En cause notamment: les restrictions de circulation aux frontières liées à la pandémie.

Dans le canton du Jura

  • Les violences domestiques ont enregistré une hausse de 46%.
  • La cybercriminalité a poursuivi sa progression avec 170 affaires contre 140 en 2019.

Dans le canton de Neuchâtel

  • Les violences graves ont reculé de 29% dans le canton qui n'a connu aucun homicide depuis octobre 2017.
  • Il n'y a pas eu de hausse de violence domestique pendant le semi-confinement.
  • Les violences moyennes sont à la hausse (+8%), comparée à 2019. L'activité des bandes a eu un impact significatif sur la statistique. Le nombre d'auteurs mineurs a augmenté 36% en 2020.
  • Les vols à l'arraché ont augmenté de 75% et les brigandages de 20%.
  • Les infractions liées à la cybercriminalité ont augmenté de 55%. La plupart de ces dernières concernent des escroqueries, comme l’abus de systèmes de paiement en ligne.

Dans le canton du Valais

  • La cybercriminalité et les violences domestiques sont en hausse.
  • Les vols par effraction ont chuté de 45,7% en cinq ans.
  • Dans le domaine des stupéfiants, la police cantonale s'inquiète de la démocratisation de la cocaïne.
  • Les accidents de la circulation sont en baisse. Plus du 93% des personnes contrôlées en matière de vitesse et d'alcoolémie respectent les prescriptions légales.
  • Lors de la première vague de la pandémie, de mars à mai 2020, 2345 amendes ont été distribuées et 133 cas dénoncés au Ministère public. (ats/hkr)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Intimidation LGBT à l'Uni de Genève: «Nous ne nous autocensurerons pas»
L'organisatrice de la conférence interrompue mardi livre son témoignage à watson. Nous avons aussi recueilli le point de vue de la coordinatrice du groupe LGBTIQ+ du Parti socialiste genevois.

Mardi soir, il n’y a pas que les fiches du conférencier Eric Marty qui ont été déchirées par des activistes LGBTIQ+. «Les miennes aussi», raconte l’organisatrice de la conférence, Nathalie Piégay, directrice du Département de français moderne de l’Université de Genève, où les faits se sont produits. Eric Marty, professeur à l’Université de Paris, invité à présenter son livre «Le sexe des modernes» (éditions Le Seuil), n’avait pas prononcé trois mots lorsqu’une «trentaine d’activistes masqués», rapporte Nathalie Piégay, ont fait irruption dans la salle Ferdinand-de-Saussure, située dans le bâtiment d’Uni Bastions.

L’article