DE | FR

Un logiciel suisse permet aux Russes de contourner la censure de Moscou

Les Russes ont peur qu'une de leurs seules sources d'informations internationales, Wikipédia, soit bloquée. Alors, ils prennent les devants en utilisant Kiwix, un logiciel suisse permettant de copier l'entièreté de sites internet pour les lire même hors ligne.
09.04.2022, 14:1910.04.2022, 18:52
Un logiciel suisse, Kiwix, permettant de copier des sites internet pour les lire sans wifi, est utilisé par les Russes pour déjouer la censure du Kremlin.
Un logiciel suisse, Kiwix, permettant de copier des sites internet pour les lire sans wifi, est utilisé par les Russes pour déjouer la censure du Kremlin. Image: keystone

Comment les Russes s'informent-ils malgré la puissante censure mise en place par le Kremlin? Via Wikipédia, l'une des rares sources toujours en libre accès dans leur pays. Mais cette plateforme est dans le viseur du gouvernement russe. Alors la population utilise Kiwix, un logiciel suisse, qui permet de copier l'entièreté de sites web pour les lire même hors ligne.

Car la menace est bien présente. La fondation américaine Wikimedia, qui héberge Wikipédia, indique à swissinfo.ch qu'elle a reçu « plusieurs avertissements du gouvernement russe (…) demandant la suppression d'informations vérifiées et factuelles dans des articles» dès le 1er mars.

Parmi les reproches faits au site d'informations, l'instance russe de régulation des communications, intitulé Roskomnadzor, a relevé deux points:

  1. Wikipédia parle d'une «invasion russe en Ukraine», alors que le Kremlin soutient qu'il s'agit d’une «opération militaire spéciale».
  2. D'autres informations jugées «inexactes» apparaîtraient sur le site.

Des menaces

Le 5 avril, Roskomnadzor a redemandé à Wikipédia de prendre en compte leurs remarques. Tout en menaçant l'entreprise de leur attribuer une amende pouvant aller jusqu'à 4 millions de roubles, soit 44 000 francs.

«Ces demandes répétées ne changent en rien notre engagement à protéger le droit (…) de trouver et partager des informations libres, ouvertes et vérifiables»
le porte-parole de la fondation Wikimedia

Wikipédia n'a donc, pour l'instant, pas cédé aux demandes du Kremlin. Mais beaucoup craignent que le site soit tout de même censuré, comme l'a été Twitter, Instagram et Twitter.

Kiwix au secours

Heureusement, Kiwix existe. Créé par Emmanuel Engelhart et Renaud Gaudin, ce site internet permet de consulter des productions disponibles sur le web lorsque ce dernier est hors-ligne. Il suffit de stocker les informations sur une clé USB ou tout autre support de stockage amovible.

En 2015, cette invention est même couronnée par un Swiss Open Source Award.

Aucun rapport, mais ça vaut le détour 👇

Plus d'articles sur la Suisse et la guerre en Ukraine

Famille de réfugiés en Suisse: «Notre maison a été rasée par les bombes»

Link zum Artikel

Genève, cette petite Russie inquiète pour son business et sa quiétude

Link zum Artikel

Réfugiés ukrainiens en Suisse: tout savoir sur leur statut exceptionnel

Link zum Artikel

Quand la Suisse se pare des couleurs de l'Ukraine

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Cela fera bientôt trois mois que les Russes ont envahi l'Ukraine. Des infrastructures ont été détruites, des personnes ont été tuées et des familles ont été déchirées. L'aide humanitaire suisse tente depuis des semaines d'atténuer les grandes souffrances de la population.

Les yeux humides et la voix tremblante, Natalia raconte sa fuite de Marioupol. Cette ville n'a plus accès à l'eau ni à l'électricité depuis le début du mois de mars et se trouve au milieu des conflits armés entre la Russie et l'Ukraine. Après que sa voiture a été détruite par un missile et qu'elle «aurait pu être touchée à tout moment», Natalia a fui la ville du sud-est de l'Ukraine le 5 mars avec son fils de 10 ans. Elle a dû laisser son mari derrière elle, le père de son fils. Sans savoir si la famille se reverrait un jour.

L’article