DE | FR
Bild

Un personnage masqué évolue dans cette foule d'avant-Covid. Sauras-tu le retrouver? shutterstock

Pour comprendre

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Vous avez, comme nous, le sentiment que ça part dans tous les sens? Que les vaccins, c'est de plus en plus long? Que la Confédération s'est plantée? Pour répondre à ces questions, et à tant d'autres, watson s'est creusé les méninges.

DEUXIÈME ÉPISODE​

Guillaume Chillier, Serge Enderlin


Pas si joyeuses Pâques. A défaut de rouler des mécaniques en terrasse, on roulera des œufs, mais en petit comité masqué. Car attention, il est toujours là, au coin du bois, prêt à frapper, plus en forme que jamais. SARS-CoV-2, désormais requinqué sous pseudo B.1.1.7, alias le «variant anglais», prépare le troisième service. On a une préférence pour la vague de Hokusai, mais personne n'a parlé de choisir.

JP1847

La Grande Vague de Kanagawa [Hokusai, 1830-1831] Moma/shutterstock

Les vaccins sont-ils vraiment efficaces?

Oui. Après les tests en laboratoire au tout début de l’épidémie, après les études réelles à grande échelle (avril-novembre 2020), la vaccination des populations a démarré juste avant Noël. Et en Israël, pays le plus avancé dans le processus, on note un très net recul des infections au Covid-19, dans toutes les tranches d’âge.

En clair, non seulement le vaccin protège, mais prévient de surcroît la forme grave de la maladie, ce qui a le potentiel de la rendre inoffensive quand la majorité des populations seront vaccinées. Rappelons ici brièvement l’efficacité des principaux vaccins:

Les vaccins arrêtent-ils la transmission du virus?

Les données manquent toujours, même si les signes initiaux (en Israël par exemple) sont plutôt encourageants – mais pas encore validés scientifiquement. Les vaccins confèrent deux types de protection. L’immunité effective protège contre les principaux symptômes d'une maladie, mais n'empêche pas le virus d'entrer dans l'organisme et de s'y multiplier. Alors que l'immunité stérilisante prévient l'infection de l'organisme par le virus et empêche la propagation du pathogène.

La seconde est bien entendu le Graal de la recherche, mais on ne l’atteint presque jamais. Le seul cas connu de vaccin stérilisant ayant éradiqué totalement une maladie est celui de la variole. L'injection contre la rougeole provoque aussi une immunité stérilisante. Mais la plupart des vaccins courants (hépatite B, oreillons, grippe, fièvre jaune) ne procurent qu'une immunité effective.

«Avec eux, le système immunitaire contient suffisamment l'agent pathogène pour prévenir la maladie, mais celui-ci peut persister dans l'organisme et potentiellement infecter d'autres personnes. Cela signifie que l'agent pathogène continue à circuler dans une population, où il peut rendre malades des personnes non vaccinées ou vulnérables, ou encore évoluer vers une forme résistante à la réponse immunitaire»

Dawn Bowdish, professeur de médecine à l'université
McMaster au Canada, cité dans Scientific American

Faut-il se faire vacciner ou pas?

Alors faut-il vacciner en masse contre le Covid-19 sans savoir si le vaccin empêche la transmission? Oui, selon le scientifique Richard Bailey, auteur d'une modélisation sur le virus de Marek chez les poulets. «La vaccination avec un vaccin non stérilisant réduit considérablement la charge virale chez les personnes vaccinées, mais aussi chez les personnes contacts non vaccinées qu'elles infectent. Par conséquent, elles sont moins susceptibles de répandre des virus infectieux. Même une vaccination partielle a des conséquences positives sur le contrôle de la propagation et des symptômes de la maladie».

L’immunité stérilisante est acquise quand le vaccin engendre assez d’anticorps neutralisants chez l’individu. Ces anticorps bloquent l’entrée du virus dans la cellule et l’empêchent de se multiplier. Il existe d’autres formes d’immunité acquise, comme celle des lymphocytes T ou des anticorps non neutralisants, qui ralentissent la progression du virus et préviennent les principaux symptômes.

A-t-on privilégié les vaccins par rapport aux traitements?

C'est plus compliqué. Comme pour le Sida, comme pour Ebola, deux maladies pour lesquelles il n'existe pas encore de vaccin ou de cure définitive, le deux vont de pair.

«Les deux lignes d’investissements sont poursuivies en parallèle. Ce ne sont pas toujours les mêmes laboratoires en charge. Par exemple, récemment GSK a annoncé des résultats très prometteurs de l’essai de phase 3 pour leur anticorps monoclonal. Il est très important de poursuivre la recherche et le développement dans le domaine des traitements, car si les vaccins venaient à être moins efficaces contre d’éventuels nouveaux variants, il nous faudrait disposer de traitements efficaces en particulier contre les formes sévères de la maladie»

Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale (ISG), Université de Genève

Pourquoi la Suisse vaccine si lentement?

Parce que le pays n’a jamais été réputé pour sa célérité, et qu'il est trop prudent. Parce qu’il n’a pas reçu les doses en premier. Rien n'est si grave. Reprenons.

Masque, confinement, quarantaine: quoi d'autre?

Pourquoi la Task force n’a-t-elle jamais commandé d’études randomisées contrôlées sur l’efficacité des mesures non médicamenteuses, comme le port du masque? Parce qu'elle ne se pose pas la question:

«Il existe un consensus scientifique: le port du masque est une mesure pragmatique et efficace pour réduire la propagation du virus»

La Task Force scientifique qui conseille le gouvernement

La distanciation physique (partant, le semi-confinement et la mise en quarantaine) est aussi considérée comme efficace. Pour arriver à ces conclusions, la Task force évoque notamment une méta-analyse basée sur 44 publications scientifiques parue en juin 2020 dans la revue médicale The Lancet.

Mais pourquoi la Task force n’a pas elle-même commandé des études pour appuyer (ou pas) scientifiquement ces mesures et, peut-être, améliorer leur acceptabilité par la population? Elle répond en affirmant s’appuyer non seulement sur des études scientifiques internationales comme celle précitée, mais aussi «sur d'autres sources, par exemple des études dans le cadre de projets de recherche (CoronaImmunitas), l'Institut suisse de recherches conjoncturelles (KOF) ou des données du secteur de la santé».

La Suisse est-elle prête pour la prochaine pandémie?

Chez watson, on a l'esprit tourmenté, mais on anticipe. Alors on s'est demandé ça:

«Berne a-t-elle profité des douze mois de crise pour réfléchir sur ses capacités d’approvisionnement médical en cas de nouvelle pandémie?»

watson, en pleine réflexion sur un avenir viral pas si clair

C'était il y a treize mois et la Confédération était à la ramasse. Les stocks de matériels médicaux manquaient, à commencer par les fameux respirateurs. Avec empressement, l’armée a acheté 1700 appareils, dont la moitié n’a jamais servi. La situation semble être aujourd’hui stabilisée. Mais alors que nous sommes visiblement entrés dans «l'ère des pandémies» selon les services de l'ONU, la Suisse est-elle prête ?
A cette question, l’OFSP répond que:

«La Confédération prépare actuellement un rapport sur l’approvisionnement des produits thérapeutiques, en collaboration avec Swissmedic, l'Office fédéral pour l'approvisionnement économique du pays (OFAE) et la pharmacie de l’armée. Ce rapport devrait être publié durant le premier trimestre 2022 et prévoit d’examiner les options juridiques et économiques dont dispose la Suisse pour améliorer, dans un contexte international, l’approvisionnement en médicaments et en vaccins»

Attention, ce n'est pas terminé: «Mais ça ne concerne pas les autres produits que vous mentionnez et ce n’est pas lié uniquement à la crise sanitaire. Ce problème est connu depuis plusieurs années», poursuit l’OFSP. Ce n'est pas une petite pandémie planétaire bien mortelle qui va changer de bonnes vieilles habitudes.

Quel est l'impact de la crise sanitaire sur le financement de la santé?

Si la stratégie de la Confédération est celle de la réponse immédiate à l’urgence, sans remise en question globale du financement de notre système de santé, que fera-t-on lorsque d’autres virus feront leur apparition?


Il faut distinguer les deux temporalités. Il y a d’un côté la réponse à l’urgence de la pandémie, basée notamment sur les chiffres agrégés par l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), les recommandations de la Task force de la Confédération ou encore les avis récoltés ici et là lors des consultations. De l’autre, il y a la question du système de santé et des défis auxquels il fait face depuis bien avant la pandémie.

La stratégie 2020-2030 du Conseil fédéral en matière de politique de la santé a été approuvée le 6 décembre 2019, soit peu avant la crise. Cette dernière a-t-elle engendré des modifications? «Pas pour l’instant», répond l’OFSP par la voix de son porte-parole Grégoire Gogniat. «Le cas échéant, c’est au Conseil fédéral de l’adapter s’il le souhaite. Il faut noter que les enjeux décrits dans la stratégie restent actuels malgré la crise», ajoute-t-il, évoquant la numérisation, l’évolution démographique ou encore le financement du système de santé.

Est-ce qu'on va garder le masque toute notre vie?

On l’entend sans cesse: il faut apprendre à vivre avec le coronavirus et les mesures de lutte contre la pandémie ne pourront pas vraiment être assouplies avant que la vaccination de la population soit presque terminée. Interrogé à ce propos dans Le Temps il y a un mois, le conseiller fédéral Alain Berset s’est voulu rassurant, soulignant que nous sommes des êtres sociaux qui «avons tous besoin de proximité».

«Le temps viendra où nous pourrons enlever le masque et revivre plus proches les uns des autres»

Jésus, dans un discours à Nazareth
Alain Berset, Conseiller fédéral

Toutefois, l’homme au front de la pandémie depuis le début reconnaît que plusieurs réflexes pris depuis le début de la crise resteront immanquablement. «Certains éléments vont rester. Je pense par exemple que, en période de grippe, les gens porteront plus facilement un masque». Alors, qu'en pense l'aréopage de scientifiques qui conseille le fédéral Conseil? Un avenir masqué, ou démasqué?

Martin Ackermann, Praesident, National COVID-19 Science Task Force, aeussert sich an einem Point de Presse zur Covid 19 Pandemie, am Dienstag, 26. Januar 2021, in Bern. (KEYSTONE/Peter Schneider)

Martin Ackermann, masqué Image: KEYSTONE

«Il est trop tôt pour que nous soyons en mesure de donner une réponse d'un point de vue scientifique sans avoir à spéculer»

Martin Ackermann, chef de la Task Force, en lice pour le Champignac d'Or 2022

D'autres questions? Ecrivez-nous

Comme nous le savons tous, ce n'est pas encore terminé hélas mille fois hélas. La météo est incertaine: une embellie n'est pas exclue, de nouveaux orages non plus. Alors plutôt que de nous houspiller sur telle ou telle décision politique/sanitaire/sécuritaire/philosophique/d'ouverture ou non de ces si belles terrasses, soumettez-nous vos doutes ou vos interrogations, nous essayerons d'y répondre le plus concrètement possible.
Voici l'adresse 👉 news@watson.ch

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 17
Une année de Covid-19 en Suisse, retour en images
source: keystone / jean-christophe bott
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Covid-19»

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

L'Etat dépense des milliards pour lutter contre le Covid-19. Qui va payer pour ça?

Link zum Artikel

L'immunité Covid-19 existe-t-elle? Qui contrôle les autotests?

Link zum Artikel

Entre passeport vaccinal et confinement, le Covid dans le monde

Link zum Artikel

Les vaccins, efficaces ou non? Et le masque, c'est pour la vie? On fait le point

Link zum Artikel

Pour l'OFSP, l'attestation de vaccination doit devenir un certificat Covid-19

Link zum Artikel

L'Union européenne va limiter les exportations de vaccins

Link zum Artikel

Et vogue la troisième vague

Link zum Artikel

Le passeport vaccinal pour l'Europe (Suisse comprise), c'est quoi?

Link zum Artikel

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le masque pour le nez est là

Aussi élégant qu'une moufle, voici le masque pour le nez. En plus de (partiellement) protéger, il offre un look déconcertant à quiconque s'aventure à le porter.

On n'arrête pas le progrès. Après le masque chirurgical, le masque FFP2 en forme de filtre à café, le masque en tricot ou encore le masque en tissu assorti à la chemise, voici le masque pour couvrir uniquement le nez. Une bien belle invention!

Le but du petit dernier? Limiter les risques de transmission du virus quand vous mangez avec des gens. Oui, cela signifie qu'il faut garder en permanence cet accessoire sous votre masque classique afin qu'il prenne le relai quand vous enlevez ledit masque.

Si …

Lire l’article
Link zum Artikel